Inflammation aiguë ou chronique: Comment les reconnaitre et les atténuer

L'inflammation est un processus naturel de l'organisme. Mais chronique ou aiguë, elle doit avoir un terme sous peine de dégénérer

Qu’est-ce que l’inflammation ?

L’inflammation est présente chez tout le monde, que vous en soyez conscient ou non. Votre système immunitaire crée une inflammation pour protéger l’organisme contre les infections, les blessures ou les maladies. Il y a beaucoup de choses dont vous ne pourriez pas guérir sans inflammation. Parfois, dans le cas de maladies auto-immunes, comme certains types d’arthrite et les maladies inflammatoires de l’intestin, votre système immunitaire attaque les cellules saines.

L’inflammation est classée en deux grands types :

– L’inflammation aiguë se produit généralement pendant une courte durée (mais souvent grave). Elle se résout souvent en deux semaines ou moins. Les symptômes apparaissent rapidement. Ce type ramène votre corps à l’état dans lequel il se trouvait avant la blessure ou la maladie.

– L’inflammation chronique est une forme d’inflammation plus lente et généralement moins grave. Elle dure généralement plus de six semaines. Elle peut survenir même en l’absence de blessure, et ne prend pas toujours fin lorsque la maladie ou la blessure est guérie. L’inflammation chronique a été associée à des troubles auto-immuns et même à un stress prolongé.

Symptômes d’inflammation

5 signes d’une inflammation:

– chaleur
– douleur
– rougeur
– gonflement
– perte de fonction

Les symptômes spécifiques que vous présentez dépendent de la localisation de l’inflammation dans votre corps et de sa cause.

Une inflammation à long terme peut entraîner un certain nombre de symptômes et affecter votre corps de nombreuses façons. Les symptômes courants d’une inflammation chronique peuvent inclure:

– des douleurs corporelles
– fatigue constante et insomnie
– dépression, anxiété et autres troubles de l’humeur
– problèmes gastro-intestinaux, comme la constipation, la diarrhée et le reflux acide
– prise de poids
– infections fréquentes

Symptômes des maladies inflammatoires courantes

Les symptômes peuvent également varier en fonction de l’affection qui comporte une composante inflammatoire. Par exemple, dans certaines maladies auto-immunes, le système immunitaire affecte la peau, ce qui entraîne des éruptions cutanées. Dans d’autres cas, il s’attaque à des glandes spécifiques, qui affectent les niveaux d’hormones dans le corps.
Dans le cas de la polyarthrite rhumatoïde, votre système immunitaire attaque vos articulations. Vous pouvez ressentir :

– des douleurs articulaires, un gonflement, une raideur ou une perte de la fonction articulaire
– de la fatigue
– engourdissement et picotements
– une amplitude de mouvement limitée.

Dans les maladies inflammatoires de l’intestin, une inflammation se produit dans le tube digestif. Les symptômes les plus courants sont les suivants

– la diarrhée
– douleurs, crampes ou ballonnements d’estomac
– perte de poids et anémie
– ulcères hémorragiques

Dans la sclérose en plaques, votre organisme attaque la gaine de myéline. Il s’agit de l’enveloppe protectrice des cellules nerveuses. Vous pouvez ressentir

– des engourdissements et des picotements dans les bras, les jambes ou sur un côté du visage
– des problèmes d’équilibre
– une vision double, une vision floue ou une perte partielle de la vision
– de la fatigue
– des problèmes cognitifs, comme le brouillard cérébral.

Causes principales d’une inflammation

De nombreux facteurs peuvent entraîner une inflammation, tels que :

– les affections chroniques et aiguës
– certains médicaments
– l’exposition à des irritants ou à des corps étrangers que votre organisme ne peut pas éliminer facilement.

Des épisodes récurrents d’inflammation aiguë peuvent également conduire à une réponse inflammatoire chronique.

Certains types d’aliments peuvent également provoquer ou aggraver l’inflammation chez les personnes atteintes de troubles auto-immuns.
Ces aliments comprennent

– le sucre
– les glucides raffinés
– l’alcool
– les viandes transformées
– graisses trans

Comment diagnostiquer une inflammation ?

Il n’existe pas de test unique permettant de diagnostiquer une inflammation ou les conditions qui la provoquent. Au lieu de cela, en fonction de vos symptômes, votre médecin peut vous faire passer l’un des tests ci-dessous pour établir un diagnostic.

Tests sanguins

Il existe quelques marqueurs qui permettent de diagnostiquer une inflammation dans l’organisme. Cependant, ces marqueurs ne sont pas spécifiques, ce qui signifie que des taux anormaux peuvent indiquer que quelque chose ne va pas, mais pas ce qui ne va pas.

Électrophorèse des protéines sériques (EPS)

L’EPS est considérée comme le meilleur moyen pour confirmer une inflammation chronique. Elle mesure certaines protéines dans la partie liquide du sang pour identifier tout problème. Une quantité trop élevée ou trop faible de ces protéines peut indiquer une inflammation et des marqueurs d’autres affections.

La protéine C-réactive (CRP)

La CRP est naturellement produite par le foie en réponse à une inflammation. Un taux élevé de CRP dans le sang peut être dû à plusieurs conditions inflammatoires. Bien que ce test soit très sensible à l’inflammation, il ne permet pas de faire la différence entre une inflammation aiguë et une inflammation chronique, puisque la CRP sera élevée dans les deux cas. Des taux élevés associés à certains symptômes peuvent aider votre médecin à poser un diagnostic.

Vitesse de sédimentation des érythrocytes (ESR)

Le test ESR est parfois appelé test de vitesse de sédimentation. Ce test mesure indirectement l’inflammation en mesurant la vitesse à laquelle les globules rouges coulent dans un tube de sang. Plus ils descendent vite, plus vous êtes susceptible de souffrir d’une inflammation. Le test ESR est rarement effectué seul, car il ne permet pas d’identifier les causes spécifiques de l’inflammation. En revanche, il peut aider votre médecin à identifier la présence d’une inflammation. Il peut également l’aider à surveiller votre état.

Viscosité plasmatique

Ce test mesure l’épaisseur du sang. Une inflammation ou une infection peut épaissir le plasma.

Autres tests sanguins

Si votre médecin pense que l’inflammation est due à des virus ou des bactéries, il peut effectuer d’autres tests spécifiques. Dans ce cas, votre médecin peut discuter avec vous de ce à quoi vous devez vous attendre.

Autres tests de diagnostic

Si vous présentez certains symptômes, par exemple une diarrhée chronique ou un engourdissement d’un côté du visage,votre médecin peut demander un examen d’imagerie pour vérifier certaines parties du corps ou du cerveau. Les IRM et les radiographies sont couramment utilisées.

Pour diagnostiquer les affections gastro-intestinales inflammatoires, votre médecin peut effectuer une procédure pour voir l’intérieur de certaines parties du tube digestif. Ces tests peuvent inclure

– une coloscopie
– une sigmoïdoscopie
– endoscopie supérieure

Remèdes maison pour réduire l’inflammation

Parfois, combattre l’inflammation peut être aussi simple que de modifier son alimentation. En évitant le sucre, les graisses trans et les aliments transformés, vous pouvez vous mettre sur la voie du bien-être.
Il existe également des aliments qui peuvent réellement combattre l’inflammation.

Aliments anti-inflammatoires

– les baies et les cerises
– les poissons gras, comme le saumon ou le maquereau
– le brocoli
– les avocats
– le thé vert
– les champignons, comme le portobello et le shiitake
– les épices, comme le curcuma, le gingembre et le clou de girofle
– tomates

Vous pouvez également contribuer à réduire l’inflammation en faisant ce qui suit :

– Prenez des compléments alimentaires. Votre médecin peut vous aider à déterminer lequel est le meilleur et le plus sûr pour vous.
– Utilisez la thérapie par le chaud ou le froid pour les blessures physiques afin de réduire le gonflement et l’inconfort.
– Faites de l’exercice plus souvent qu’à votre tour.
– Gérez et réduisez votre niveau de stress.
– Arrêtez de fumer.
– Traitez et gérez toute affection préexistante.

AINS et aspirine

Les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) sont généralement la première ligne de défense pour traiter la douleur et l’inflammation à court terme. La plupart peuvent être achetés en vente libre.
Les AINS courants comprennent :

– l’aspirine
– l’ibuprofène

Les corticostéroïdes

Les corticostéroïdes sont un type de stéroïde couramment utilisé pour traiter les gonflements et les inflammations ainsi que les réactions allergiques. Les corticostéroïdes se présentent généralement sous forme de spray nasal ou de comprimé oral. Suivez votre médecin pendant que vous prenez des corticostéroïdes. L’utilisation à long terme peut entraîner des effets secondaires et certaines interactions peuvent se produire.

Analgésiques topiques et autres crèmes

Les analgésiques topiques sont généralement utilisés pour les douleurs aiguës ou chroniques. Ils peuvent avoir moins d’effets secondaires que leurs homologues oraux. Les crèmes et produits topiques peuvent contenir différents médicaments. Certains ne sont délivrés que sur ordonnance, il est donc préférable de demander conseil à votre médecin. C’est particulièrement le cas si vous traitez une inflammation à long terme, comme dans le cas de l’arthrite.

À retenir

L’inflammation est un élément normal et naturel de la réponse immunitaire de votre organisme. Cependant, une inflammation chronique ou à long terme peut avoir des effets néfastes. Elle semble être associée plus souvent à des troubles auto-immuns. L’inflammation aiguë est une partie normale du processus de guérison et peut se produire lorsque vous avez un mal de gorge ou même une petite coupure sur votre peau. L’inflammation aiguë devrait disparaître en quelques jours, sauf si elle n’est pas traitée. Si vous présentez des signes d’inflammation à long terme, prenez rendez-vous avec votre médecin. Il pourra effectuer des tests et examiner vos symptômes afin de déterminer si vous avez besoin d’un traitement pour une affection sous-jacente.

* Presse Santé s' efforce de transmettre la connaissance santé dans un langage accessible à tous. En AUCUN CAS, les informations données ne peuvent remplacer l' avis d'un proffesionel de santé.

Vous aimez nos contenus ?

Recevez chaque jour nos dernières publications gratuitement et directement dans votre boite mail

RECEVOIR LA NEWSLETTER
- Presse Santé -