Le syndrome de l’imposteur : Tout le monde l’a vécu dans un moment ou autre dans sa vie.

Vous occupez votre poste actuel depuis quelques mois maintenant et vous vous sentez plutôt bien dans votre peau. Vous connaissez votre travail, vous respectez toutes les échéances et vous impressionnez généralement tous ceux qui vous entourent. Mais un jour, vous êtes frappé de plein fouet : le syndrome de l’imposteur.

Soudain, vous vous sentez comme un imposteur, comme si vous n’attendiez que d’être découvert et démasqué comme l’imposteur que vous êtes. Si cette situation vous semble familière, il faut que vous sachiez que selon certaines estimations, 70 % des gens connaissent le syndrome de l’imposteur à un moment ou à un autre de leur vie. Alors, gardez à l’esprit qu’il s’agit d’un état psychique qui va se dissiper au fur et à mesure. Que pouvez-vous faire pour le surmonter ? Voici ce qu’en dit un psy.

Le syndrome de l’imposteur d’un point de vue psychologique.

Le syndrome de l’imposteur est un état dans lequel les gens doutent de leurs réalisations et ont l’impression d’être des imposteurs. Il est plus fréquent chez les personnes très performantes, qui ont souvent l’impression de ne pas être assez bonnes ou de ne pas mériter leur succès. Le syndrome de l’imposteur peut entraîner l’anxiété, la dépression et une faible estime de soi. Il peut également interférer avec le travail et les relations personnelles.

Quelles sont les causes qui manifestent le syndrome de l’imposteur ?

Selon le Dr Valerie Young, auteur de The Secret Thoughts of Successful Women, le syndrome de l’imposteur a quatre causes principales : le perfectionnisme, les comparaisons, le besoin d’approbation et les fantasmes d’imposteur.

  • Le perfectionnisme : La croyance que si vous n’êtes pas parfait, vous êtes un échec. Cette croyance peut être paralysante et vous empêcher de prendre des risques ou de vous lancer.
  • Les comparaisons : vous amènent à vous comparer constamment aux autres et à avoir l’impression de ne pas être à la hauteur.
  • Le besoin d’approbation : vous pousse à rechercher la validation des autres au lieu de faire confiance à vos propres instincts.
  • Le fantasme de l’imposteur : consiste à croire que vous serez démasqués comme des imposteurs si vous ne réalisez pas continuellement des choses étonnantes.

Les signes du syndrome de l’imposteur : Comment vous reconnaître ?

Selon le Dr Valerie Young, le syndrome de l’imposteur se caractérise par un sentiment constant de fraude et de doute de soi. Les personnes prétendent qu’elles ne sont pas assez bonnes ou qu’elles ne méritent pas leur succès. Elles peuvent avoir l’impression qu’elles ne sont arrivées là que par chance ou parce qu’elles ont réussi à faire croire aux gens qu’elles sont intelligentes. Comme elles peuvent avoir peur de s’exprimer ou de prendre des risques par crainte d’être démasquées comme des imposteurs. En conséquence, elles peuvent remettre en question leurs décisions et se demander si elles sont vraiment faites pour accomplir cette tâche ou faire ce travail.

Que conseille Dr. valérie Young pour surmonter avec succès le syndrome de l’imposteur ?

Le Dr Valerie Young a passé des années à étudier le syndrome de l’imposteur. Dans son livre, The Secret Thoughts of Successful Women, elle donne des conseils pour surmonter ce problème. L’un des éléments les plus essentiels à faire est de recadrer votre façon de penser. « Le syndrome de l’imposteur n’est pas lié à un manque de qualifications ou d’expérience. Il s’agit d’une incapacité à intérioriser et à s’approprier ses succès » souligne-t-elle.

Au lieu de considérer vos réussites comme la preuve que vous êtes un imposteur, essayez de les voir comme la preuve que vous êtes capable et compétent. Il est également important de célébrer vos réussites, au lieu de les minimiser. Considérez vos réussites comme la preuve que vous faites quelque chose de bien, et non comme un heureux hasard. Si vous prenez le temps de savourer vos réalisations, il vous sera plus facile de croire que vous les méritez.

Enfin, essayez de faire preuve d’auto-compassion. Si vous vous en voulez d’avoir l’impression d’être un imposteur, vous ne ferez qu’aggraver le problème. Soyez donc indulgent avec vous-même et accordez-vous le mérite qui vous revient.

Conclusion :

Si vous êtes en proie au doute de soi et au syndrome de l’imposteur, sachez que vous n’êtes pas seul et que vous pouvez prendre des mesures pour le surmonter. Commencez par considérer vos réussites et se les approprier et faites preuve d’auto-compassion. Avec du temps et des efforts, vous parviendrez à faire taire votre critique intérieur pour de bon.

* Presse Santé s' efforce de transmettre la connaissance santé dans un langage accessible à tous. En AUCUN CAS, les informations données ne peuvent remplacer l' avis d'un proffesionel de santé.

Vous aimez nos contenus ?

Recevez chaque jour nos dernières publications gratuitement et directement dans votre boite mail

RECEVOIR LA NEWSLETTER
- Presse Santé -