7 conseils alimentaires et 6 conseils d’hygiène de vie qui aident à prévenir la maladie d’Alzheimer

1) Évitez le sucre et le fructose raffiné. Idéalement, vous devez limiter au maximum votre consommation de sucre et ne pas dépasser 25 grammes de fructose par jour, voire 15 grammes si vous êtes résistant à l’insuline, ou souffrez de troubles associés.

2) Évitez le gluten et la caséine (c’est-à-dire principalement le blé et les produits laitiers pasteurisés, mais conservez les matières grasses laitières, telles que le beurre). Le gluten rend également vos intestins plus perméables, ce qui permet aux protéines de pénétrer dans le sang, où elles n’ont pas leur place. Cela sensibilise votre système immunitaire et favorise l’inflammation et l’auto-immunité, les deux jouant un rôle dans le développement de la maladie d’Alzheimer.

3) Optimisez votre flore intestinale en mangeant régulièrement des aliments fermentés ou en prenant un supplément de probiotiques fortement dosé et de bonne qualité.

4) Augmentez votre consommation de bonnes graisses, y compris d’acides gras omega-3 d’origine animale. Parmi les sources de bonnes graisses, on trouve les avocats, le beurre cru bio élaboré à partir de lait de vaches nourries à l’herbe, les jaunes d’œufs bio, les noix de coco et l’huile de coco, les noix crues, les produits laitiers crus, les viandes nourries à l’herbe et les volailles élevées en pâturages. Veillez également à consommer suffisamment d’acides gras oméga-3 d’origine animale. Un apport important d’acides gras oméga-3 EPA et DHA permet de prévenir les dommages cellulaires provoqués par la maladie d’Alzheimer, ralentit ainsi sa progression, et réduit votre risque de développer la maladie.

5) Réduisez votre apport calorique global et/ou pratiquez le jeûne intermittent. Les cétones sont mobilisées lorsque vous remplacez les glucides par de l’huile de noix de coco et d’autres sources de bonnes graisses. Le jeûne intermittent est un outil puissant qui aide votre corps à se souvenir comment brûler des graisses et à résoudre la résistance à l’insuline et à la leptine, qui est un important facteur contributif de la maladie d’Alzheimer.

6) Augmentez votre taux de magnésium. Des recherches préliminaires très prometteuses suggèrent qu’une augmentation du taux de magnésium dans le cerveau entraine une diminution des symptômes de la maladie d’Alzheimer. Malheureusement, la plupart des suppléments de magnésium ne passent pas la barrière hémato-encéphalique.

7) Adoptez une alimentation riche en folates. Les légumes sont sans aucun doute la meilleure source de folates, et nous devrions tous manger chaque jour des légumes frais et crus en quantité. Évitez les suppléments tels que l’acide folique, qui est une version synthétique et moins bonne des folates.

À ne pas rater !
Abonnez-vous à la newsletter Presse santé

Recevez chaque semaine et en avant première notre actualité santé : actualités médicales, conseils santé, innovations scientifiques, dossiers complets directement dans votre boite mail !

Adresse e-mail non valide
Essayez c est gratuit. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment.

Recommandations générales d’hygiène de vie pour la prévention de la maladie d’Alzheimer

1) Faites de l’exercice. L’activité physique favorise la croissance de l’hippocampe et améliore la mémoire, et il a été suggéré que l’activité physique pourrait modifier la façon dont la protéine précurseur d’amyloïde est métabolisée, ce qui ralentirait l’apparition et la progression de la maladie d’Alzheimer. L’activité physique augmente également le nombre de protéines PGC-1alpha. La recherche a montré que les personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer ont moins de PGC-1alpha dans le cerveau. Or, les cellules qui contiennent une plus grande quantité de cette protéine produisent moins de la protéine amyloïde toxique, associée à la maladie d’Alzheimer.

2) Optimisez votre taux de vitamine D par une exposition raisonnable au soleil. Des liens étroits entre un faible taux de vitamine D et de mauvais résultats aux tests cognitifs ont été révélés chez des patients atteints d’Alzheimer. Les chercheurs pensent qu’un taux optimal de vitamine D pourrait augmenter la quantité d’importantes substances chimiques présentes dans votre cerveau, et protéger les cellules cérébrales en augmentant la capacité des cellules gliales à prendre soin des neurones endommagés. La vitamine D pourrait également avoir un effet bénéfique sur la maladie d’Alzheimer grâce à ses propriétés anti-inflammatoires et stimulantes du système immunitaire. Un taux suffisant de vitamine D (50 à 70 ng/ml) est essentiel au bon fonctionnement du système immunitaire pour combattre l’inflammation, également associée à la maladie d’Alzheimer.

3) Évitez et éliminez le mercure de votre corps. Les amalgames dentaires, qui sont composés à 50% de mercure, sont l’une des plus importantes sources de toxicité aux métaux lourds. Vous devez toutefois être en bonne santé avant de les faire enlever.

4) Évitez et éliminez l’aluminium de votre corps. Les anti-transpirants, la vaisselle antiadhésive et les adjuvants présents dans les vaccins sont des sources courantes d’aluminium.

5) Évitez les médicaments dits anticholinergiques et les statines. Il a été démontré que les médicaments qui bloquent l’acétylcholine, un neurotransmetteur du système nerveux, augmentent le risque de démence. Il s’agit notamment de certains antalgiques à prendre le soir, des antihistaminiques, des somnifères, de certains antidépresseurs, des médicaments pour contrôler l’incontinence et de certains antalgiques narcotiques. Les statines posent particulièrement problème car elles suppriment la synthèse du cholestérol, épuisent les réserves de coenzyme Q10 et de précurseurs de neurotransmetteurs de votre cerveau, et empêchent le bon acheminement des acides gras essentiels et des antioxydants lipo-solubles vers votre cerveau.

6) Stimulez votre esprit chaque jour. La stimulation mentale, en particulier par l’acquisition de nouvelles connaissances, apprendre par exemple à jouer d’un instrument ou apprendre une nouvelle langue, est associée à la diminution du risque de développer la maladie d’Alzheimer. Les chercheurs pensent que les défis intellectuels aident à renforcer le cerveau, et à le rendre moins vulnérable aux lésions associées à la maladie d’Alzheimer.