Paracétamol effervescent: attention aux risques cardiovasculaires et d’AVC

Des chercheurs tirent la sonnette d'alarme quand à la consommation de paracétamol effervescent et au risque d'AVC.

Des chercheurs tirent la sonnette d’alarme quand à la consommation de paracétamol. Pour eux, les gens devraient essayer d’éviter de prendre du paracétamol effervescent qui contient du sel, suite aux résultats d’une vaste étude qui montre un lien avec un risque significativement accru de crise cardiaque, d’accident vasculaire cérébral, d’insuffisance cardiaque et de décès. L’étude, qui a porté sur près de 300 000 patients enregistrés auprès de médecins généralistes britanniques, est publiée dans l’European Heart Journal.

Trop de sel dans le paracétamol effervescent

Le sodium, l’un des principaux composants du sel, est souvent utilisé pour aider des médicaments tels que le paracétamol (également connu sous le nom d’acétaminophène) à se dissoudre et à se désintégrer dans l’eau. Cependant, les formulations effervescentes et solubles de comprimés de 0,5 g de paracétamol peuvent contenir respectivement 0,44 et 0,39 g de sodium. Si une personne prenait la dose quotidienne maximale de deux comprimés de 0,5 g toutes les six heures, elle consommerait respectivement 3,5 et 3,1 g de sodium. Une dose qui dépasse l’apport quotidien total de 2 g par jour recommandé par l’Organisation mondiale de la santé. Il existe d’autres formulations qui contiennent une quantité extrêmement faible de sodium, voire aucune.

Excès de sel et problèmes cardiovasculaires

On sait que l’excès de sel dans l’alimentation est un problème majeur de santé publique et qu’il est associé à un risque accru de maladies cardiovasculaires (MCV) et de décès chez les patients souffrant d’hypertension artérielle. Les chercheurs, dirigés par le professeur Chao Zeng de l’hôpital Xiangya de l’Université centrale du Sud, à Changsha, en Chine, ont analysé les données du réseau britannique d’amélioration de la santé (Health Improvement Network), qui est une base de données médicale électronique contenant les dossiers des médecins généralistes d’environ 17 millions de personnes.

Augmentation des AVC et insuffisance cardiaque

Ils ont examiné 4 532 patients souffrant d’hypertension artérielle à qui l’on avait prescrit du paracétamol contenant du sodium et les ont comparés à 146 866 patients souffrant d’hypertension artérielle à qui l’on avait prescrit du paracétamol sans sodium. Ils ont également comparé 5 351 patients sans hypertension artérielle à qui l’on avait prescrit du paracétamol contenant du sodium à 141 948 patients sans hypertension artérielle à qui l’on avait prescrit du paracétamol sans sodium. Les patients étaient âgés de 60 à 90 ans et les chercheurs les ont suivis pendant un an.

Les chercheurs ont constaté que le risque de crise cardiaque, d’accident vasculaire cérébral ou d’insuffisance cardiaque après un an chez les patients hypertendus prenant du paracétamol contenant du sodium était de 5,6 % (122 cas de MCV), alors qu’il était de 4,6 % (3051 cas de MCV) chez ceux prenant du paracétamol sans sodium. Le risque de décès était également plus élevé ; le risque à un an était de 7,6 % (404 décès) et de 6,1 % (5 510 décès), respectivement.

L’augmentation du risque était similaire chez les patients sans hypertension artérielle. Chez les personnes prenant du paracétamol contenant du sodium, le risque de MCV à un an était de 4,4 % (105 cas de MCV) et de 3,7 % (2 079 cas de MCV) chez les personnes prenant du paracétamol ne contenant pas de sodium. Le risque de décès était de 7,3 % (517 décès) et de 5,9 % (5 190 décès), respectivement.

Le professeur Zeng a conclu dans son étude : « Nous avons également constaté que le risque de maladie cardiovasculaire et de décès augmentait avec la durée de la prise de paracétamol contenant du sodium. Le risque de maladie cardiovasculaire a augmenté d’un quart chez les patients souffrant d’hypertension artérielle et ayant reçu une ordonnance de paracétamol contenant du sodium, et de près de la moitié chez les patients ayant reçu cinq ordonnances ou plus de paracétamol contenant du sodium. Des augmentations similaires ont été observées chez les personnes sans hypertension artérielle. Le risque de décès a également augmenté avec l’augmentation des doses de paracétamol contenant du sodium, tant chez les patients souffrant d’hypertension artérielle que chez ceux qui n’en souffrent pas. »

En France, 10 000 tonnes de paracetamol vendus par an

Le sodium est largement utilisé dans les préparations de médicaments pour améliorer la solubilité et la désintégration. Dans un éditorial accompagnant l’article de recherche, Alta Schutte, professeur de médecine cardiaque, vasculaire et métabolique à l’Université de New South Wales et au George Institute for Global Health, Sydney, Australie, et Bruce Neal, directeur exécutif du George Institute et professeur d’épidémiologie clinique à l’Imperial College London, Royaume-Uni, écrivent que rien qu’au Royaume-Uni, en 2014, 42 millions de médicaments contenant du paracétamol ont été prescrits, auxquels s’ajoutent 200 millions de paquets vendus en vente libre.

« Cela équivaut à plus ou moins 6 300 tonnes de paracétamol vendues chaque année au Royaume-Uni, le chiffre pour la France étant proche de 10 000 tonnes. Heureusement, seule une petite proportion des formulations de paracétamol contient du sodium, mais avec la popularité croissante des médicaments à action rapide et des boissons gazeuses, les effets indésirables de la consommation de sodium liée aux médicaments semblent devoir augmenter plutôt que diminuer », écrivent-ils.

Le professeur Zeng a déclaré que les cliniciens et les patients devraient être conscients des risques associés au paracétamol qui contient du sodium et éviter toute consommation inutile, en particulier lorsque le médicament est pris pendant une longue période.

 

Sources

Sodium-containing acetaminophen and cardiovascular outcomes in individuals with and without hypertension”, by Chao Zeng et al. European Heart Journal. doi:10.1093/eurheartj/ehac059

The sodium hidden in medication: a tough pill to swallow”, by Aletta E. Schutte and Bruce Neal. European Heart Journal. doi:10.1093/eurheartj/ehab888

* Presse Santé s' efforce de transmettre la connaissance santé dans un langage accessible à tous. En AUCUN CAS, les informations données ne peuvent remplacer l' avis d'un proffesionel de santé.

Vous aimez nos contenus ?

Recevez chaque jour nos dernières publications gratuitement et directement dans votre boite mail

RECEVOIR LA NEWSLETTER
- Presse Santé -