Rajeunir: l’exercice physique fait reculer l’horloge des muscles vieillissants

Une nouvelle étude montre comment l'exercice peut aider à rajeunir les muscles vieillissants.

Une nouvelle étude montre comment l’exercice peut aider à rajeunir les muscles vieillissants. Les médecins appellent l’exercice physique une « polypillule », car il peut prévenir et traiter plusieurs des maladies chroniques associées au vieillissement.

Une nouvelle étude sur des fibres musculaires de souris et d’humains montre comment l’exercice physique affecte l’expression des gènes. Les changements induits par l’exercice « reprogramment » l’expression épigénétique des fibres vers un état plus jeune. Les résultats pourraient fournir des pistes pour le développement de médicaments permettant d’imiter ces avantages chez les personnes qui ne peuvent pas faire d’exercice.

Les recherches montrent que les personnes qui font régulièrement de l’exercice renforcent non seulement leurs muscles, mais améliorent également leur état de santé général, quel que soit le moment de leur vie où elles commencent. Par exemple, des études récentes ont montré que l’exercice réduit le risque de maladies cardiovasculaires, ainsi que les maladies d’Alzheimer et de Parkinson chez les personnes âgées.

À l’inverse, la réduction de la masse et de la force musculaires est associée à une moindre qualité de vie et à une mortalité plus élevée, toutes causes confondues. En raison de sa capacité avérée à prévenir et à traiter plusieurs maladies chroniques à faible coût, les médecins ont qualifié l’exercice physique de « polypilule » sans médicament dont presque tout le monde peut bénéficier.

L’exercice devrait être considéré comme un traitement améliorant la santé et pouvant prolonger la vie, au même titre que les médicaments et une alimentation saine. Les scientifiques espèrent qu’une meilleure compréhension de la façon dont l’exercice rajeunit les muscles âgés au niveau moléculaire fournira des indices pour de futures thérapies anti-âge.

Reprogrammer les fibres musculaires

L’exercice peut faire reculer l’horloge dans les fibres musculaires en favorisant la « reprogrammation épigénétique » des chromosomes dans les noyaux des cellules. L’épigénétique fait référence à la manière dont les modifications chimiques affectent l’activité ou « l’expression » des gènes. Par exemple, des protéines appelées facteurs de transcription peuvent stimuler l’expression de certains gènes lorsqu’elles se lient à des séquences d’ADN spécifiques. En 2012, le Dr Shinya Yamanaka a reçu le prix Nobel de médecine pour sa découverte que quatre facteurs de transcription peuvent transformer des cellules spécialisées et matures en cellules plus jeunes et plus souples, appelées cellules souches pluripotentes. Ces quatre facteurs sont appelés Oct3/4, Klf4, Sox2 et Myc, ou OKSM en abrégé.

Dans une nouvelle étude dont les résultats sont publiés dans The Journal of Physiology, les chercheurs ont comparé les effets des facteurs OKSM sur l’expression des gènes dans les fibres musculaires de souris qui avaient accès à une roue d’exercice et de souris qui n’y avaient pas accès. En outre, ils ont comparé les effets des facteurs OKSM sur le muscle avec les effets d’un seul facteur de transcription, Myc. Les scientifiques ont constaté que l’exercice induit l’expression de Myc dans une plus grande mesure que les trois autres facteurs.

Les chercheurs ont également étudié comment l’exercice seul affectait l’expression des gènes dans les fibres musculaires de souris et d’humains. Les souris étaient âgées de 22 mois, ce qui équivaut à un âge humain d’environ 73 ans. Les souris du groupe « exercice » étaient libres de courir sur une roue non lestée pendant la première semaine, puis, au cours des huit semaines suivantes, les scientifiques ont alourdi progressivement la roue en y fixant des poids magnétiques. Les résultats suggèrent que l’exercice reprogramme les fibres musculaires vers un état plus jeune grâce à une expression accrue des gènes qui fabriquent les facteurs de Yamanaka, en particulier Myc.

Une réponse à l’exercice suralimentée

Ces résultats pourraient un jour conduire à la mise au point de médicaments qui suralimentent la réponse à l’exercice des muscles des personnes confinées au lit ou des muscles des astronautes en apesanteur.

Mais il ne faut pas penser qu’une pilule qui stimule l’expression de Myc puisse un jour remplacer la nécessité de faire de l’exercice. D’une part, l’exercice a des effets bénéfiques sur tout le corps, et pas seulement sur les muscles. En outre, la protéine Myc a été associée au cancer, de sorte que l’augmentation artificielle de son expression comporte des risques inhérents. Dans leur article, les chercheurs notent également que les médicaments qui acquièrent une réputation populaire de « prolongation de la vie » peuvent en fait bloquer certains des effets bénéfiques de l’exercice sur les muscles.

Exercices pour les personnes âgées

Quel est le meilleur type d’exercice pour les personnes âgées.

Pour les personnes de plus de 70 ans, je recommanderais vivement des séances d’entraînement à faible impact et pour tout le corps, en mettant l’accent sur le bas du corps et le tronc. L’entraînement en résistance est non seulement adapté mais aussi fortement recommandé aux septuagénaires et aux personnes âgées. La clé est de commencer lentement et de progresser lentement avec constance. En termes de fréquence, une personne âgée peut marcher tous les jours, en supposant qu’elle n’a pas de contre-indications. Un entraînement musculaire au moins deux jours par semaine et un entraînement à la mobilité, y compris des étirements, tous les jours est un bon programme.

 

5/5 - (4 votes) Avez-vous trouvé cet article utile?
À lire aussi
Marie Desange