Voici les 8 types d’hameçonnage pour rester alerte et vigilant en cas d’attaque numérique

Avez-vous déjà reçu un courriel suspect d’une source inconnue prétendant provenir de votre banque ? Ou peut-être avez-vous été invité à cliquer sur un lien dans un texte, entraînant le téléchargement d’un logiciel suspect ? Ce sont là des exemples d’escroqueries par hameçonnage, c’est-à-dire des tentatives malveillantes faites par des criminels pour accéder à des informations personnelles ou financières confidentielles.

Dans le monde numérique d’aujourd’hui, il est important que chacun comprenne le fonctionnement du phishing et les mesures à prendre pour éviter d’être victime de cette cyberattaque trompeuse. Pour vous aider à vous protéger en ligne, cet article examine les différentes formes d’attaques de phishing et propose des conseils pratiques pour les éviter. Poursuivez votre lecture pour en savoir plus sur la façon d’identifier les courriels frauduleux et de protéger vos informations sensibles !

  1. Le phishing :

Le phishing est une cybercriminalité à laquelle la plupart d’entre nous ont été confrontés au moins une fois. Cette pratique malveillante consiste à envoyer des courriels ou des textes en prétendant qu’ils proviennent d’une source fiable afin d’accéder à des informations personnelles, comme des coordonnées bancaires ou des informations personnelles. Malheureusement, cette activité malveillante peut avoir des conséquences néfastes, car elle peut entraîner un vol d’identité et des pertes financières. Pour vous protéger, il est important d’identifier les tentatives d’hameçonnage en vérifiant toujours deux fois les liens avant de cliquer dessus et en ne saisissant jamais d’informations sensibles sur un site Web non sécurisé ou en répondant directement aux courriels qui vous demandent des données confidentielles.

  1. Le spear phishing :

Un type d’hameçonnage qui cible des personnes ou des organisations spécifiques au moyen d’e-mails très personnalisés. Contrairement aux attaques générales où un grand nombre de personnes reçoivent le même message générique, les spécialistes du spear phishing élaborent des messages individualisés adaptés au destinataire, ce qui les incite à croire qu’ils sont authentiques. L’attaquant utilise généralement des informations tirées de profils de réseaux sociaux ou d’autres sources publiques concernant la victime afin de rendre l’e-mail plus convaincant.

  1. Le whaling :

Un autre type d’attaque ciblée qui vise spécifiquement les cadres supérieurs d’une organisation. Dans ce cas, les attaquants utilisent des tactiques similaires à celles utilisées dans le spear phishing, mais ciblent souvent les membres d’une équipe de direction ayant un niveau d’autorité ou d’accès plus élevé. En ciblant une personne disposant de privilèges de haut niveau au sein d’une organisation, ils sont en mesure d’obtenir un accès encore plus important que s’ils ciblaient un utilisateur ordinaire.

  1. Le clone phishing :

Il consiste à créer une copie presque identique d’un courriel existant qui a déjà été envoyé à des utilisateurs par une source de confiance, comme leur banque, leur FAI ou leur employeur, puis à le modifier légèrement et à l’envoyer à nouveau sous un faux prétexte. L’attaquant modifie généralement de petits détails, comme des liens ou des identifiants de connexion, afin que les utilisateurs peu méfiants tombent dans son piège et saisissent leurs propres informations sensibles sans se rendre compte qu’ils transmettent des données à quelqu’un d’autre.

  1. Le smishing :

Le concept du smishing est similaire à celui du spam SMS traditionnel, mais au lieu d’essayer de vendre des produits indésirables par SMS, il est utilisé à des fins malveillantes, à savoir inciter les utilisateurs à fournir des informations sensibles sur eux-mêmes ou sur leurs comptes à des fins frauduleuses. Les auteurs de smishing créent généralement de courts messages contenant des demandes urgentes pour que les utilisateurs cliquent sur des liens ou fournissent des informations de connexion – en affirmant souvent que le fait de ne pas le faire pourrait entraîner une sorte de sanction (par exemple la suspension de leur compte).

  1. Le vishing :

L’hameçonnage vocal (voice phising) est un autre type d’attaque où les attaquants tentent d’inciter les victimes à fournir des informations confidentielles par téléphone plutôt que par courrier électronique ou par SMS. Les attaquants prétendent souvent qu’ils appellent d’une institution réputée, comme une banque ou une agence gouvernementale, et tentent d’amener les gens à révéler des codes PIN, des détails de cartes de crédit, etc. en leur disant quelque chose comme « Nous devons confirmer les détails de votre compte pour des raisons de sécurité » – alors qu’en réalité, tout ce qu’ils veulent, ce sont ces détails pour leurs propres fins criminelles.

  1. SEO Physhing :

Enfin, il y a le SEO Phising (optimisation des moteurs de recherche). Cette tactique tire parti des algorithmes des moteurs de recherche en créant des sites Web dont le nom de domaine correspond étroitement à ceux d’entreprises connues, mais dont l’URL appartient en réalité à l’attaquant.

Par exemple : www.monsiteweb.net au lieu de www.monsiteweb.com. Le site Web lui-même peut ressembler à un site réel, mais les données qui y sont saisies finissent directement dans les mains des attaquants. Ce qui peut entraîner de graves pertes financières pour les victimes qui communiquent involontairement leurs informations personnelles en pensant qu’elles ont affaire au site Web d’une entreprise légitime !

  1. Baiting ou Appâtage :

L’appâtage est une technique numérique utilisée pour obtenir un accès malveillant. Elle permet de tromper l’utilisateur en l’attirant avec quelque chose qu’il désire : logiciel gratuit, contenu exclusif, etc. En cliquant sur le lien fourni, l’utilisateur invite un logiciel malveillant à pénétrer dans son appareil, permettant ainsi aux criminels d’accéder à des informations et à des données personnelles. Tous les utilisateurs doivent rester vigilants lorsqu’il s’agit de cliquer sur des liens confirmés, afin de s’assurer que leur sécurité n’est pas compromise. Il ne faut qu’une seconde pour qu’un lien malveillant empiète sur la sécurité d’une personne. Il est donc essentiel de faire attention à toutes les connexions entrantes.

5/5 - (2 votes) Avez-vous trouvé cet article utile?
À lire aussi
Margot Fontenive