Avez-vous besoin de contacter la rédaction ? Envoyez vos e-mails à [email protected] ou sur notre formulaire.
Guide des huiles essentielles

L’huile essentielle d’épinette noire pour recharger les batteries

Aline Legrand

L’épinette est un type de sapin appartenant à la famille des Pinacées qui pouse principalement au Canada et en Amérique du Nord. Il en existe plusieurs variétés, comme l’épinette noire ou Picea mariana. La distillation de ses aiguilles fournit une huile essentielle appréciée en aromathérapie pour ses vertus médicinales.

Quelles sont ses caractéristiques biochimiques ?

L’huile essentielle d’épinette noire se compose essentiellement de 2 groupes de composants :

  • esters monoterpéniques : acétate de bornyle (35%) et d’isobornyle,
  • monoterpènes : camphène (10-30 %), alpha-pinène, limonène, delta-3-carène, béta-phellandrène, sabinène, santène.
Elle a des propriétés anti-infectieuses (antivirales, antifongiques, antimicrobiennes, antiparasitaires), anti-inflammatoires et tonifiantes.
Elle aurait aussi un profil adaptogène, ce qui signifie qu’elle pourrait aider l’organisme à s’adapter (effet observé empiriquement, non prouvé scientifiquement, d’autres plantes ont cette propriété adaptogène).

Quels sont ses principaux usages thérapeutiques ?

L’huile essentielle d’épinette noire peut intervenir en médecine naturelle pour :
  • soulager les infections respiratoires : sinusite, bronchite, toux, rhume, grippe,
  • améliorer des problèmes dermatologiques : psoriasis, parasitose cutanée, mycose, acné, eczéma,
  • traiter des troubles digestifs : parasitose intestinale, gastro-entérite, spasmes digestifs,
  • calmer douleurs et inflammations : rhumatisme, arthrose, mal de dos, névralgie, céphalée, prostatite inflammatoire,
  • regagner en énergie : affaiblissement des défenses immunitaires, fatigue physique, nerveuse, stimule les glandes surrénales.

Quel est son mode d’emploi ?

  • voie interne : sur avis d’un médecin ou d’un thérapeute.
  • voie cutanée : diluée dans de l’huile végétale, en massage (thorax, ventre, dos, articulations, tempes…) ou application sur les zones concernées. Également en bain aromatique avec un dispersant.
  • voie respiratoire : en diffusion, inhalation humide dans un bol d’eau chaude.

Quelles sont les précautions d’utilisation ?

Il y en a plusieurs.
Elle est contre-indiquée aux femmes enceintes, allaitantes, aux enfants et aux personnes atteintes d’asthme, d’épilepsie et de pathologies rénales (risque de néphrite).

Elle a un effet cortison-like qui stimule les glandes surrénales et la thyroïde. Risque d’interaction médicamenteuse avec les traitements de ces maladies.

Elle est dermocaustique (doit toujours être diluée) et contient des composants allergènes (faire un test de tolérance avant usage).

Toujours prendre l’avis d’un professionnel de santé car l’automédication peut entraîner des risques. Ne pas prolonger le traitement si aucune amélioration et consulter.

Avez-vous trouvé cet article utile?
À lire aussi