Calvitie féminine : un fléau auquel toutes les femmes doivent faire attention !

La calvitie féminine, également appelée alopécie androgénétique, est une affection qui touche des millions de femmes dans le monde entier.

Ah, l’alopécie ! Il n’y a rien de tel que le diagnostic redouté d’une maladie auto-immune qui vous fait perdre vos cheveux et vous rend chauve. Nous ne connaissons que trop bien ce sentiment – un mélange de choc, d’anxiété, de tristesse et de confusion. Mais lorsqu’il s’agit de cette maladie, beaucoup ne savent pas ce qui peut causer un tel problème chez les femmes, car ils pensent que cela ne touche que les hommes. Il est temps de s’équiper en connaissances en explorant davantage l’alopécie et ses effets sur les femmes. Après avoir lu cet article, vous comprendrez non seulement les causes de l’éclaircissement des cheveux ou de la calvitie totale chez la femme, mais vous saurez également comment faire face à ce type de problème !

D’où provient l’alopécie chez les femmes ?

L’alopécie chez les femmes peut être causée par divers facteurs, notamment la génétique, les hormones, le stress et certaines affections médicales. La génétique peut jouer un rôle dans la chute de cheveux qui est connue par la calvitie féminine, qui est le type d’alopécie le plus courant chez les femmes. Les changements hormonaux, tels que ceux liés à la grossesse ou à la ménopause, peuvent également provoquer la chute des cheveux. Le stress peut déclencher ou accélérer l’alopécie chez certaines femmes. En outre, les troubles auto-immuns comme les troubles de la thyroïde et le lupus peuvent entraîner une chute de cheveux chez les femmes en raison de leur effet sur le système immunitaire. Les infections du cuir chevelu causées par des agents bactériens ou fongiques et certaines maladies de la peau sont d’autres conditions médicales pouvant entraîner une alopécie.

Quels sont les symptômes de la calvitie féminine ?

Les symptômes comprennent :

  • L’amincissement des cheveux sur le dessus ou la couronne du cuir chevelu.
  • L’élargissement de la raie et l’augmentation de la chute de cheveux.
  • Le recul de la ligne des cheveux.
  • Les cheveux qui se séparent facilement.
  • Les mèches sèches ou cassantes.
  • Une diminution du volume ou de la plénitude des cheveux.

Dans certains cas, une femme peut également voir ses cheveux se raréfier sur les tempes, les côtés et l’arrière de la tête. Ce type de chute de cheveux a tendance à être progressif, ce qui signifie qu’il s’aggrave avec le temps sans traitement.

Les femmes peuvent également remarquer une augmentation de la visibilité du cuir chevelu en raison de l’amincissement de leurs cheveux, ainsi que des zones de peau devenant visibles à travers des plaques chauves.

La calvitie féminine touche-t-elle toutes les tranches d’âge ?

Oui, elle peut toucher tous les groupes d’âge, bien qu’elle soit plus fréquente chez les personnes âgées de 50 ans et plus. Il s’agit d’une chute de cheveux qui suit un schéma en forme de fer à cheval sur les côtés et à l’arrière du cuir chevelu. Elle peut ainsi entraîner une calvitie totale sur le sommet de la tête. Les femmes souffrant de calvitie féminine peuvent éprouver une détresse psychologique ainsi que des complications physiques telles que des démangeaisons, des brûlures ou des squames sur le cuir chevelu en raison de l’irritation causée par la production excessive de sébum dans les follicules où aucun cheveu ne pousse. Bien qu’il n’existe actuellement aucun remède contre la calvitie féminine, divers traitements sont disponibles pour aider à ralentir ou à arrêter sa progression.

Quelles sont les options de traitement proposées ?

Les options de traitement de la calvitie féminine dépendent de la gravité de la chute de cheveux et de la cause sous-jacente. Les cas légers peuvent être traités avec des médicaments topiques en vente libre, comme le minoxidil, qui peuvent aider à stimuler la repousse des cheveux. D’autres traitements, comme les thérapies hormonales qui neutralisent les androgènes, peuvent également être efficaces. Dans les cas plus graves, des médicaments sur ordonnance ou des traitements chirurgicaux peuvent être recommandés.

Les traitements chirurgicaux de la calvitie féminine comprennent la réduction du cuir chevelu, qui consiste à enlever les zones du cuir chevelu où les cheveux sont clairsemés ou en recul, et la transplantation de cheveux ou l’extraction d’unités folliculaires (FUE), une procédure dans laquelle des follicules de cheveux sains sont prélevés dans une zone du cuir chevelu et transplantés dans une autre.

La thérapie au laser est aussi une option qui peut améliorer la circulation dans le cuir chevelu et stimuler la repousse de certains follicules pileux qui ont cessé de produire des mèches saines.

Enfin, les injections de plasma riche en plaquettes (PRP) gagnent en popularité comme moyen de traiter plusieurs types d’alopécie en stimulant les processus naturels de guérison dans l’organisme pour réparer les tissus endommagés et encourager la repousse des cheveux.

La calvitie féminine : Comment la prévenir ?

La première étape de la prévention de la calvitie féminine est le maintien d’une alimentation saine. La consommation d’aliments riches en protéines, comme les viandes maigres, les œufs, les noix et le poisson, contribue à fournir les vitamines essentielles à la croissance des cheveux. De plus, l’apport en vitamines A et C et en fer par le biais de légumes comme les carottes et les épinards est important pour stimuler la circulation sanguine vers le cuir chevelu. On a également constaté qu’une supplémentation en biotine contribue à renforcer les follicules pileux et à favoriser la croissance.

Une autre façon de réduire le risque de calvitie féminine est d’éviter certaines coiffures qui endommagent les follicules pileux. Les queues de cheval ou les tresses serrées peuvent tirer trop fort sur chaque mèche et provoquer des cassures ou des dommages permanents avec le temps. Le port de chapeaux et d’autres accessoires qui provoquent une friction contre les cheveux peut aussi créer des problèmes à plus long terme.

Enfin, réduire le niveau de stress en pratiquant des activités telles que le yoga ou la méditation peut potentiellement aider à ralentir toute chute de cheveux potentielle due à des déséquilibres hormonaux associés à des niveaux élevés d’hormones de stress.

Avez-vous trouvé cet article utile?
À lire aussi
Margot Fontenive