Etude: du miel brut pour réduire la glycémie et le taux de cholestérol

Le miel brut pourrait contribuer à faire baisser le taux de cholestérol, selon une nouvelle étude.

Une nouvelle étude révèle que le miel, contrairement à d’autres édulcorants, pourrait en fait être bon pour la santé cardiométabolique. Les bienfaits du miel ont été révélés dans des études portant sur des personnes ayant un régime alimentaire lourd contenant 10 % ou moins de sucre. L’étude suggère que le miel, en particulier le miel monofloral brut, pourrait remplacer plus sainement le sucre déjà consommé, plutôt qu’un édulcorant supplémentaire ajouté à la ration quotidienne.

Selon une nouvelle étude menée par des chercheurs de l’université de Toronto, envisager de remplacer le sucre que vous consommez par du miel serrait une bonne option. Pour les personnes suivant un régime alimentaire sain dans lequel pas plus de 10 % des calories quotidiennes proviennent du sucre, le miel présente en fait des avantages cardiométaboliques. L’étude est un examen et une méta-analyse des effets du miel dans 18 essais alimentaires contrôlés impliquant 1 105 personnes en bonne santé. Dans l’ensemble, les essais ont montré que le miel réduisait la glycémie à jeun (taux de sucre dans le sang à jeun), le cholestérol total et le « mauvais » cholestérol (source de LDLT), ainsi qu’un marqueur de la maladie du foie gras. Ils ont également constaté que le miel augmentait les marqueurs de l’inflammation.

Alors que les sucres de toutes sortes sont associés aux problèmes cardiométaboliques, et que le miel est composé à 80 % de sucre, les auteurs de l’étude suggèrent que le miel pourrait faire partie d’une catégorie à part, et mériter une attention particulière en tant qu’aliment sain. Les chercheurs ont constaté que le miel brut et le miel monofloral sont les plus bénéfiques sur le plan cardiométabolique. L’étude est publiée dans Nutrition Reviews.

Qu’est-ce que le miel a de particulier ?

Contrairement à la plupart des édulcorants, le pouvoir sucrant du miel ne provient pas exclusivement des sucres courants, tels que le fructose et le glucose. Environ 15% du miel est composé de dizaines de sucres rares, par exemple, l’isomaltulose, le kojibiose, le tréhalose, le mélézitose, etc. dont il a été démontré qu’ils présentent de nombreux avantages physiologiques et métaboliques, notamment l’amélioration de la réponse au glucose, la réduction de la résistance à l’insuline et la promotion de la croissance des bactéries associées à un intestin sain.

De plus, le miel contient bien plus que des sucres. Il s’agit notamment de nombreuses molécules bioactives, y compris des polyphénols, des flavonoïdes, et des acides organiques qui ont un éventail de propriétés pharmacologiques, notamment un effet antibiotique, un effet anticancéreux, un effet anti-obésogène [anti-obésité], une protection contre les dommages causés par les radicaux libres et une réduction de l’inflammation.

Miel cru et miel monofloral

Les produits à base de miel sont souvent pasteurisés, le miel brut ne l’est pas. Le miel est pasteurisé pour des raisons de commodité et non de sécurité, car le traitement ralentit la granulation naturelle du miel, ce qui peut le rendre plus difficile à verser d’une bouteille ou à mesurer dans une cuillère. Le miel brut contient toute une série de nutriments, dont de nombreux antioxydants, dont la quantité peut diminuer avec la pasteurisation. L’étude actuelle a révélé que le miel brut avait un effet particulièrement positif sur la glycémie à jeun.

La plupart des miels sont polyfloraux, ce qui signifie que les abeilles qui les produisent récoltent le nectar de toutes les plantes productrices de nectar dans un rayon de 3 à 5 km autour de leur ruche. Un miel monofloral est un miel qui provient exclusivement du nectar récolté par les abeilles d’un seul type de plante. Parmi les miels monofloraux bien connus, citons le miel de trèfle, le miel d’acacia et le miel de lavande. Chacun d’eux a une saveur particulière. Les chercheurs ont constaté que les miels monofloraux de trèfle et d’acacia réduisaient le cholestérol LDL et le cholestérol global, ainsi que les triglycérides à jeun. Le miel de trèfle a également réduit le taux de glucose à jeun.

Marqueurs d’inflammation

L’inflammation excessive est de plus en plus associée à une variété de maladies et d’affections, de sorte que la conclusion de l’étude selon laquelle le miel augmente les marqueurs d’inflammation IL-6 et TNF-alpha peut susciter une certaine inquiétude.

Cependant, une augmentation de ces marqueurs pourrait en fait indiquer des avantages supplémentaires. L’IL-6 peut jouer un rôle dans le maintien d’un bon contrôle de la glycémie en améliorant le métabolisme du glucose et des lipides dans l’ensemble du corps. De même, le TNF-alpha est un indicateur de la réponse immunitaire innée du corps, donc une augmentation avec la consommation de miel peut suggérer une amélioration de l’immunité.

Les autres édulcorants naturels

Les sirops comme le sirop d’érable et l’agave sont directement obtenus à partir de plantes, avec une certaine transformation par l’homme à l’aide de la chaleur, et sont principalement composés de sucres communs comme le fructose, le glucose et le saccharose. L’agave est naturel, mais c’est du fructose au bout du compte ». Les concentrations élevées de fructose sont mauvaises pour le foie, quelle qu’en soit la source. Même les jus naturels sont nocifs pour le foie, malgré toutes les vitamines et tous les minéraux qu’ils peuvent contenir.

Pourtant, la façon dont les abeilles fabriquent le miel ajoute une tournure intéressante qui rend ses sucres différents. Le miel comporte une étape supplémentaire au cours de laquelle les abeilles traitent intensivement le nectar [qui est principalement du saccharose] des fleurs avec leurs enzymes, ce qui entraîne la production d’une grande variété de sucres rares dans le miel. Ces sucres rares sont la clé des avantages des sucres du miel par rapport aux autres sucres naturels.

Remarque

Les bénéfices ont été constatés après avoir consommé une moyenne de 40 grammes pendant 8 semaines. Cette quantité de sucre est supérieure à ce que le corps peut traiter sans impliquer le foie. Nous pouvons observer des avantages similaires en matière de risques cardiovasculaires]et métaboliques sans consommation de sucre, par exemple dans le cadre du régime méditerranéen.

* Presse Santé s' efforce de transmettre la connaissance santé dans un langage accessible à tous. En AUCUN CAS, les informations données ne peuvent remplacer l' avis d'un profesionel de santé.