10 signes et symptômes du syndrome du côlon irritable

Dans cet article, nous explorons 10 symptômes du syndrome du côlon irritable que vous devez repérer pour pouvoir y remédier

Le syndrome du côlon irritable est un trouble intestinal caractérisé par des crampes, des ballonnements et des épisodes de constipation et de diarrhée, entre autres symptômes. Une communication perturbée entre l’intestin et le cerveau est à l’origine des signes et symptômes du syndrome du côlon irritable (SCI).

Historiquement, les gens pensaient que le SII était un trouble gastro-intestinal fonctionnel, ce qui signifie qu’il est causé par un fonctionnement anormal et non par une tumeur ou une infection. Cependant, les chercheurs ont découvert que la prolifération des bactéries de l’intestin grêle pouvait jouer un rôle dans cette affection chez certaines personnes.
Les recherches se poursuivent pour déterminer la raison exacte pour laquelle certaines personnes souffrent du SCI. Il se peut que leur intestin soit particulièrement sensible au stress ou à certains aliments. Les femmes sont deux fois plus susceptibles de souffrir du SCI que les hommes. Il est également plus fréquent chez les personnes de moins de 50 ans.

Dans cet article, nous explorons 10 symptômes du SCI. Lisez la suite pour apprendre à le reconnaître. Nous abordons également d’autres affections susceptibles de provoquer des symptômes similaires.

1. Douleurs et crampes

Les douleurs et les crampes dans le bas de l’abdomen peuvent être des symptômes d’affections allant de mineures à graves. Ce sont deux des principaux symptômes du SCI.

Une hypersensibilité de l’intestin est probablement à l’origine de ces symptômes. Le syndrome du côlon irritable affecte la façon dont le cerveau et l’intestin fonctionnent ensemble, et cette affection peut amener les muscles de l’intestin à se contracter plus qu’ils ne le devraient pour une évacuation normale des selles. La contraction excessive du muscle intestinal peut entraîner des douleurs et des crampes dans le bas de l’abdomen.

Une étude de 2014 a révélé que le SCI était le troisième diagnostic le plus fréquemment posé par les médecins généralistes pour des douleurs et des crampes dans le bas de l’abdomen, après « aucun diagnostic » et la gastro-entérite. Plus rarement, la douleur est causée par:

des problèmes urologiques
une gastrite
appendicite
diverticulite
une maladie du pancréas
endométriose
maladie inflammatoire pelvienne
maladie inflammatoire de l’intestin
cancer des ovaires

2. Gaz excessifs

Les personnes atteintes du SCI peuvent avoir des gaz excessifs. Les médecins ne connaissent pas la raison exacte de ce phénomène, mais il existe plusieurs théories. Selon l’une d’entre elles, le SCI serait dû à un problème de bactéries dans l’intestin. Les bactéries peuvent créer certaines toxines qui peuvent provoquer des gaz excessifs. Une autre théorie est que les personnes atteintes du SCI sont moins capables de tolérer et de transporter le gaz dans leur intestin, ce qui entraîne une sensation de gaz. Les gaz accompagnent souvent d’autres symptômes, comme les ballonnements, la constipation et les éructations. S’ils se manifestent une demi-heure après avoir mangé, ils pourraient être dus au SCI. Dans ce cas, les médecins peuvent dépister la maladie cœliaque.

Les symptômes indiquant quelque chose de plus grave comprennent:

une grosseur dans l’abdomen
une difficulté ou une douleur à avaler
une diarrhée intense
fièvre
saignement gastro-intestinal
jaunisse
constipation
nouveaux symptômes chez une personne de 55 ans ou plus
antécédents familiaux de cancer du côlon ou de pancréatite.

Les médecins peuvent interroger une personne sur ses antécédents médicaux familiaux et ses habitudes alimentaires et de consommation de boissons afin de comprendre les causes possibles. Un examen rectal peut déterminer s’il existe un dysfonctionnement du plancher pelvien.

3. Ballonnements

La sensation de ballonnement est un autre symptôme du SCI. Les ballonnements font référence à une accumulation de gaz dans l’intestin, ce qui peut donner à l’abdomen une sensation de plénitude et une apparence plus ronde que d’habitude. Une personne peut également se sentir ballonnée sans que son ventre soit arrondi. Les mêmes facteurs qui provoquent un excès de gaz dans le SCI peuvent également provoquer des ballonnements.

Parmi les autres causes de ballonnements, citons:

la maladie cœliaque
la prolifération de bactéries de l’intestin grêle
des aliments spécifiques, tels que les haricots et les légumineuses

Les ballonnements qui surviennent en cas de constipation seront évalués à la recherche de signes d’autres affections, notamment:

un dysfonctionnement du plancher pelvien
constipation chronique
constipation à évolution lente

L’observation de tout schéma lié aux ballonnements et à la consommation de repas peut fournir des indices permettant de déterminer si le SCI est en cause.

4. Diarrhée

La diarrhée est un symptôme clé du SCI. Elle survient lorsque les muscles de l’intestin se contractent plus que nécessaire. Une sensation de crampes musculaires peut accompagner la diarrhée. Pour aller à la selle, l’intestin se contracte et se relâche de manière rythmique. Dans le cas du SCI, cependant, ce rythme est perturbé. Le SCI peut accélérer ou ralentir les contractions des muscles intestinaux, ce qui signifie qu’il peut provoquer à la fois la constipation et la diarrhée à différents moments. Le SII qui se manifeste principalement par de la diarrhée est appelé SII-D. Il apparaît chez environ un tiers des personnes atteintes du SCI. Il est plus fréquent chez les hommes. Comme pour les autres symptômes du SCI, la diarrhée peut être liée à la façon dont le cerveau et l’intestin communiquent. La recherche sur la raison exacte de ce phénomène se poursuit.

Les symptômes indiquant quelque chose de plus grave sont les suivants

une diarrhée qui dure plus de deux semaines
une perte de poids involontaire ou soudaine
présence de sang dans les selles
fièvre
Le médecin voudra savoir s’il y a des antécédents familiaux de cancer du côlon, de maladie cœliaque ou de maladie intestinale inflammatoire.

 

5. Constipation

La constipation survient lorsqu’une personne éprouve des difficultés à évacuer ses selles. Une personne est constipée lorsqu’elle a :

moins de trois selles en une semaine
des selles dures, sèches ou grumeleuses
une difficulté ou une douleur au moment d’aller à la selle
une sensation de défécation incomplète
La constipation peut avoir de nombreuses causes, notamment la déshydratation, un manque de fibres dans l’alimentation et le stress. Le syndrome du côlon irritable peut également causer la constipation en affectant la façon dont les muscles de l’intestin se contractent.

Lorsqu’une personne est constipée, ses muscles intestinaux ne se contractent pas autant qu’ils le devraient. Le SII qui se manifeste principalement par de la constipation et seulement occasionnellement par de la diarrhée est appelé SII-C. Il peut être difficile de le distinguer de la constipation idiopathique chronique, qui est un autre trouble gastro-intestinal fonctionnel.
La constipation est une affection courante. Si elle ne peut être soulagée par un traitement, ou si des signes supplémentaires apparaissent, les médecins peuvent vouloir écarter des affections plus graves. Il s’agit notamment de :

les cancers colorectaux
l’hypothyroïdie
dysfonctionnement du plancher pelvien

6. Sensibilité aux FODMAPs

Les personnes atteintes du SCI peuvent être plus sensibles aux aliments riches en FODMAPs, qui sont des « oligosaccharides, disaccharides, monosaccharides et polyols fermentables ». Ce sont des types de glucides qui peuvent provoquer une inflammation ou une irritation dans l’intestin. Les FODMAPs peuvent augmenter la quantité d’eau qui passe dans l’intestin, et les bactéries de l’intestin peuvent les faire fermenter. Cela peut augmenter les gaz intestinaux.

Il est possible de réduire les symptômes du syndrome du côlon irritable en évitant les aliments riches en FODMAP, dont les suivants:

les oignons
les avocats
les lentilles
l’ail
les haricots
amandes
noix de cajou

Pour de nombreuses personnes atteintes du SCI, la consommation de FODMAPs déclenche d’autres signes et symptômes de la maladie. Une méta-analyse de 2017 a constaté que la consommation d’un régime pauvre en FODMAP peut soulager les symptômes du SCI.

7 Fatigue

Jusqu’à la moitié des personnes atteintes du SCI ressentent de la fatigue ou de l’épuisement. Une étude réalisée en 2016 a révélé que la fatigue se manifestait parallèlement à d’autres symptômes du SCI, notamment les symptômes intestinaux, la détresse psychologique et les répercussions sur la qualité de vie. Il a également été constaté qu’elle était plus fréquente chez les jeunes femmes. Une étude de 2018 a trouvé un lien possible entre la régulation dysfonctionnelle de la sérotonine et la fatigue chez les femmes atteintes du SII. Des recherches supplémentaires sont nécessaires sur les éventuels marqueurs génétiques d’une prédisposition à la fatigue.

 

8. Douleurs articulaires

Les personnes atteintes du SCI peuvent être plus susceptibles de souffrir de douleurs articulaires. Les scientifiques ne savent toujours pas pourquoi, mais cela pourrait être dû à une inflammation accrue dans le corps. Une étude de 2019 a révélé que le fait de suivre un régime pauvre en FODMAP soulageait les symptômes du syndrome d’hypermobilité articulaire chez les personnes atteintes du SCI. Les résultats étaient les plus forts pour les personnes atteintes du SCI-C. Une étude de 2017 a révélé que les personnes atteintes du SCI avaient un risque accru d’un type de douleur articulaire appelé trouble temporomandibulaire. Cependant, des recherches supplémentaires sont nécessaires pour comprendre ce lien.

9. Se sentir stressé

Il existe un lien étroit entre le SCI et le stress. Jusqu’à trois quarts des personnes atteintes du SCI déclarent être stressées. Le système nerveux contrôle l’intestin et réagit également au stress psychologique. Le lien entre le SCI et le stress va dans les deux sens. Se sentir stressé peut aggraver les symptômes du SCI, et les symptômes physiques du SCI peuvent provoquer une détresse psychologique. Une étude réalisée en 2021 a révélé que le stress chronique et le manque de sommeil étaient associés à un syndrome du côlon irritable autodéclaré. Le stress à plus court terme était fortement associé aux déclarations de symptômes gastro-intestinaux.

10. Brouillard cérébral

Les gaz et les ballonnements intestinaux, qui sont des symptômes du syndrome du côlon irritable, sont également liés au brouillard cérébral. Le brouillard cérébral, ou pensée brumeuse, décrit la confusion mentale, l’altération du jugement et les difficultés de concentration. Des recherches supplémentaires sont nécessaires pour bien comprendre le lien entre les problèmes intestinaux et le brouillard cérébral.

Quand parler à un médecin

Le SCI peut être stressant pour les personnes qui en éprouvent les symptômes. Les personnes qui ressentent une gêne ou une douleur doivent en parler à leur médecin.

Les médecins utilisent les critères de Rome IV pour évaluer les cas possibles de SCI. Pour être éligible, une personne doit présenter:

– des douleurs abdominales qui surviennent au moins une fois par semaine pendant trois mois
– des douleurs abdominales qui surviennent de manière récurrente avec les selles
– des changements dans la fréquence ou la consistance des selles.

Les symptômes inquiétants sont les suivants

– une perte de poids involontaire
– douleurs nocturnes
– sang dans les selles
– fièvre
– antécédents familiaux de cancer colorectal

Perspectives

Le SCI est un problème de santé à long terme qui peut affecter le bien-être d’une personne si elle ne se fait pas soigner. Comprendre les signes et les symptômes du SCI peut aider une personne qui en souffre à obtenir une aide appropriée. De nombreuses options thérapeutiques sont disponibles pour aider une personne atteinte du SCI à gérer son état. Beaucoup d’entre elles sont axées sur le lien entre le stress et le SCI. Un médecin peut également recommander des conseils et des techniques de relaxation progressive afin d’atténuer les symptômes.

* Presse Santé s' efforce de transmettre la connaissance santé dans un langage accessible à tous. En AUCUN CAS, les informations données ne peuvent remplacer l' avis d'un proffesionel de santé.

Vous aimez nos contenus ?

Recevez chaque jour nos dernières publications gratuitement et directement dans votre boite mail

RECEVOIR LA NEWSLETTER
- Presse Santé -