Variole du singe : quels sont les symptômes?

La variole du singe, le "monkeypox", provoque des lésions cutanées, de la fièvre et des douleurs corporelles chez les personnes infectées

Depuis le début du mois de mai 2022, de nombreux pays d’Europe, ainsi que l’Australie et les États-Unis, ont signalé un nombre croissant de cas de variole du singe.

Maladie virale originaire d’Afrique, le « monkeypox » se transmet généralement par contact entre animaux et humains, produisant des lésions cutanées, de la fièvre et des douleurs corporelles chez les personnes infectées par le virus. Certains cas récents de monkeypox ont concerné des hommes ayant eu des relations sexuelles avec d’autres hommes. Toutefois, les experts affirment que la maladie n’est pas une infection sexuellement transmissible, mais qu’elle peut se propager par contact direct lors de rapports sexuels.

Dans la foulée de la pandémie de COVID-19, un virus zoonotique semble se propager en Europe et en Amérique du Nord. Depuis le début du mois de mai 2022, Monkeypox a progressé au Royaume-Uni, en Espagne et au Portugal. La France, l’Allemagne, l’Italie, la Belgique et l’Australie ont depuis confirmé au moins un cas dans chaque pays également.

Au Royaume-Uni, 20 cas de monkeypox ont été confirmés depuis début mai. Au cours d’une conférence de presse tenue le 17 mai, les responsables de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) ont déclaré qu’il s’agissait pour la plupart d’événements distincts, à l’exception d' »un regroupement familial avec deux cas confirmés et un cas probable […] » Les responsables de l’OMS suivent depuis plusieurs semaines le parcours de la variole du singe en Europe et en Amérique du Nord. Cependant, avec les données disponibles jusqu’à présent, ils ne savent pas depuis quand le virus se propage.

Qu’est-ce que la variole du singe: monkeypox ?

La variole du singe est un virus zoonotique, qui transmet la maladie des animaux aux humains. Les cas surviennent généralement près des forêts tropicales humides, où vivent les animaux porteurs du virus. Le virus de la variole du singe est un membre de la famille des orthopoxvirus.

Il possède également deux souches génétiques distinctes, ou clade : le clade d’Afrique centrale (bassin du Congo) et le clade d’Afrique de l’Ouest. Le clade du bassin du Congo est connu pour se propager plus facilement et provoquer des symptômes plus graves. La variole du singe est naturellement présente en Afrique, notamment dans les pays d’Afrique centrale et occidentale. Les cas en Europe sont rares et associés à des voyages internationaux en provenance d’endroits où la maladie est plus courante.

Quels sont les symptômes de la variole du singe ?

Les symptômes et les signes de la variole du singe incluent des maux de tête, une éruption cutanée, de la fièvre, des courbatures, des frissons, des ganglions lymphatiques enflés et de l’épuisement. Elle produit des symptômes similaires à ceux de la variole, mais plus légers.

Le délai entre l’infection et l’apparition des symptômes, que l’on appelle la période d’incubation, peut varier de cinq à 21 jours. La maladie disparaît généralement en deux à quatre semaines. Les cas graves sont plus fréquents chez les personnes souffrant de déficiences immunitaires sous-jacentes et chez les jeunes enfants. Ces derniers temps, le taux de létalité de la variole du singe est d’environ 3 à 6 %.

Comment se transmet la variole du singe ?

La transmission du virus de la variole du singe entre humains est limitée, mais elle peut se faire par contact cutané étroit, gouttelettes d’air, fluides corporels et objets contaminés par le virus. La plupart des cas récents de monkeypox au Royaume-Uni et au Canada ont été signalés chez des hommes ayant des relations sexuelles avec d’autres hommes, parmi les personnes qui fréquentent les services de santé sexuelle dans les cliniques de santé.

En ce qui concerne cette tendance, le Dr I. Socé Fall, directeur régional des urgences pour le programme des urgences sanitaires de l’OMS, a mis en garde : « Il s’agit de nouvelles informations que nous devons étudier correctement pour mieux comprendre la dynamique de la transmission locale au Royaume-Uni et dans certains autres pays. »

De nombreuses inconnues sur les derniers cas

Lors d’une conférence de presse le 17 mai, le Dr Fall a reconnu que les responsables de la santé publique avaient encore beaucoup à apprendre sur le virus de la variole du singe. Les experts de l’OMS estiment que les solutions aux appels à la variole du singe doivent aller au-delà de la lutte contre la maladie.

Lors de la conférence de presse, le Dr Michael Ryan, directeur exécutif du Programme des urgences sanitaires de l’OMS, a déclaré : « Obtenir des réponses ne consiste pas seulement à obtenir des réponses sur le virus. Nous devons obtenir des réponses sur les hôtes, nous devons obtenir des réponses sur le comportement et les pratiques humaines, et nous devons agir à tous les niveaux pour essayer de garantir que les populations humaines sont protégées. »

 

* Presse Santé s' efforce de transmettre la connaissance santé dans un langage accessible à tous. En AUCUN CAS, les informations données ne peuvent remplacer l' avis d'un proffesionel de santé.

Vous aimez nos contenus ?

Recevez chaque jour nos dernières publications gratuitement et directement dans votre boite mail

RECEVOIR LA NEWSLETTER
- Presse Santé -