7 choses à dire et à ne pas dire à une proche qui veut perdre du poids

Si vous êtes préoccupé par le poids d'un ami ou d'un membre de votre famille, voici comment aborder le sujet avec délicatesse.

Vos paroles aident-elles ou nuisent-elles aux efforts de votre proche pour perdre du poids ? Si un proche est en surpoids, vous pouvez être inquiet et vouloir intervenir. Après tout, un indice de masse corporelle (IMC) élevé est associé à un risque plus élevé de problèmes de santé comme le diabète de type 2, les maladies cardiaques et le cancer, ainsi qu’à une qualité de vie médiocre.

Mais pas si vite, disent les experts. La perte de poids est un sujet sensible et un choix personnel. Si vous souhaitez en parler à votre ami ou à un membre de votre famille, adopter une approche attentive peut vous aider à faire passer votre message, s’il est bienvenu, sans blesser votre proche. Parler de poids et de perte de poids à un proche peut être extrêmement déclencheur pour cette personne. Le timing et l’empathie sont deux facteurs clés lorsqu’on tente d’avoir une conversation. La plupart des tentatives des autres ont tendance à susciter des sentiments intenses de honte et d’humiliation, ce qui favorise probablement un plus grand évitement de la discussion.

Comme pour de nombreux sujets difficiles, lorsqu’il s’agit de discussions sur la perte de poids, ce n’est pas seulement ce que vous dites, mais aussi la façon dont vous le dites qui compte. C’est un sujet vraiment sensible et les mots sont tout ce qui compte lorsqu’on en discute avec ses proches.

Voici ce qu’il faut faire et ne pas faire lorsqu’il s’agit d’aborder avec un proche la possibilité de perdre du poids.

1. Demandez la permission

Si vous vous inquiétez des effets du poids de votre proche sur sa santé, commencez par lui demander la permission d’en parler. S’ils ne veulent pas en parler, respectez leur décision et faites-leur savoir que vous êtes disponible s’ils changent d’avis. Vous pourriez dire : « Je suis là pour toi si ou quand tu as besoin de soutien ». Mieux encore, attendez que votre proche aborde le sujet. Lorsqu’il le fait, écoutez, de faïtes preuve d’empathie plutôt que d’essayer de trouver une solution pour qu’il change.cAvec leur permission, vous pouvez partager des informations utiles. S’ils ont un problème lié au poids, comme l’arthrose, et qu’ils donnent volontairement des informations sur leur douleur au genou, vous pouvez en profiter pour entamer la conversation.
Si la personne a exprimé qu’elle ne veut pas parler de son poids, écoutez et respectez ce désir. Ne continuez pas à aborder le sujet du poids de quelqu’un s’il a déjà exprimé qu’il ne veut pas en parler. Faites confiance au fait qu’ils viendront vous voir si cela devient un sujet qu’ils souhaitent aborder.

2. Ne dites pas : « Tu devrais faire un régime ».

Évitez les mots accusateurs comme « tu dois » ou « tu devrais ». Cela peut donner l’impression d’être critique et votre proche peut se sentir jugé. Les conseils simplistes du type « pourquoi ne pas manger moins et faire plus d’exercice » ne sont pas non plus très utiles. De tels conseils donnent l’impression que la gestion du poids est facile alors qu’elle est en réalité très difficile et complexe. De plus, il est probable que votre proche ait déjà entendu ce genre de conseil. Partez du principe que la personne qui a des kilos en trop a déjà essayé de nombreux régimes et traitez-la comme une experte de son propre corps. Si elle est prête à faire un changement, vous pouvez lui demander : « Qu’avez-vous déjà essayé ? Qu’est-ce qui a le mieux fonctionné pour vous ? »

3. Faites preuve d’amour

Étant donné que le surpoids et l’obésité augmentent le risque d’une multitude de problèmes de santé, y compris ceux mentionnés ci-dessus, vous pouvez avoir une conversation franche avec votre proche sur son état de santé général. Il est important de mettre l’accent sur la santé plutôt que sur le poids ou l’apparence en soi. Expliquez que vos préoccupations sont dues au fait que vous vous souciez de lui. Faites passer le message que vous venez d’un lieu d’amour plutôt que de critique. Par exemple : « Je t’aimerai toujours, quelle que soit ta taille, mais parce que je t’aime tellement, je veux m’assurer que nous vivrons longtemps et en bonne santé ensemble. Vous pouvez également les inviter à partager leur point de vue d’une manière affectueuse. « ar exemple, vous pourriez dire : « Je me sens préoccupé par ta santé en raison de tes antécédents familiaux de diabète.

4. Ne dites pas : « Tu vas manger tout ça ?

Avant de critiquer, sachez que le fait de s’en prendre à votre proche n’est pas susceptible d’entraîner des changements positifs. Ne faites pas la « police de la nourriture » ou des commentaires critiques sur ce que la personne mange, même si elle a dit qu’elle essayait de perdre du poids. La police de la nourriture déclenche généralement la culpabilité et la honte, qui peuvent à leur tour déclencher une alimentation émotionnelle. La recherche révèle également que faire des commentaires négatifs à un proche peut être néfaste. Une étude publiée en juin 2016 dans la revue Eating and Weight Disorders a révélé que les femmes qui se souvenaient que leurs parents avaient fait des commentaires sur leur poids pendant leur enfance étaient plus insatisfaites de leur poids à l’âge adulte. De plus, faire honte à une personne n’est pas un moyen efficace de l’amener à faire quelque chose. Gardez à l’esprit qu’un changement durable ne se produira jamais si les autres exercent des pressions sur vous ou vous font culpabiliser pour vous amener à changer. La personne doit être motivée pour perdre du poids afin de s’engager dans les nombreux changements de comportement difficiles nécessaires à long terme.

5. Dites :  » Comment puis-je t’aider ?

Si vous parlez à une personne qui envisage de perdre du poids mais qui semble dépassée, rappelez-vous que parfois, tout ce dont les gens ont besoin, c’est d’une oreille attentive. Le commentaire le plus important, serait de suggérer à la personne aimée que vous êtes là pour elle et que vous la soutiendrez tout au long de son parcours. Demander comment vous pourriez être utile ou soutenir peut ouvrir des conversations fructueuses, plutôt que de faire des suggestions concrètes sur la façon de perdre du poids. En outre, plutôt que de mettre l’accent uniquement sur une personne spécifique qui a un excès de poids, il est utile d’apporter des changements de comportement sains ensemble en tant que famille. Par exemple, toute la famille peut aider à faire les courses et à préparer les repas, faire des promenades ensemble ou pratiquer d’autres formes d’activité physique agréables. La recherche scientifique soutient également l’idée d’un effort conjoint pour une perte de poids efficace. Par exemple, une étude publiée en février 2018 dans le Journal of Health Communication a révélé que les personnes qui ont participé à un programme de perte de poids en ligne de 15 semaines avec un copain ont perdu plus de poids que celles qui ont suivi le programme seules.

6. Ne complimentez pas automatiquement la perte de poids d’un proche.

À moins que votre proche ne l’ait expressément demandé, abstenez-vous de faire des commentaires sur sa perte de poids. Certaines personnes apprécient les compliments lorsqu’elles commencent à perdre du poids parce qu’elles ont du mal à reconnaître le changement en elles-mêmes, et d’autres se sentent mal à l’aise et « sous le microscope » lorsque des commentaires sont faits sur leur corps. Si vous n’êtes pas sûr de ce que veut la personne, demandez-lui. Ne pas complimenter automatiquement la perte de poids d’une personne, à moins qu’elle n’ait exprimé son désir de recevoir ce genre de commentaires et que vous sachiez que la perte de poids résulte d’un changement de comportement sain. Il ne faut jamais supposer que la perte de poids est une bonne chose, car elle est parfois involontaire en raison d’une maladie ou du résultat de pratiques malsaines de contrôle du poids.

7. Faites attention au timing de ces conversations

Comme nous l’avons mentionné, le moment est crucial. Le timing est primordial. Si vous savez que votre proche est très sensible ou n’est pas prêt à envisager des changements, attendez. Si une personne traverse une période difficile, un divorce, disons, ou un revers quelconque, ce n’est peut-être pas le bon moment pour aborder un problème de poids et fixer un défi.

* Presse Santé s' efforce de transmettre la connaissance santé dans un langage accessible à tous. En AUCUN CAS, les informations données ne peuvent remplacer l' avis d'un proffesionel de santé.

Vous aimez nos contenus ?

Recevez chaque jour nos dernières publications gratuitement et directement dans votre boite mail

RECEVOIR LA NEWSLETTER
- Presse Santé -