Boulimie : quelles sont les causes et les traitements de cette pathologie ?

Les personnes atteintes de boulimie sont très anxieuses à propos de leur poids et s’efforcent d’avoir la « bonne » silhouette. Elles passent également beaucoup de temps à penser à la nourriture.

Les personnes souffrant de boulimie mangent de façon excessive selon un schéma connu sous le nom de « frénésie alimentaire », c’est-à-dire qu’elles mangent beaucoup de nourriture (ou ce qui leur semble être beaucoup de nourriture) en un court laps de temps. Elles essaient ensuite d’éviter de digérer les aliments et de prendre du poids en se  » purgeant « .

Causes de la boulimie :

Les causes exactes de la boulimie ne sont pas claires, mais la plupart des spécialistes pensent qu’elle est probablement le résultat d’une combinaison de facteurs.

Facteurs psychologiques :

De nombreuses personnes atteintes de boulimie partagent certains schémas de pensée et de comportement qui les rendent plus susceptibles de développer cette maladie. Il s’agit notamment

  • une tendance à la dépression et à l’anxiété
  • la difficulté à gérer le stress
  • s’inquiéter fréquemment et avoir peur ou douter de l’avenir
  • le perfectionnisme – se fixer des objectifs ou des normes stricts et exigeants qu’il n’est pas réaliste de maintenir
  • difficulté à exprimer ses sentiments
  • le fait de ressentir des pensées, des images ou des pulsions indésirables qui lui donnent l’impression qu’il doit se comporter d’une certaine manière.

Facteurs environnementaux :

Les facteurs environnementaux sont des éléments du monde qui entoure une personne, et des événements qui se produisent dans sa vie, qui peuvent affecter son bien-être mental de diverses manières.

La puberté peut être un facteur important contribuant à la boulimie. Cela est probablement dû à la combinaison de changements hormonaux et de sentiments de stress, d’anxiété et de faible estime de soi pendant la puberté.

Les changements de vie stressants – par exemple, un déménagement, la rupture d’une relation, l’entrée au collège ou à l’université, ou un deuil – peuvent également avoir un impact.

La culture et la société occidentales peuvent aussi jouer un rôle. Les personnes de tous âges sont exposées à un large éventail de messages médiatiques qui véhiculent l’idée que seules certaines formes de corps sont désirables et qu’il faut avoir honte de ne pas avoir le corps « idéal ».

D’autres facteurs environnementaux peuvent contribuer à l’apparition de la boulimie :

  • la pression et le stress à l’école, comme les examens ou les brimades – en particulier si une personne est brimée sur son poids ou sa silhouette
  • les professions ou les loisirs où la minceur est considérée comme l’idéal, comme la danse ou l’athlétisme
  • des relations familiales difficiles
  • abus physiques ou sexuels.

Facteurs biologiques et génétiques :

On pense que le risque de développer la boulimie est plus élevé chez les personnes ayant des antécédents familiaux de troubles alimentaires. Cela suggère que la génétique pourrait contribuer au développement de la boulimie.

Comme pour d’autres troubles mentaux, tels que la dépression, les personnes atteintes de boulimie peuvent présenter des différences dans le fonctionnement de leur cerveau par rapport aux personnes qui n’en souffrent pas. Ces différences peuvent affecter la partie du cerveau qui est liée à l’appétit et à l’image corporelle.

Traiter la boulimie :

Avant le début de votre traitement, vous ferez probablement l’objet d’une évaluation globale de votre santé. Cette évaluation aidera votre professionnel de santé à établir un plan de traitement et de soins. Par exemple, il pourra évaluer

  • votre état de santé général et vos éventuels besoins médicaux
  • votre situation sociale, par exemple le soutien que vous apporte votre famille et vos amis
  • votre humeur et les risques qui vous affectent, par exemple si vous risquez de vous faire du mal
  • s’il existe des risques physiques liés à la boulimie qui nécessitent un traitement urgent.

Votre plan de soins :

Pour de nombreuses personnes, l’auto-assistance guidée peut être un traitement efficace de la boulimie. L’auto-assistance guidée consiste à travailler sur des informations et des activités par vous-même, et à avoir des séances de soutien régulières avec un professionnel (généralement un psychologue). Ces activités peuvent consister à remplir des feuilles de travail, à tenir un journal alimentaire et un plan de repas, et à écrire sur des pensées et des sentiments difficiles.

Si cette démarche n’aboutit pas, votre médecin généraliste peut vous adresser à un service spécialisé dans les troubles alimentaires, qui vous proposera un programme structuré de traitement psychologique.

Traitement psychologique :

Le principal type de traitement psychologique de la boulimie est la thérapie cognitivo-comportementale (TCC). La TCC part de l’idée que les pensées, les sentiments et le comportement sont liés et s’influencent mutuellement. Si la boulimie amène une personne à se comporter de manière malsaine, la TCC l’aide à modifier son comportement nuisible tout en s’efforçant de changer sa façon de penser à la nourriture, à l’alimentation et au poids.

Médicaments :

Les antidépresseurs dits inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine (ISRS) permettent de prendre en charge la boulimie. L’ISRS habituellement recommandé pour traiter la boulimie est la fluoxétine (nom de marque Prozac).

Il est également préférable de ne pas prendre d’ISRS si vous êtes épileptique ou si vous avez des antécédents familiaux de maladie cardiaque, hépatique ou rénale.

Rechute :

Le rétablissement de la boulimie peut prendre beaucoup de temps et il est assez fréquent que les symptômes de la boulimie réapparaissent après le traitement – c’est ce qu’on appelle une rechute, plus probable en période de stress. En cas de rechute, la démarche à suivre pour obtenir un traitement est la même : la première étape consiste à consulter votre médecin généraliste.

* Presse Santé s' efforce de transmettre la connaissance santé dans un langage accessible à tous. En AUCUN CAS, les informations données ne peuvent remplacer l' avis d'un profesionel de santé.