Incendie de Notre Dame: 250 tonnes de plomb parties en fumée et dans les poumons des Parisiens?

Le catastrophique incendie de la toiture de la cathédrale Notre Dame et de sa flèche pourrait-il avoir aussi une incidence sur la santé des Parisiens? Si les chiffres relatifs aux matériaux utilisés pour la toiture et la flèche sont exacts, ce sont 250 tonnes de plomb qui sont partis en fumée. Cette fumée a été respirée par les Parisiens qui étaient sous le vent et les particules lourdes sont retombées quelque part: dans les rues, les parcs, sur les toits, dans les intérieurs des habitations.. Le hic, c’est que l’exposition au plomb, même ponctuellement et à faible dose, peut entraîner des effets sur la santé. Sans être alarmiste, un petit récapitulatif des effets du plomb sur la santé s’impose.

250 tonnes de plomb parties en fumée au dessus de Paris

La flèche de la cathédrale Notre Dame, réalisée en 1860 par l’architecte Viollet-le Duc, était constituée de 500 tonnes de chêne et de 250 tonnes de plomb. Le plomb est un matériau qui a été très utilisé dans la construction en raison de sa résistance à l’érosion et de sa facilité de maniement. L’intoxication au plomb, appelée saturnisme était déjà connue des Romains, elle ne se produit qu’en cas d’exposition chronique.

Mais le plomb n’entre pas dans le corps que par l’absorption par voie digestive, à travers de l’eau ou des aliments contaminées. On peut également être contaminé par inhalation, en respirant des fumées qui contiennent du plomb vaporisé. Le point de vaporisation du plomb, c’est à dire la température à laquelle il part en fumée est de 500°.  Lors du gigantesque incendie de la toiture de Notre Dame, la température au coeur du brasier devait largement dépasser ce point. De là à penser que les fumées qui se sont échappées de l’incendie étaient chargées de 250 tonnes de plomb… il n’y qu’un pas. Heureusement, l’exposition des Parisiens a été ponctuelle, elle n’est pas à la hauteur de l’exposition des travailleurs dans l’industrie qui sont exposés quotidiennement à ce métal.

Les effets de l’exposition au plomb sur la santé

On trouve sur le site de l’INRS les informations suivantes sur les dangers du plomb:

Le plomb peut pénétrer dans l’organisme par le nez (poussières, fumées) ou la bouche (mains sales, aliments souillés). En revanche, il ne passe pas à travers la peau. Il provoque des maladies graves en s’accumulant dans l’organisme, en particulier dans les os, où il peut rester plusieurs dizaines d’années. Il s’élimine très lentement.

Les effets du plomb sont :

– au niveau du système nerveux : troubles de l’humeur et de la mémoire, détérioration des capacités intellectuelles, atteinte des nerfs moteurs périphériques ;

– au niveau des reins : perturbation des fonctions d’élimination, insuffisance rénale chronique ;

  • – au niveau du sang : diminution du nombre de globules rouges (anémie) ;
  • – au niveau du système digestif : coliques de plomb (douleurs abdominales) ;

autres : hépatiques, endocriniens…

Le plomb peut également être responsable d’anomalies au niveau de la reproduction :

chez la femme : effets sur la grossesse (avortement, accouchement prématuré…)

chez l’homme : altération de la production des spermatozoïdes.

Les effets sur les enfants

Les enfants sont particulièrement sensibles à l’intoxication par le plomb, qui peut se traduit par des effets sur le système nerveux central, d’autant plus importants que le sujet est jeune, avec des signes cliniques pouvant être graves  troubles du comportement, retard mental…).

Une mère ayant une forte quantité de plomb dans son organisme va en transmettre à son enfant durant la grossesse puis par le biais de l’allaitement, ce qui peut entraîner un retard du développement psychomoteur et mental de l’enfant.

Le plomb dans le corps peut-être détecté avec une prise sang et d’autres analyses que votre médecin pourra vous prescrire en cas de doute.

Source:

http://www.inrs.fr/risques/plomb/ce-qu-il-faut-retenir.html