Avez-vous besoin de contacter la rédaction ? Envoyez vos e-mails à [email protected] ou sur notre formulaire.
Le saviez vous ?

Mal sous le pied: causes et approches pour soulager les douleurs

Voici les principales causes de la douleur au bas du pied, les symptômes associés, les méthodes de diagnostic et les options de traitement disponibles.

Marie Desange

Le pied est une structure complexe composée de 26 os, 30 articulations et près de 100 muscles et ligaments. Il est donc susceptible de souffrir de divers problèmes, y compris la douleur au bas du pied. Cette douleur peut être causée par de nombreux facteurs, tels que des chaussures mal ajustées, des activités comme la course à pied ou la marche prolongée, des problèmes osseux, nerveux, cartilagineux, tendineux ou ligamentaires du pied, ou des problèmes structurels du pied tels que des pieds plats ou une voûte plantaire très haute.

Voici les principales causes de la douleur au bas du pied, les symptômes associés, les méthodes de diagnostic et les options de traitement disponibles.

Causes et symptômes

La douleur au bas du pied peut être causée par plusieurs facteurs. Voici quelques-unes des causes les plus courantes :

Fasciite plantaire

La fasciite plantaire est l’une des causes les plus fréquentes de douleur au pied. Elle est caractérisée par l’inflammation du fascia plantaire, une bande de tissu qui s’étend du talon à la base des orteils. Les symptômes de la fasciite plantaire comprennent des douleurs vives et perçantes au talon et/ou des douleurs dans la voûte plantaire. Les symptômes sont généralement plus prononcés le matin, lors des premiers pas hors du lit. Les facteurs de risque de fasciite plantaire comprennent des pieds plats, une voûte plantaire très haute, le surpoids, une pronation excessive, le port de chaussures sans soutien de la voûte plantaire, la marche, la course ou le stationnement prolongés sur des surfaces dures, la marche pieds nus et la grossesse.

Métatarsalgie

La métatarsalgie désigne la douleur dans la partie antérieure du pied, où se trouvent les cinq os métatarsiens. Ces os sont essentiels pour la marche et les activités de soutien de poids. La douleur de la métatarsalgie est souvent décrite comme étant vive, lancinante ou brûlante. Elle peut s’aggraver lorsque vous êtes debout, courez, marchez ou fléchissez les pieds. La métatarsalgie est courante chez les personnes pratiquant des activités à fort impact, comme la course à pied ou le saut. Les personnes âgées sont également plus susceptibles de développer une métatarsalgie en raison du stress répétitif à long terme. Les autres facteurs de risque incluent les pieds très hauts, les orteils en griffe, le surpoids, le port de talons hauts ou de chaussures mal ajustées, les problèmes de circulation sanguine, la goutte et le diabète.

Neuropathie périphérique

La neuropathie périphérique est une douleur causée par des lésions des nerfs situés en dehors du cerveau et de la moelle épinière (appelés nerfs périphériques). Cette affection peut provoquer des douleurs et d’autres sensations anormales dans les mains et les pieds. La douleur de la neuropathie est souvent décrite comme des picotements, des brûlures, des décharges électriques ou des piqûres. La douleur s’aggrave généralement avec la marche ou la station debout. Les lésions des nerfs périphériques peuvent être causées par de nombreuses choses, notamment le diabète, la consommation excessive d’alcool, la maladie de Lyme, les maladies auto-immunes comme le lupus et certains médicaments.

Névrome de Morton

Un névrome est un amas anormal de cellules nerveuses qui peut se former entre les orteils (généralement après une blessure). Les symptômes comprennent des douleurs brûlantes dans la partie antérieure du pied. Il peut également y avoir des engourdissements et des picotements qui irradient vers les orteils. Le névrome peut donner l’impression d’avoir un caillou dans la chaussure. Il est le plus souvent situé entre le deuxième et le troisième orteil ou entre le troisième et le quatrième orteil. Les personnes assignées femme à la naissance sont plus susceptibles d’être touchées. Les autres facteurs de risque incluent la pratique de sports à fort impact impliquant la course ou le saut, le port de chaussures sans soutien adéquat, le port de talons hauts, de chaussures trop serrées ou de chaussures restrictives comme les bottes de travail, et la présence d’orteils en marteau ou d’un oignon.

Sesamoidite

La sesamoidite est l’inflammation des deux petits os situés sous le coussinet du gros orteil, appelés les sesamoïdes. Ces os aident à soutenir le tendon qui fléchit le gros orteil. Les symptômes de la sesamoidite comprennent des douleurs sourdes et un gonflement à la base du gros orteil. Une fracture de stress peut se développer si un stress excessif de soutien de poids est exercé sur ces os. Les facteurs de risque comprennent les activités qui exercent une pression sur la partie antérieure du pied, comme la course à pied, la danse classique ou le tennis, les pieds très hauts et le port de talons hauts.

Syndrome du canal tarsien

Le syndrome du canal tarsien se produit lorsque le nerf qui dessert une partie du mollet et du pied, appelé le nerf tibial postérieur, est comprimé dans un espace étroit à l’intérieur de la cheville, appelé le canal tarsien. Cela provoque des douleurs, des engourdissements et des picotements dans le pied. Les facteurs de risque du syndrome du canal tarsien comprennent les pieds plats, le gonflement de la cheville dû à une entorse de la cheville, le diabète, l’arthrite ou d’autres maladies qui compriment les nerfs.

Syndrome de Guillain-Barré (SGB)

Le syndrome de Guillain-Barré (SGB) est une affection rare qui provoque une attaque du système immunitaire contre les nerfs périphériques. Il est souvent déclenché par une infection respiratoire ou digestive, et parfois par certains vaccins. Les premiers signes du SGB sont généralement des douleurs, une faiblesse ou des picotements dans les orteils, les pieds ou les jambes. Ces sensations ont tendance à progresser au cours des heures, des jours ou des semaines suivantes et à se propager progressivement aux bras et au haut du corps.

Dans de rares cas, le SGB peut provoquer des lésions nerveuses permanentes, une paralysie ou la mort. Le SGB peut toucher tout le monde, mais il est plus courant chez les adultes de plus de 50 ans. Le risque est également plus élevé si vous avez récemment subi une intervention chirurgicale ou si vous avez une maladie auto-immune préexistante.

Quand consulter un professionnel de santé

Dans certains cas, la douleur au bas du pied disparaît d’elle-même en quelques jours. Dans d’autres cas, elle devient une affection chronique qui affecte votre qualité de vie.

Consultez un professionnel de santé si vous présentez l’un des symptômes suivants :

Nouvelle douleur qui dure plus de quelques jours

Perte de sensibilité ou sensations anormales telles que des picotements ou des brûlures

Douleur chronique au pied qui s’aggrave subitement

Douleur qui rend la marche ou les activités quotidiennes difficiles

Une blessure qui provoque une douleur au pied

Fièvre, frissons et gonflement du pied (indicatif d’une infection)

En fonction de vos symptômes, votre professionnel de santé peut vous orienter vers un podiatre (spécialiste du pied), un orthopédiste (spécialiste des os) ou un neurologue (spécialiste des nerfs).

Quand appeler les urgences

Les traumatismes graves du pied nécessitent généralement des soins d’urgence s’il y a :

Déformation visible du pied

Un os qui dépasse à travers la peau

Une lacération grave provoquant des saignements

Une douleur qui rend impossible la marche

Perte de sensation dans le pied

Diagnostic

Pour identifier la cause de votre douleur au pied, votre professionnel de santé examinera d’abord votre pied à la recherche de signes de douleur, de sensibilité, d’infection ou de perte de mobilité. Il vérifiera également la présence de sensations anormales ou de signes de déformation (y compris les oignons, la pronation excessive ou les pieds plats). En fonction des résultats, le professionnel de santé peut demander des tests d’imagerie pour vérifier la structure de votre pied et d’autres procédures pour mesurer l’activité nerveuse. Cela peut inclure :

Radiographie : Cette étude d’imagerie est bien adaptée pour détecter les modifications osseuses dues aux fractures, aux infections ou à l’arthrite.

Tomodensitométrie (CT) : Il s’agit d’un test d’imagerie qui combine plusieurs images radiographiques pour vérifier les fractures osseuses, l’arthrite et les déformations structurelles.

Échographie : Il s’agit d’un test d’imagerie qui utilise des ondes sonores réfléchies pour vérifier les neuromes, la métatarsalgie, le syndrome du canal tarsien, la fasciite plantaire et d’autres problèmes de tissus mous.

Imagerie par résonance magnétique (IRM) : Cette étude d’imagerie utilise des ondes magnétiques et radio puissantes pour créer des images très détaillées des affections des tissus mous tels que la fasciite plantaire, la métatarsalgie, le névrome, la sesamoidite et le syndrome du canal tarsien.

Études de conduction nerveuse (ECN) : Cela implique la pose d’électrodes sur la peau pour mesurer la réponse nerveuse si le syndrome de Guillain-Barré ou la neuropathie périphérique est suspecté.

Électromyographie (EMG) : Cela implique l’insertion d’une aiguille à travers la peau pour mesurer l’activité nerveuse afin de déterminer si votre douleur est liée à vos muscles, à vos nerfs ou à une autre cause.

Diagnostic différentiel

Un diagnostic différentiel est un processus par lequel votre professionnel de santé élimine toutes les autres affections possibles qui pourraient expliquer vos symptômes. Cela est important pour poser un diagnostic définitif de votre douleur au bas du pied. Les affections similaires à la sesamoidite incluent l’arthrose du gros orteil, la ténosynovite ou la tendinose de l’articulation du gros orteil, la goutte. Les affections similaires au névrome incluent la bursite des os à la base des orteils, l’instabilité de l’articulation métatarsophalangienne (MTP) et une déchirure du ligament du pied. Les affections présentant des symptômes similaires à la métatarsalgie incluent le névrome de Morton, la bursite des os à la base des orteils et les fractures de stress des métatarsiens.

Traitements

Le traitement de la douleur au bas du pied dépend de votre diagnostic. Les professionnels de santé recommandent généralement de commencer par des options conservatrices et de passer à d’autres traitements si nécessaire.

Style de vie

Plus la douleur est intense, plus vous pourriez penser que le style de vie n’a pas beaucoup d’effet. Ce n’est tout simplement pas vrai. Il existe de nombreuses stratégies efficaces qui peuvent aider.

Semelles de chaussures

Les chaussures de soutien ou les semelles de chaussures peuvent aider à soulager certaines douleurs au pied, notamment dans les cas de fasciite plantaire, de métatarsalgie et de névrome. Dans certains cas, votre professionnel de santé peut vous prescrire des semelles orthopédiques sur mesure conçues pour s’adapter et soutenir les courbes spécifiques de votre pied.

Régime alimentaire

Le fait de suivre un régime anti-inflammatoire est idéal pour toute personne souffrant de douleurs. Il met l’accent sur les fruits et légumes, le poisson, les noix et les céréales complètes. Les aliments contenant du curcuma, de l’eau de citron et des antioxydants peuvent aider à réduire l’inflammation du pied.

Perte de poids

Le surpoids ou l’obésité est lié à un risque accru de douleur, d’inflammation et d’autres problèmes aux pieds. Perdre du poids, si nécessaire, peut réduire le stress exercé sur vos pieds. La perte de poids est particulièrement importante si vous avez également un diabète, qui est un facteur de risque de neuropathie périphérique, de métatarsalgie, de syndrome du canal tarsien, et d’autres affections.

Posture

De nombreuses personnes constatent qu’en améliorant leur posture, elles répartissent mieux le stress sur leurs pieds et améliorent leur douleur. Même si vous avez une mauvaise posture depuis des années, vous pouvez toujours l’améliorer en vous assurant que vos épaules sont poussées en arrière et que votre poids est équilibré de manière égale sur les deux pieds. Si vous avez tendance à vous avachir, vous pouvez essayer de porter un corset de posture pour ramener vos épaules en arrière. Vous constaterez peut-être utile de régler un rappel fréquent pour vous rappeler de corriger votre posture aussi.

Enfin, les étirements et les exercices de renforcement musculaire sont indispensables pour corriger la posture. Les étirements libéreront la tension dans le dos, les hanches et les fessiers et vous aideront à vous tenir plus uniformément. Les exercices qui renforcent votre ceinture abdominale, votre dos et vos épaules vous aideront à vous tenir plus droit et à aligner votre colonne vertébrale.

Exercices

Des exercices de renforcement et d’étirement spécifiques peuvent aider à soulager la douleur au bas du pied. Les exercices de renforcement musculaire peuvent aider à stabiliser les pieds et à réduire la pression exercée sur les structures douloureuses. Les exercices d’étirement peuvent aider à améliorer la flexibilité et à réduire la tension dans les muscles et les tendons.

Médicaments

Les analgésiques en vente libre sont couramment utilisés pour soulager la douleur au pied, notamment le paracétamol, l’ibuprofène, le naproxène et l’aspirine. Si les traitements conservateurs échouent, une injection de cortisone peut rapidement soulager l’inflammation chez les personnes atteintes de fasciite plantaire, de sesamoidite ou de névromes. Pour les douleurs sévères, vous pouvez recevoir un analgésique opioïde sur ordonnance, comme l’association paracétamol/codeine.

Thérapies complémentaires

Certaines personnes trouvent un soulagement de la douleur au bas du pied grâce à des thérapies complémentaires, telles que la physiothérapie, l’acupuncture, la massothérapie, la chiropratique ou l’utilisation de semelles orthopédiques sur mesure. Il est important de consulter un professionnel de santé qualifié avant d’essayer ces traitements.

Chirurgie

Dans les cas graves et résistants aux traitements conservateurs, une intervention chirurgicale peut être envisagée. Les types de chirurgie dépendent de la cause sous-jacente de la douleur au bas du pied et peuvent inclure des procédures telles que la libération du fascia plantaire, la résection du névrome, la fixation des os fracturés ou la décompression nerveuse.

Prévention

Bien que certaines causes de douleur au bas du pied ne puissent pas être évitées, il existe des mesures que vous pouvez prendre pour réduire votre risque de développer ces affections.

Voici quelques conseils de prévention :

Choisissez des chaussures confortables et bien ajustées avec un bon soutien de la voûte plantaire.

Évitez de marcher pieds nus sur des surfaces dures.

Maintenez un poids santé pour réduire la pression exercée sur vos pieds.

Faites des exercices de renforcement et d’étirement réguliers pour maintenir la flexibilité et la force de vos pieds et de vos chevilles.

Évitez les activités à fort impact ou limitez-les si possible.

Portez des semelles orthopédiques sur mesure si vous avez des problèmes de pieds structurels.

Évitez les chaussures à talons hauts ou portez-les occasionnellement.

Évitez de rester debout ou de marcher sur de longues périodes sans pause.

A retenir

La douleur au bas du pied peut être causée par divers facteurs, notamment la fasciite plantaire, la métatarsalgie, la neuropathie périphérique, le névrome de Morton, la sesamoidite, le syndrome du canal tarsien et le syndrome de Guillain-Barré. Il est important de consulter un professionnel de santé si vous ressentez une douleur persistante au bas du pied. Le traitement dépendra du diagnostic spécifique, mais peut inclure des options de style de vie, des médicaments, des thérapies complémentaires, des interventions chirurgicales ou des mesures de prévention. En suivant les conseils de prévention appropriés et en prenant soin de vos pieds, vous pouvez réduire votre risque de développer une douleur au bas du pied et maintenir une bonne santé podologique.

Avez-vous trouvé cet article utile?
À lire aussi