Régimes protéinés et pollution : quels sont les rapports ?

Les protéines font partie des macronutriments faisant des plus indispensables au quotidien. Elles accompagnent les lipides et les glucides qui sont primordiaux pour avoir l’énergie nécessaire. Elles proviennent de plusieurs sources. Les protéines animales viennent des viandes, des poissons, des œufs et des produits laitiers. Les aliments comme les légumineuses, les oléagineux et les céréales sont aussi des sources de protéines végétales. Bien qu’elles soient importantes pour l’organisme, elles ne doivent pas être consommées excessivement. Et pour cause, elles peuvent polluer l’environnement via les secrétions dont les urines. Voici plus d’infos.

Consommation des protéines et azote : ce qu’il faut comprendre.

Depuis quelques années, la dégradation de l’environnement est devenue un sujet qui préoccupe le monde entier ou presque. Tout ce qui peut être polluant est donc pointé du doigt. C’est le cas des régimes hyperprotéinés. Selon plusieurs scientifiques, la quantité d’azote excessive dans l’atmosphère serait causée par les urines humaines contenant trop de protéines. Maya Almaraz, biochimiste de l’université de Californie à Davis, affirme cette conclusion. Selon elle, il serait possible de réduire la présence d’azote si les tous les citoyens consommeraient moins de protéines.

Mais comment les protéines puissent devenir nuisibles ?

Lors que les protéines consommées par une personne dépassent ses besoins normaux, les acides aminés en excès les transforment en azote. Celui-ci est ensuite évacué dans l’urée et rejoint les urines. Il faut noter cependant que les conséquences d’un excès d’azote ne sont pas positives. Cet élément aurait un impact négatif sur l’écosystème non seulement terrestre, mais aussi aquatique. Il peut également atteindre la santé humaine.

Une élévation de la quantité d’azote dans l’air.

Au cours des dix dernières années, les scientifiques ont noté une concentration importante d’azote dans l’air et cela ne cesse de grimper. Cela s’explique par la forte croissance démographique partout dans le monde. En effet, les chiffres concernant ce type de données sont toujours positifs. En 2010, la croissance de la population mondiale a été de 6.34 %. Puis, elle est passée à 6.08 % en 2015. Et contrairement aux idées reçues, malgré la crise sanitaire de 2019, la population mondiale a encore augmenté de 5.62 %. Outre l’épuisement des ressources naturelles, la destruction progressive de l’environnement causée par l’azote provenant d’une surconsommation de protéines en est une des principales conséquences.

Chez les Américains qui font partie des grands consommateurs de protéines, l’augmentation de la quantité d’azote dans l’atmosphère serait estimée à 20 % entre les années 2016 et 2055. 67 % de ces émissions seraient d’origine humaine via les chasses d’eau des toilettes.

Pourquoi les gens consomment plus de protéines que nécessaire ?

Comparé à il y a quelques années, le rythme de vie actuel serait une des raisons qui poussent les gens à surconsommer des protéines. Étant une des principales sources d’énergie utiles pour l’organisme, beaucoup de personnes pensent que prendre des protéines en grande quantité permet d’avoir suffisamment de force pour attaquer leurs journées. Consommer trop de protéines peut aussi être involontaire. Comme beaucoup de personnes doivent manger en dehors de leurs foyers tous les jours à cause du boulot, des études, etc., elles achètent des nourritures préfabriquées ou industrialisées. Or, celles-ci constituent souvent une composition hyperprotéinée.

En outre, les personnes qui font du sport ou bien celles qui souhaitent sculpter leurs corps sont de plus en plus nombreux à suivre des régimes hyperprotéinés.

Comment réduire les risques relatifs à la surconsommation de protéines ?

Il y a des solutions permettant d’éviter cela. L’adoption d’un mode de vie sain en est une. Pour ce faire, le mieux est de préparer soi-même ses repas et d’éviter d’en acheter dans des lieux qui ne font pas attention à la quantité de protéines utilisée.

Il est aussi possible d’apprendre soi-même à calculer et à contrôler le taux de protéines à consommer quotidiennement. Un professionnel de santé comme le nutritionniste peut donner des conseils à ce sujet.

Et pour finir, le mieux est tout simplement de réduire la consommation en prenant de la nourriture healthy, sans aucun danger potentiel, mais qui permettent aussi d’apporter de l’énergie. C’est le cas des fruits et des légumes.

Évidemment, il est nécessaire de sensibiliser les gens en commençant par ses proches. Tout le monde doit prendre conscience de l’importance de la réduction de la prise de protéines.

* Presse Santé s' efforce de transmettre la connaissance santé dans un langage accessible à tous. En AUCUN CAS, les informations données ne peuvent remplacer l' avis d'un proffesionel de santé.

Vous aimez nos contenus ?

Recevez chaque jour nos dernières publications gratuitement et directement dans votre boite mail

RECEVOIR LA NEWSLETTER
- Presse Santé -