Le « bon » cholestérol peut réduire le risque de maladie d’Alzheimer

Les résultats d'un étude suggèrent que des niveaux plus élevés de petits HDL étaient associés à un risque plus faible de développer la maladie d'Alzheimer.

Le bon cholestérol ou lipoprotéine de haute densité (HDL) est essentiel à la santé. Pourtant, l’impact du HDL sur le cerveau n’est pas entièrement compris. La maladie d’Alzheimer est un trouble qui affecte la capacité des personnes à penser et à fonctionner dans la vie quotidienne. Les chercheurs s’efforcent toujours de mettre au point des traitements et de comprendre cette maladie. Une étude récente suggère que des niveaux plus élevés de petites lipoprotéines de haute densité pourraient réduire le risque de maladie d’Alzheimer.

La maladie d’Alzheimer est une affection débilitante qui touche principalement les personnes âgées. Les personnes qui en sont atteintes peuvent perdre la mémoire et devenir incapables d’accomplir les tâches de la vie quotidienne. Actuellement, la maladie est incurable. Les chercheurs tentent toujours de comprendre comment la maladie se développe, comment la prévenir et comment la traiter au mieux. Une étude récente publiée dans Alzheimer’s & Dementia : The Journal of the Alzheimer’s Association offre un nouvel éclairage. Les chercheurs ont étudié le lien entre les petits HDL ou « bon » cholestérol dans le liquide céphalo-rachidien et le risque de maladie d’Alzheimer. Les résultats suggèrent que des niveaux plus élevés de petits HDL étaient associés à un risque plus faible de développer la maladie d’Alzheimer.

Qu’est-ce que le « bon » cholestérol ?

Le cholestérol est une substance dont l’organisme a besoin. Par exemple, l’organisme utilise le cholestérol pour fabriquer certaines hormones, digérer correctement les aliments et fabriquer de nouvelles cellules. L’organisme fabrique le cholestérol, mais les gens peuvent aussi l’obtenir de sources alimentaires.

Le cholestérol existe dans l’organisme sous deux formes principales : les lipoprotéines de basse densité (LDL) et les lipoprotéines de haute densité (HDL). Les LDL peuvent s’accumuler dans la circulation sanguine et augmenter le risque d’accident vasculaire cérébral et de crise cardiaque. Il est donc essentiel que votre taux de LDL ne soit pas trop élevé.
Le HDL ou « bon » cholestérol de l’organisme aide à ramener le cholestérol vers le foie afin que celui-ci puisse le dégrader. Mais les HDL peuvent avoir un impact sur d’autres domaines de la santé, d’une manière que les chercheurs ne comprennent pas entièrement. Par exemple, les chercheurs essaient encore de comprendre comment les niveaux de HDL affectent le cerveau. Les auteurs de l’étude notent que le HDL présent dans le cerveau est légèrement différent du HDL présent dans le reste du corps.

Qu’est-ce que la maladie d’Alzheimer ?

La maladie d’Alzheimer est une maladie qui affecte le cerveau et qui survient généralement chez les adultes de plus de 60 ans. Elle affecte les nerfs du cerveau et est liée à l’accumulation de protéines spécifiques dans le cerveau. À terme, les neurones du cerveau meurent et perdent leur capacité à communiquer avec les autres cellules cérébrales.
En raison de ces dommages, les personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer ont des problèmes de mémoire, de langage et de prise de décision. Elle peut être débilitante, et les personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer perdent souvent lentement leur capacité à fonctionner de manière indépendante.
Les recherches se poursuivent sur les causes de la maladie d’Alzheimer et sur la meilleure façon de développer des traitements.

Le bon cholestérol et la maladie d’Alzheimer

L’étude en question portait sur 180 participants âgés de 60 ans ou plus. Les participants ont pris part à l’étude par l’intermédiaire de l’Alzheimer Disease Research Center (ADRC) de l’Université de Californie du Sud (USC) et du Huntington Memorial Research Institute (HMRI) Aging Program. Les chercheurs ont examiné les fonctions cognitives des participants au moyen de divers tests cognitifs. Ils ont prélevé des échantillons de liquide céphalorachidien (LCR), le liquide qui entoure le cerveau et la moelle épinière, et de plasma sur les participants et ont isolé leur ADN. Les chercheurs ont recherché le gène APOE ε4 dans l’ADN, un facteur de risque potentiel pour la maladie d’Alzheimer.

Les chercheurs ont ensuite examiné les niveaux de petites particules HDL dans le LCR. Ils ont constaté que des niveaux plus élevés de ces petites particules HDL étaient associés à une meilleure fonction cognitive chez les participants. Ils ont constaté que ce résultat était identique même après avoir pris en compte le gène APOE ε4, l’âge, le sexe et le niveau d’éducation. Les résultats de l’étude pourraient conduire au développement de nouveaux traitements pour la maladie d’Alzheimer.

Les auteurs concluent que « la découverte des particules lipidiques (LDL, HDL) dans le sang a conduit à plusieurs avancées dans la découverte de médicaments pour le traitement et la prévention des maladies cardiovasculaires. Ici, pour la première fois, nous mesurons les particules HDL dans le liquide céphalo-rachidien comme substitut du HDL cérébral et nous constatons que des niveaux plus élevés de petits HDL sont corrélés à de meilleures performances dans les mesures cognitives. Maintenant que nous disposons de ce biomarqueur, notre prochaine étape consiste à déterminer ce qui favorise la formation de ces petites particules de HDL dans le cerveau. Ces nouvelles découvertes pourraient alors déboucher sur une nouvelle liste de médicaments dans notre lutte contre la maladie d’Alzheimer. »

 

Limites de l’étude et poursuite des recherches

Les auteurs de l’étude ont souligné que leur étude présentait plusieurs limites. Tout d’abord, il est difficile d’identifier laquelle de ces particules possède les propriétés protectrices car il existe de nombreux sous-types de petits HDL. Ils reconnaissent que des recherches supplémentaires sont nécessaires pour comprendre les interactions et les différences entre les HDL présents dans le cerveau et ceux de la circulation générale.

Les chercheurs reconnaissent également que les résultats de l’étude ne peuvent pas être généralisés et que l’étude ne montre pas de cause. D’autres recherches pourraient examiner si les niveaux de HDL peuvent prédire le développement de problèmes cognitifs et si l’augmentation des niveaux de HDL pourrait aider à prévenir la maladie d’Alzheimer. Les chercheurs notent que les études futures pourraient inclure plus de participants et avoir des suivis à plus long terme.

Ce travail est intéressant et s’ajoute à l’ensemble croissant de recherches examinant différentes espèces dans le liquide céphalo-rachidien. Ces résultats sur les petites particules de lipoprotéines de haute densité sont intrigants et peuvent contribuer au développement de biomarqueurs qui peuvent aider à prédire la vitesse à laquelle les personnes vont progresser dans la maladie d’Alzheimer. Toutefois, la taille de l’échantillon est assez réduite et des recherches supplémentaires sont nécessaires.

Source

The small HDL particle hypothesis of Alzheimer’s disease

 

* Presse Santé s' efforce de transmettre la connaissance santé dans un langage accessible à tous. En AUCUN CAS, les informations données ne peuvent remplacer l' avis d'un proffesionel de santé.

Vous aimez nos contenus ?

Recevez chaque jour nos dernières publications gratuitement et directement dans votre boite mail

RECEVOIR LA NEWSLETTER
- Presse Santé -