Intox alimentaire : Manger accidentellement des asticots, c’est grave?

Dans cet article, nous explorons certains des effets potentiels sur la santé de la consommation d'asticots

Une personne peut ingérer accidentellement des asticots si elle mange des aliments avariés contaminés par des larves de mouches. L’ingestion accidentelle d’asticots n’est généralement pas préoccupante, mais elle peut parfois entraîner des complications sanitaires, comme une intoxication bactérienne.

Un asticot est la larve d’une mouche domestique commune. Les asticots mesurent environ 3 à 12 millimètres de long, n’ont pas de pattes et sont blancs ou crème. Une mouche domestique adulte femelle peut pondre jusqu’à 130 œufs à la fois, et chacun d’entre eux se développera en une seule larve. Les mouches pondent leurs œufs dans les matières organiques en décomposition, comme les aliments avariés et les déchets animaux, qui servent de nourriture aux larves en développement.

Dans cet article, nous explorons certains des effets potentiels sur la santé de la consommation d’asticots et expliquons ce qu’il faut faire et quand consulter un médecin après en avoir ingéré accidentellement. Nous examinons également la question de savoir si les gens mangent des asticots intentionnellement et si cette pratique est sans danger.

Empoisonnement bactérien

L’intoxication alimentaire est un risque potentiel de la consommation d’asticots. Les mouches peuvent visiter de multiples sources de nourriture tout au long de la journée, et elles peuvent transporter des bactéries nocives qu’elles ont ramassées dans les déchets humains ou animaux. Elles peuvent transmettre ces bactéries aux aliments que les gens consomment.
Les larves qui se développent dans l’aliment contaminé peuvent ingérer ces bactéries. Les personnes qui mangent ces aliments contaminés ou les larves sont également exposées à la bactérie et peuvent être malades.

Salmonella et Escherichia coli sont des exemples de bactéries que les mouches et les asticots peuvent transmettre aux humains.

Salmonella

La salmonelle est l’une des causes les plus courantes de maladies d’origine alimentaire. Les symptômes d’une infection à Salmonella peuvent inclure :

des crampes abdominales
des nausées et des vomissements
diarrhée
fièvre
Les symptômes apparaissent généralement entre 12 et 72 heures après l’ingestion de la bactérie, et la maladie dure généralement de 4 à 7 jours.

Les personnes atteintes d’une intoxication par Salmonella se rétablissent souvent sans traitement. Cependant, des vomissements et des diarrhées fréquents peuvent entraîner une déshydratation sévère et, parfois, une hospitalisation. Il est donc important que les personnes atteintes d’une intoxication par Salmonella boivent beaucoup de liquide, notamment des bouillons clairs et des jus de fruits, pour remplacer les liquides et les électrolytes perdus.

Intoxication par E. coli

Il existe de nombreuses souches différentes d’E. coli. Bien que la plupart des souches soient inoffensives, certaines peuvent rendre une personne très malade.

Les symptômes d’une infection à E. coli peuvent être les suivants:

des crampes d’estomac
diarrhée, qui peut contenir du sang
des vomissements
une légère fièvre, généralement inférieure à 101°F

Ces symptômes apparaissent généralement entre 1 et 10 jours après l’ingestion de la bactérie et peuvent durer de 5 à 7 jours. La gravité d’une infection à E. coli peut varier de très légère à grave, et peut même parfois mettre la vie en danger. Comme pour l’intoxication par Salmonella, il est essentiel de boire beaucoup de liquide pour éviter la déshydratation.

Myiase intestinale

La myiase se produit lorsqu’une personne est infestée par des larves de mouches. Les larves vivent sur ou à l’intérieur de la personne et survivent en se nourrissant de ses tissus.
La myiase intestinale est un type de myiase qui peut survenir lorsqu’une personne ingère des larves qui survivent à l’intérieur du tractus gastro-intestinal. Certaines personnes atteintes de myiase intestinale ne présentent aucun symptôme et ne réalisent qu’elles sont infestées qu’après avoir remarqué la présence de larves dans leurs selles.

Cependant, les symptômes de la myiase intestinale peuvent être les suivants

des douleurs abdominales
des nausées et des vomissements
des démangeaisons au niveau de l’anus
des saignements au niveau du rectum

La myiase n’est pas courante en Europe et a tendance à se produire principalement dans les pays tropicaux et subtropicaux, y compris certains pays d’Afrique et d’Amérique du Sud. Cependant, on peut contracter la myiase en voyageant dans ces pays.

Que faire ?

L’ingestion accidentelle d’asticots ne cause généralement aucun dommage durable. Cependant, si une personne a ingéré des asticots en mangeant des aliments avariés, elle risque de souffrir d’une intoxication alimentaire. Les symptômes d’une intoxication alimentaire peuvent aller de très légers à graves, et ils peuvent parfois durer plusieurs jours.

Les personnes présentant un risque plus élevé d’intoxication alimentaire sont les suivantes :

les jeunes enfants
les adultes âgés
les personnes dont le système immunitaire est affaibli, comme les personnes qui subissent une transplantation d’organe.

Il est essentiel que les personnes qui présentent des vomissements et une diarrhée sévères dus à une intoxication alimentaire boivent beaucoup de liquide pour éviter la déshydratation.

Quand consulter un médecin

Une personne doit consulter un médecin si l’un des signes et symptômes suivants apparaît après avoir ingéré des asticots :

larves visibles dans les selles
douleurs abdominales persistantes
symptômes d’intoxication bactérienne qui s’aggravent ou ne s’améliorent pas
diarrhée durant plus de 3 jours
diarrhée et fièvre
selles sanguinolentes
des signes de déshydratation
des vomissements sévères ou persistants

Les gens mangent-ils intentionnellement des asticots ?

Dans certains pays, il n’est pas rare de manger des insectes. De nombreuses personnes dans les pays en dehors de l’Europe et de l’Amérique du Nord mangent des insectes. Les scientifiques estiment qu’il existe près de 2 000 espèces d’insectes comestibles. Outre les insectes eux-mêmes, les œufs et les larves de certaines espèces sont comestibles.

Le Casu marzu est un fromage sarde qui contient des milliers d’asticots. Au début de la production du fromage, le fromager enlève la croûte extérieure, ce qui encourage les mouches à entrer et à pondre leurs œufs. Pendant plusieurs mois, les larves mangent le fromage pourri. Les excréments des larves donnent au fromage sa saveur unique et piquante.

En raison des risques sanitaires liés à la consommation d’asticots vivants, l’Autorité européenne de sécurité des aliments a interdit la vente de casu marzu. Cependant, un petit nombre d’agriculteurs sardes continuent de fabriquer ce fromage pour leur consommation personnelle.

Peut-on manger des asticots en toute sécurité ?

Les asticots sont particulièrement riches en protéines et en graisses. C’est pourquoi les scientifiques étudient actuellement la possibilité de cultiver, de récolter et de transformer les asticots de la mouche pour la consommation humaine. Ils ont suggéré de chauffer, de sécher et de passer les larves au micro-ondes pour réduire le risque de contamination bactérienne. À l’heure actuelle, cependant, il n’existe aucun moyen garanti et sans risque de consommer des asticots en toute sécurité.

Résumé

Pour la plupart des personnes vivant dans des climats plus doux, l’ingestion accidentelle d’asticots est peu susceptible de causer des dommages. Les gens peuvent souffrir d’une intoxication alimentaire temporaire après avoir mangé soit les asticots contaminés, soit les aliments avariés qui les contiennent. Cependant, la plupart des cas d’intoxication alimentaire disparaissent sans traitement après plusieurs jours. Il est conseillé de consulter un médecin si des symptômes graves ou inquiétants apparaissent après l’ingestion accidentelle d’asticots.

Source

Caparros Megido, R., et al. (2014). Edible insects acceptance by Belgian consumers: Promising attitude for entomophagy development [Abstract].

Chapter 6: Houseflies. (n.d.).

Daeschlein, G., et al. (2015). Maggots as potential vector for pathogen transmission and consequences for infection control in waste management.

* Presse Santé s' efforce de transmettre la connaissance santé dans un langage accessible à tous. En AUCUN CAS, les informations données ne peuvent remplacer l' avis d'un proffesionel de santé.

Vous aimez nos contenus ?

Recevez chaque jour nos dernières publications gratuitement et directement dans votre boite mail

RECEVOIR LA NEWSLETTER
- Presse Santé -