Ces médicaments et maladies qui effondrent le système immunitaire

L'immunodépression est un état dans lequel le système immunitaire ne fonctionne pas aussi bien qu'il le devrait. Voici certaines causes.

L’immunodépression est un état dans lequel le système immunitaire ne fonctionne pas aussi bien qu’il le devrait. Cela peut être causé par certaines maladies, mais aussi par des médicaments qui suppriment le système immunitaire. Certaines procédures médicales peuvent également entraîner une immunodépression.

Le système immunitaire et son fonctionnement

Le système immunitaire est composé de cellules, de tissus et d’organes qui aident le corps à se défendre contre les infections. Sans un système immunitaire intact, les infections que le corps pourrait normalement contrôler peuvent devenir graves, voire mortelles.

Les médicaments immunosuppresseurs

Il existe plusieurs médicaments pris pour réduire l’inflammation. Certains d’entre eux, appelés immunosuppresseurs, suppriment des parties spécifiques du système immunitaire ou le système immunitaire dans son ensemble.

Les corticostéroïdes, également connus sous le nom de stéroïdes, sont des médicaments oraux, topiques, inhalés et intraveineux utilisés pour atténuer la réponse immunitaire. Les corticostéroïdes sont prescrits pour traiter divers troubles, notamment les allergies, les maladies auto-immunes, les troubles sanguins, les troubles hormonaux, les affections oculaires inflammatoires et les maladies respiratoires obstructives.

La prise à long terme de corticostéroïdes peut entraîner une immunosuppression. Par exemple, les utilisateurs réguliers de prednisone, l’un des stéroïdes les plus couramment prescrits, présentent un risque accru d’infections bactériennes, virales et fongiques.

La chimiothérapie est utilisée pour réduire les cellules cancéreuses et aider les personnes atteintes de cancer à atteindre ou à maintenir une rémission. Les médicaments de chimiothérapie ciblent spécifiquement les cellules qui se reproduisent rapidement, y compris les cellules cancéreuses, mais aussi celles des cheveux, de la peau et du tractus gastro-intestinal. La suppression de la moelle osseuse explique le risque élevé d’infections chez les personnes recevant un traitement contre le cancer.

Les anticorps monoclonaux sont des protéines luttant contre les maladies produites en laboratoire, imitant les anticorps naturels que le corps produit pour lutter contre les maladies. Ces médicaments sont de plus en plus utilisés pour traiter diverses maladies, notamment les troubles auto-immuns, les cancers et les infections virales induites. Cependant, les anticorps monoclonaux peuvent également perturber le fonctionnement normal du système immunitaire, entraînant un déséquilibre des cellules immunitaires et un risque accru d’infection.

Les inhibiteurs du facteur de nécrose tumorale-alpha (TNF-α) sont des médicaments immunosuppresseurs utilisés pour traiter des affections inflammatoires telles que la polyarthrite rhumatoïde, l’arthrite psoriasique, le psoriasis en plaques, la spondylarthrite ankylosante, la colite ulcéreuse et la maladie de Crohn. Ces médicaments inhibent l’action d’un composé inflammatoire appelé facteur de nécrose tumorale. L’effet immunosuppresseur des inhibiteurs du TNF-α peut augmenter considérablement le risque d’infections opportunistes.

Les causes médicales de l’immunodépression

Une immunodépression temporaire peut être causée par diverses infections courantes, notamment la grippe et la mononucléose, qui affaiblissent la réponse immunitaire. Cependant, lorsque les cellules immunitaires ou d’autres composants du système immunitaire sont la cible d’une infection, une immunodépression grave peut se produire.

Le virus de l’immunodéficience humaine (VIH) est caractérisé par la détérioration progressive du système immunitaire. Le virus cible préférentiellement les lymphocytes T CD4, des globules blancs responsables de la signalisation et de la coordination de la réponse immunitaire. À mesure que le nombre de lymphocytes T CD4 diminue progressivement, le corps devient vulnérable à un éventail de plus en plus large d’infections opportunistes associées au VIH.

L’asplénie est le terme utilisé pour décrire l’absence de fonction normale de la rate. La rate joue un rôle clé dans la réponse immunitaire, et la perte de fonction splénique est associée à des risques graves d’infection.

Les troubles immunitaires héréditaires, appelés immunodéficiences primaires (IDP), sont considérés comme rares. Cependant, il existe plus de 300 IDP différents connus pour altérer différents aspects de la réponse immunitaire. Avec une IDP, le système immunitaire ne produit pas suffisamment de cellules immunitaires pour lancer une défense efficace.

Certaines procédures médicales peuvent également entraîner une immunodépression, directement ou indirectement. Cela se produit généralement lorsque des composants clés du système immunitaire, tels que la rate ou la moelle osseuse, sont endommagés ou enlevés.

Dans l’ensemble, il est essentiel de comprendre les causes et les effets de l’immunodépression afin de prendre les précautions nécessaires pour éviter les infections. Les personnes atteintes d’immunodépression, qu’elle soit temporaire ou chronique, doivent éviter le contact avec des personnes porteuses d’infections contagieuses, éviter les lieux publics et se laver les mains régulièrement. Il est également important de consulter un professionnel de la santé pour obtenir des conseils spécifiques sur la prévention des infections.

5/5 - (4 votes) Avez-vous trouvé cet article utile?
À lire aussi
Francois Lehn