Que faut-il éviter de manger et privilégier en cas de trouble de l’intestin ?

Voici des conseils diététiques généraux pour les personnes atteintes de trouble de l'intestin ainsi que les aliments spécifiques à éviter.



Le syndrome du côlon irritable (SCI) est un trouble intestinal qui provoque des symptômes abdominaux fréquents, notamment la diarrhée, la constipation, les ballonnements et les crampes.

La cause exacte du SCI n’est pas claire, mais les chercheurs ont constaté que le SCI est une maladie chronique. Les chercheurs pensent que des changements dans le mode de vie et le régime alimentaire d’une personne peuvent avoir un impact significatif sur ce trouble. Le SCI et les maladies inflammatoires de l’intestin (MII) sont deux maladies différentes. Le SCI fait référence à un groupe de symptômes qui indiquent un problème dans la fonction intestinale. Les MII font référence à deux maladies : la maladie de Crohn et la colite ulcéreuse, qui impliquent une réponse immunitaire anormale et une inflammation chronique. Certaines personnes souffrant de SCI trouvent que certains aliments aggravent leurs symptômes et que les éliminer de leur alimentation les soulage. Cet article donne des conseils diététiques généraux aux personnes atteintes du SCI et énumère les aliments spécifiques à éviter.

Modifier le régime alimentaire

Recommandations diététiques pour le SII comprennent souvent les éléments suivants :

– Mangez plus de fibres solubles : Elles facilitent l’évacuation des selles, tandis que les fibres insolubles peuvent aggraver les symptômes du SCI.
– Éliminez le gluten, le lactose, ou les deux : Cette mesure peut contribuer à atténuer les symptômes.
– Limitez les glucides difficiles à digérer : Certains aliments contiennent des niveaux élevés de ces glucides, que les médecins appellent FODMAPS (oligo-, di-, et monosaccharides et polyols fermentables).

Les recherches indiquent que la consommation d’aliments riches en FODMAPs peut aggraver les symptômes du SCI, comme par exemple

– ballonnements
– douleurs d’estomac
– constipation, diarrhée, ou les deux.

Cependant, certaines personnes atteintes du SCI peuvent tolérer certaines quantités d’aliments contenant des FODMAP. Cela s’explique par le fait que les aliments peuvent être riches ou pauvres en FODMAP en fonction de la taille des portions. Cela signifie que même si les personnes atteintes du SCI peuvent réagir à une plus grande portion d’un aliment contenant des FODMAP, elles peuvent tolérer une plus petite portion. Un médecin ou un diététicien peut aider une personne à modifier son régime alimentaire afin de résoudre les symptômes du SCI. 

Pour identifier les éléments déclencheurs, ils peuvent recommander d’éliminer certains aliments, puis de les réintroduire un par un pour déterminer ceux qui provoquent les symptômes. Il peut également demander à la personne de tenir un journal alimentaire afin de noter l’apparition des symptômes.

Aliments susceptibles de déclencher le SCI

Bien que la plupart des personnes atteintes du SCI aient des déclencheurs alimentaires différents, certains groupes d’aliments ou produits sont plus susceptibles de provoquer des symptômes du SCI que d’autres.

Les aliments suivants peuvent déclencher les symptômes du SCI :

– fruits : pommes, abricots, mûres, mangues, cerises, nectarines, pêches, prunes, bananes mûres, pastèques et poires, entières ou en jus.
– légumes : artichauts, choux, asperges, choux-fleurs, ail, champignons, oignons, soja, maïs doux, pois verts, pois mange-tout et pois mange-tout.
– les légumes secs : lentilles, haricots et pois chiches
– produits laitiers : lait, crème glacée, crème fraîche et fromage blanc, sauf s’ils sont sans lactose
– Fibres insolubles : son, céréales complètes, noix, maïs et peau des fruits et légumes.
– produits à base de blé et de seigle : pain et autres produits de boulangerie, ainsi que les produits, comme les sauces, qui contiennent de la farine de blé pour épaissir.
– les édulcorants : le miel, le sirop de maïs à haute teneur en fructose et les édulcorants artificiels, tels que le sorbitol, le maltitol ou le xylitol.

On peut également vouloir éviter les amidons résistants que l’on trouve dans les céréales complètes, le pain partiellement cuit et les aliments transformés, comme les chips.
Ces produits atteignent le gros intestin presque sans être digérés, et pendant la digestion dans le côlon, une fermentation se produit, produisant des gaz.
Voici d’autres produits qui peuvent causer ou aggraver les symptômes du SCI:

– l’alcool
– les aliments très gras, comme les aliments frits
– les aliments épicés
– les aliments contenant du gluten
– les produits laitiers
– les aliments riches en sucre

Cependant, n’oubliez pas que les aliments et les boissons qui déclenchent les symptômes du SCI varient d’une personne à l’autre. Il est essentiel pour toute personne atteinte de cette maladie d’identifier ses déclencheurs.

Alternatives aux aliments déclencheurs

Tout en éliminant les aliments qui provoquent ou aggravent les symptômes du SCI, une personne peut bénéficier de l’ajout des aliments suivants à son régime :

– Des fruits à faible teneur en FODMAP : Il s’agit notamment des myrtilles, du melon, du raisin, des oranges, des kiwis et des fraises.
– Légumes à faible teneur en FODMAP : Carottes, aubergines, haricots verts, épinards, courges et patates douces.
– Alternatives laitières : Les produits sans lactose ou les substituts de riz, de soja, d’amande ou d’avoine peuvent être un bon choix.
– Le yaourt (sans lactose) : Certaines recherches indiquent que les probiotiques présents dans le yaourt peuvent améliorer les symptômes du SCI.
– Fibres solubles : Présentes dans l’avoine, le psyllium et certains fruits et légumes, ces fibres aident à réguler le transit intestinal.
– Édulcorants : Le sirop d’érable sans sirop de maïs à haute teneur en fructose ou le stevia peuvent remplacer les édulcorants se terminant par « -ol ».
S’il n’est pas toujours possible d’éliminer tous les déclencheurs du SCI dans une recette, réduire leurs quantités peut aider.

Conseils pour les repas au restaurant

Aller au restaurant peut être stressant pour une personne atteinte du SCI, mais les stratégies suivantes peuvent aider. Tout d’abord, veillez à lire attentivement le menu. Vérifiez les ingrédients susceptibles de provoquer des symptômes et demandez :

– Que contient exactement le plat ?
– Quelle quantité d’un ingrédient déclencheur se trouve dans le plat ?
– Est-il possible de préparer le plat sans cet ingrédient ?

Certaines personnes préfèrent consulter le menu en ligne et se renseigner à l’avance.

En outre, il peut être utile de:

– Demander un menu sans gluten ou sans lactose : Certains restaurants en proposent.
- Vérifiez la base des soupes : Les soupes à base de bouillon sont moins susceptibles de contenir des produits laitiers, comme de la crème, du lait ou du fromage, qui peuvent provoquer des symptômes chez certaines personnes atteintes du SCI.
- Découvrez ce que contiennent les plats de légumes : Vérifiez les ingrédients d’un pot-pourri de légumes ou d’un sauté.
– Renseignez-vous sur les ingrédients ajoutés : Les hamburgers, par exemple, peuvent contenir de la chapelure ou des oignons, deux ingrédients qui peuvent aggraver les symptômes du SCI.
- Optez pour des aliments grillés (et non frits) : Les aliments grillés contiennent moins de matières grasses et peuvent causer moins de malaises gastriques.
- Apportez votre vinaigrette préférée : Certaines personnes emportent des condiments de chez elles, car les vinaigrettes et les sauces commerciales contiennent des additifs qui aggravent leurs symptômes.

Il peut être intéressant de rechercher les options d’un restaurant avant de réserver une table.

Autres stratégies

De nombreuses personnes atteintes du SCI trouvent que cuisiner à la maison avec des ingrédients frais est un bon moyen d’éviter les symptômes.
Voici d’autres conseils qui peuvent vous aider

– manger régulièrement et éviter de retarder ou de manquer des repas
– manger des repas plus petits
– prendre le temps de manger
– ne pas manger plus de 3 portions de fruits frais par jour
– limiter la consommation de thé et de café à 3 tasses par jour
– boire beaucoup d’eau
– manger plus de protéines que de glucides.

Chaque personne atteinte du SCI est différente, c’est pourquoi il est important d’élaborer un plan d’alimentation nutritif adapté à vos besoins spécifiques.

Source

Algera, J., et al. (2019). The Dietary Management of Patients with Irritable Bowel Syndrome: A Narrative Review of the Existing and Emerging Evidence.


Altobelli, E., et al. (2017). Low-FODMAP diet improves irritable bowel syndrome symptoms: A meta-analysis.


Cozma-Petrut, A., et al. (2017). Diet in irritable bowel syndrome: What to recommend, not what to forbid to patients!

* Presse Santé s' efforce de transmettre la connaissance santé dans un langage accessible à tous. En AUCUN CAS, les informations données ne peuvent remplacer l' avis d'un proffesionel de santé.

Vous aimez nos contenus ?

Recevez chaque jour nos dernières publications gratuitement et directement dans votre boite mail

RECEVOIR LA NEWSLETTER
- Presse Santé -