Avez-vous besoin de contacter la rédaction ? Envoyez vos e-mails à [email protected] ou sur notre formulaire.
Actualité

Ces 3 facteurs principaux les plus susceptibles de contribuer à la prise de poids

Selon de nouvelles recherches, il y a trois facteurs principaux qui contribuent à l'apport calorique au moment des repas.

Marie Desange
Les derniers articles par Marie Desange (tout voir)

Selon de nouvelles recherches, il y a trois facteurs principaux qui contribuent à l’apport calorique au moment des repas. Les chercheurs ont étudié les effets de différentes caractéristiques des repas sur la consommation calorique. Ils ont constaté que les repas pris rapidement et à haute densité énergétique, ainsi que les aliments très appétissants, sont liés à un apport calorique plus élevé dans quatre régimes alimentaires.
Ils ont noté que des recherches supplémentaires sont nécessaires pour confirmer leurs résultats. Le taux d’obésité dans le monde a presque triplé depuis 1975.

La principale cause de l’obésité est un déséquilibre énergétique à long terme: consommer plus de calories que le corps n’a la possibilité de brûler. La recherche sur les pratiques alimentaires permettant de perdre du poids est donc essentielle pour traiter l’obésité. Des études ont montré que le fait de manger rapidement et des aliments à forte densité énergétique, c’est-à-dire des aliments qui contiennent plus de calories par gramme, est lié à une plus grande consommation de nourriture. D’autres données ont montré que les aliments très appétissants peuvent être artificiellement récompensés par la consommation. Par ailleurs, un apport plus élevé en protéines a été associé à une satiété accrue et à un apport énergétique plus faible. Une meilleure compréhension des principales caractéristiques des régimes alimentaires pourrait faciliter la conception de régimes destinés à traiter l’obésité.

Récemment, des chercheurs ont étudié comment les caractéristiques des repas influent sur l’apport calorique dans quatre modèles d’alimentation différents. Ils ont constaté que la densité énergétique des repas, la rapidité avec laquelle les repas sont pris et la consommation d’aliments hyper appétissants influent sur l’apport calorique. Cette nouvelle étude est publiée dans Nature.

Ce qu’ils ont fait

Les chercheurs ont analysé les données recueillies auprès de 35 personnes ayant participé à deux études d’alimentation en milieu hospitalier. Tous les participants étaient âgés de 18 à 50 ans et avaient un poids stable au cours des 6 mois précédents. Au cours des études, ils ont été exposés à des régimes alimentaires minimalement transformés, dont la teneur en glucides et en lipides variait considérablement, ou à des régimes alimentaires contenant des niveaux modérés de glucides et de lipides, avec des aliments ultra-transformés et minimalement transformés. Les participants ont été exposés à deux régimes différents avec des menus tournants de 7 jours pendant deux semaines chacun. On leur a demandé de manger autant qu’ils le souhaitaient de chaque régime.

Au total, les chercheurs disposaient de données complètes sur 2 733 repas, notamment leur densité énergétique, leur teneur en protéines, la vitesse à laquelle ils mangeaient et le pourcentage d’aliments hyper appétissants consommés: définis comme étant riches en graisses, en sodium, en graisses et en sucre, ou riches en glucides ou en sel. En fin de compte, les chercheurs ont constaté que la densité énergétique, le pourcentage d’aliments hyper appétissants consommés et la vitesse de consommation étaient tous corrélés à une augmentation de l’apport énergétique, quel que soit le régime alimentaire : pauvre en graisses, pauvre en glucides, régime à base d’aliments non transformés et régime à base d’aliments ultra-transformés. Ils ont toutefois constaté qu’un apport plus élevé en protéines n’était corrélé à une augmentation de l’apport énergétique que dans les régimes non transformés et ultra-transformés avec des niveaux modérés de glucides et de lipides.

Ils ont également constaté que la consommation de protéines au repas précédent était liée à un apport énergétique plus important lors des repas suivants dans le cadre des régimes pauvres en graisses et en glucides, mais qu’elle était réduite dans le cadre du régime ultra-transformé. Les chercheurs ont écrit que leurs résultats suggèrent que la densité énergétique, la fréquence des repas et le pourcentage de protéines et d’aliments très appétissants consommés sont des facteurs prédictifs importants de l’apport énergétique.

Photo Freepik

Augmenter l’apport calorique

La densité énergétique signifie combien de calories sont dans une certaine quantité d’aliments. Plus la densité énergétique d’un aliment est élevée, moins il faut en absorber pour avoir un apport calorique élevé. Par exemple, une cuillère à soupe de beurre de cacahuète contient environ 100 calories, contre une cuillère à soupe d’avoine cuite qui contient 15 calories.

Les aliments hyper-appétents ont également tendance à être denses en énergie et plus riches en glucides raffinés, ce qui facilite la consommation d’une grande quantité de ces aliments sans être vraiment satisfait. La vitesse à laquelle vous mangez peut également faire une grande différence dans la quantité que vous mangez. Il faut généralement environ 20 minutes pour que les signaux de satiété émis par notre estomac atteignent notre cerveau. Par conséquent, si vous mangez un gros repas en seulement 10 minutes, il faudra un certain temps avant que vous n’enregistriez réellement vos signaux de satiété.

Limites de l’étude

La présente étude est limitée par le fait qu’il s’agissait d’une analyse secondaire d’essais d’alimentation précédemment publiés chez des participants à la recherche hospitalisés hébergés dans l’unité de recherche clinique métabolique du centre clinique du NIH. Bien que cet environnement ait permis des mesures exactes et précises de la prise alimentaire et ait fourni un excellent contrôle sur l’environnement alimentaire, il est difficile de savoir comment nos résultats s’extrapolent à des environnements plus naturels. De plus, les adultes étaient tous relativement jeunes, l’âge moyen étant de 29-31 ans, et l’apport en fibres n’a pas été pris en compte, ce qui peut avoir une incidence considérable sur la densité énergétique consommée. Des recherches supplémentaires seraient nécessaires pour voir si les tendances sont cohérentes dans d’autres groupes d’âge.

Implications

Comme pour tout ce qui concerne la nutrition, l’une des implications serait de consommer un régime alimentaire très varié afin d’obtenir un large éventail d’aliments à densité calorique. Comme une faible densité à partir de bouillons et de salades, et une haute densité à partir d’aliments comme les noix. Une autre implication de ces résultats serait que manger lentement est bénéfique en termes de régulation de l’apport calorique global, tout comme manger les aliments les moins transformés/non transformés possibles.

Lorsque nous mangeons des aliments non transformés/les moins transformés, nous obtenons beaucoup plus d’eau de l’aliment. Pensez à un fruit ou un légume plutôt qu’à des chips aromatisés aux légumes.
Ainsi, lorsque nous mangeons des aliments non transformés, nous consommons moins de calories et leur densité calorique est moindre. Tout cela est important pour l’alimentation ! Un régime alimentaire complet, à base de plantes, correspond très bien à ce critère.

5/5 - (1 vote) Avez-vous trouvé cet article utile?
À lire aussi