Résistance à l’insuline : symptômes, causes et traitement

La résistance à l'insuline est un trouble métabolique qui peut avoir de graves conséquences sur la santé si elle n'est pas traitée.

La résistance à l’insuline est un trouble métabolique qui se produit lorsque le corps ne répond pas correctement à l’insuline. Cela peut entraîner une accumulation de glucose dans le sang, ce qui conduit à une hyperglycémie. Voici les symptômes, les causes et les traitements de la résistance à l’insuline.

Les symptômes de la résistance à l’insuline

La résistance à l’insuline se développe généralement de manière progressive et ne présente pas de symptômes évidents. Cependant, elle peut vous faire vous sentir fatigué et manquer d’énergie. Certaines personnes peuvent attribuer ces effets à d’autres facteurs, comme le manque de sommeil, ce qui fait que la résistance à l’insuline passe souvent inaperçue pendant des années.

Cependant, si vous souffrez de prédiabète ou du syndrome métabolique, une élévation chronique de la glycémie peut entraîner des symptômes perceptibles, tels que :

  • Mictions fréquentes
  • Soif excessive
  • Taches sombres et sèches sur la peau dans les zones de l’aine, des aisselles ou de l’arrière du cou, connues sous le nom d’acanthosis nigricans
  • Prise de poids

Il est possible que vous présentiez certains de ces symptômes si vous souffrez de résistance à l’insuline. Cependant, il est plus probable que vous ne ressentiez aucun effet perceptible. Si vous présentez ces symptômes, assurez-vous d’en discuter avec votre professionnel de santé, car ils peuvent être un signe d’avertissement important indiquant que vous êtes à risque de développer un diabète.

Les complications de la résistance à l’insuline

La résistance à l’insuline peut entraîner plusieurs problèmes de santé à long terme, notamment :

  • Maladies microvasculaires, une affection des petites artères du cœur
  • Neuropathie périphérique, une affection causée par des lésions nerveuses
  • Cardiomyopathie, des lésions du muscle cardiaque
  • Insuffisance rénale
  • Risque accru de démence
  • Risque accru d’accident vasculaire cérébral

Il est donc essentiel de traiter la résistance à l’insuline pour éviter ces complications à long terme.

Les causes de la résistance à l’insuline

La résistance à l’insuline est associée à plusieurs facteurs de risque, mais sa cause exacte n’est pas entièrement claire. Certaines affections médicales peuvent contribuer à la résistance à l’insuline, notamment l’hypertension artérielle, les taux élevés de cholestérol, les faibles taux de HDL (bon cholestérol) et les taux élevés de triglycérides. Les maladies cardiaques, le syndrome des ovaires polykystiques, les troubles hormonaux tels que le syndrome de Cushing, l’acromégalie et l’hypothyroïdie, ainsi que certaines affections génétiques, peuvent également jouer un rôle dans le développement de la résistance à l’insuline. De plus, certains médicaments, tels que les médicaments contre l’hypertension artérielle, les traitements contre le VIH et les stéroïdes, peuvent contribuer à la résistance à l’insuline.

Les facteurs de risque de la résistance à l’insuline

Outre les facteurs de risque médicaux mentionnés précédemment, d’autres facteurs tels que les facteurs génétiques, l’âge et le mode de vie peuvent également augmenter le risque de développer une résistance à l’insuline. L’obésité, une alimentation riche en aliments hautement transformés et en sucre (fructose), un mode de vie sédentaire, l’accumulation de graisse abdominale, le tabagisme, l’âge de 45 ans ou plus, les antécédents familiaux de diabète peuvent tous contribuer à un risque accru de résistance à l’insuline. Il est important de noter que la relation entre la résistance à l’insuline et ses facteurs de risque est complexe, car ils peuvent s’exacerber mutuellement.

L’insuline et la glycémie

L’insuline est une hormone produite par le pancréas qui permet à nos cellules d’utiliser le glucose (sucre) comme source d’énergie. En cas de résistance à l’insuline, les cellules ne répondent pas correctement à l’insuline. Pour compenser cette résistance, le pancréas produit plus d’insuline pour essayer de stabiliser la glycémie. Cependant, le manque d’insuline ou la résistance à celle-ci entraîne une augmentation anormale du taux de glucose dans le sang. Au fil du temps, cela entraîne une hyperinsulinémie, c’est-à-dire un excès d’insuline dans le sang. Cela rend plus difficile pour le corps d’utiliser l’énergie stockée.

Le diagnostic de la résistance à l’insuline

Le diagnostic de la résistance à l’insuline commence par un examen physique réalisé par votre professionnel de santé. Celui-ci prendra également en compte votre historique médical, votre état de santé général et vos facteurs de risque. Il n’existe pas de test de diagnostic spécifique pour confirmer ou exclure la résistance à l’insuline, mais plusieurs tests peuvent être utiles si vous présentez des facteurs de risque. Ces tests comprennent :

Test de glycémie à jeun : Un taux de glycémie à jeun compris entre 100 milligrammes par décilitre (mg/dl) et 125 mg/dl est typique de la résistance à l’insuline. Si votre taux de glycémie à jeun atteint 100 mg/dl, vous serez diagnostiqué avec un prédiabète. S’il atteint 126 mg/dl, cela signifie que vous avez un diabète. Un test de glycémie à jeun est généralement effectué lors de votre bilan annuel et peut être réalisé à d’autres moments si vous présentez des symptômes ou des facteurs de risque de diabète.

Test de tolérance au glucose oral : Vous devrez éviter de manger et de boire pendant 12 heures avant ce test. Votre taux de sucre dans le sang sera vérifié, vous devrez boire un liquide sucré, puis votre taux de sucre dans le sang sera à nouveau mesuré après quelques heures. En général, un taux de glycémie supérieur à 140 mg/dl après deux heures indique un prédiabète. Un taux de glycémie supérieur à 200 mg/dl indique un diabète. Il peut y avoir une corrélation entre des taux élevés de glycémie pendant ce test et la résistance à l’insuline.

Test d’hémoglobine A1C : Ce test mesure votre taux moyen de glucose sur les deux à trois derniers mois. Un taux normal se situe entre 4% et 5,6%. Un taux compris entre 5,7% et 6,4% est compatible avec un prédiabète, et un taux de 6,5% ou plus est typique du diabète. Ici encore, il n’y a pas de plage qui puisse diagnostiquer la résistance à l’insuline, mais des taux élevés combinés à des facteurs de risque et des symptômes peuvent suggérer cette affection.

Les tests sanguins qui mesurent votre taux de glucose peuvent contribuer à l’ensemble du tableau clinique, mais ils ne peuvent pas être utilisés pour confirmer ou exclure le diagnostic de résistance à l’insuline. Il est également possible que vous présentiez une résistance à l’insuline tout en ayant des taux de glucose normaux. Les tests de dosage de l’insuline ne sont pas une méthode standard pour savoir si vous avez une résistance à l’insuline, mais ils sont utilisés dans certaines études de recherche.

Le traitement de la résistance à l’insuline

La résistance à l’insuline et le prédiabète sont tous deux des indicateurs très prédictifs du diabète. Si vous avez reçu un diagnostic de résistance à l’insuline, vous pouvez prendre des mesures pour éviter que votre état ne s’aggrave. Les changements de mode de vie peuvent inverser la résistance à l’insuline et réduire vos chances de développer un diabète, tout en améliorant votre santé en général.

Certains de ces changements comprennent :

Exercice physique : L’exercice régulier aide à augmenter le métabolisme du corps, ce qui peut prévenir les changements métaboliques tels que la résistance à l’insuline.

Alimentation : La plupart des experts recommandent le régime méditerranéen ou le régime DASH comme bonnes méthodes pour gérer la résistance à l’insuline. Les deux régimes mettent l’accent sur les graisses saines, les fruits, les légumes, les noix, les céréales complètes et les viandes maigres.

Perte de poids : Maintenir un poids santé est l’une des façons de réduire les effets et la progression de la résistance à l’insuline. La résistance à l’insuline peut contribuer à la prise de poids, ce qui rend la perte de poids plus difficile. Parlez à votre professionnel de santé si vous avez besoin d’aide pour élaborer et suivre un programme de perte de poids.

La graisse abdominale est l’un des plus grands facteurs de risque de résistance à l’insuline. Pour cette raison, perdre l’excès de poids abdominal est l’une des meilleures façons de réduire votre risque de développer un prédiabète ou un diabète. Aucun médicament ne fonctionnera sans les changements de mode de vie qui peuvent aider à gérer la résistance à l’insuline et à la prévenir. Il n’est jamais trop tard ou trop tôt pour apporter des changements sains à votre alimentation et commencer un programme d’exercice.

Si vous souffrez de résistance à l’insuline, il se peut que vous ayez également besoin d’un traitement pour d’autres affections liées, telles que l’hypertension artérielle, les maladies cardiaques ou les taux élevés de cholestérol. Les médicaments utilisés pour traiter le diabète de type 2 peuvent parfois être prescrits pour la résistance à l’insuline, mais il y a peu de preuves qu’ils puissent aider à contrôler cette affection. Certains médicaments, tels que les agonistes du GLP-1 et du GIP/GLP-1, sont considérés comme les meilleurs médicaments pour améliorer la résistance à l’insuline et favoriser la perte de poids. La metformine  rend le corps plus sensible à l’insuline et est utilisée pour traiter le diabète, ainsi que les conditions prédiabétiques comme la résistance à l’insuline. Les thiazolidinédiones, sont des médicaments qui améliorent la réponse du corps à l’insuline et sont prescrits pour le diabète de type 2. Parfois, ces médicaments sont également utilisés pour la gestion de la résistance à l’insuline. Il est important de noter que tous les médicaments ont des effets secondaires. Par conséquent, un diagnostic de résistance à l’insuline ne signifie pas nécessairement que vous devez prendre des médicaments sur ordonnance. Vous et votre professionnel de santé devrez peser le pour et le contre de cette option de traitement.

Les thérapies naturelles

Étant donné que l’alimentation est étroitement liée à l’insuline et à la glycémie, de nombreuses herbes et suppléments ont été considérés comme des modificateurs potentiels de la résistance à l’insuline. Cependant, il n’existe aucune preuve que les compléments alimentaires puissent contrôler, inverser ou prévenir la progression de la résistance à l’insuline.

La résistance à l’insuline est un trouble métabolique qui peut avoir de graves conséquences sur la santé si elle n’est pas traitée. Cependant, il est possible de prévenir et de gérer la résistance à l’insuline grâce à des changements de mode de vie sains, tels que l’exercice régulier, une alimentation équilibrée et la perte de poids. Si vous présentez des symptômes ou des facteurs de risque de résistance à l’insuline, consultez votre professionnel de santé pour un diagnostic précis et des recommandations de traitement adaptées à votre situation. En prenant soin de votre santé dès maintenant, vous pouvez réduire les risques de complications liées à la résistance à l’insuline et préserver votre bien-être à long terme.

Avez-vous trouvé cet article utile?
À lire aussi
Francois Lehn