Comment l’arthrite affecte les genoux : symptômes et traitement

L'arthrite ou polyarthrite rhumatoïde (PR) est une maladie auto-immune, ce qui signifie que le système immunitaire attaque par erreur les tissus sains.

La PR dans les genoux peut gravement affecter la mobilité d’une personne. La PR affecte généralement les articulations des mains, des poignets et des genoux, provoquant l’inflammation et la détérioration de la muqueuse des articulations. La PR est généralement symétrique, affectant les deux côtés du corps de manière égale. Les personnes touchées peuvent éprouver des difficultés à accomplir les activités quotidiennes et, si la PR affecte leurs genoux, elles peuvent avoir du mal à marcher, à monter les escaliers et à se déplacer en général. Si les personnes ne cherchent pas à se faire soigner pour la PR, celle-ci peut provoquer une inflammation progressive, entraînant des dommages aux articulations qui peuvent finalement conduire à une invalidité permanente.

Dans cet article, nous expliquons comment la PR affecte les genoux, et nous présentons les symptômes et les options de traitement.

Comment l’arthrite affecte les genoux

Les genoux sont les articulations les plus grandes et les plus solides du corps. Le genou est constitué de la rotule, de l’extrémité inférieure du fémur et de l’extrémité supérieure du tibia. Les extrémités de ces os forment l’articulation du genou. Le cartilage protecteur qui amortit l’os lorsque le genou se plie et se redresse recouvre les extrémités des os. Une fine capsule de tissu appelée membrane synoviale tapisse l’articulation. Le rôle de cette membrane est de libérer un liquide lubrifiant qui réduit la friction et protège le cartilage et les ligaments.

Si la PR affecte les genoux, le système immunitaire cible par erreur la membrane synoviale. Cette réaction provoque une inflammation et un gonflement douloureux dû à la prolifération, ou croissance, des cellules. Le gonflement de la membrane synoviale limite alors les mouvements. La PR affecte généralement les genoux des deux côtés de manière égale.

À mesure que la maladie progresse, le gonflement endommage le cartilage et les ligaments, qui ne peuvent plus amortir les frottements. Le cartilage s’use alors, ce qui entraîne des lésions osseuses.
Parfois, les os peuvent fusionner, ce que les médecins appellent l’ankylose. L’ankylose touche environ 0,8 % des personnes atteintes de PR. Les personnes atteintes de PR peuvent subir des lésions importantes, ce qui peut les laisser avec des symptômes invalidants qui changent leur vie.

Symptômes de l’arthrite du genou

Les personnes atteintes de PR connaissent des périodes où leurs symptômes s’aggravent, appelées poussées, ou s’améliorent, appelées rémission. En général, les genoux deviennent progressivement plus douloureux et enflammés. Certaines personnes peuvent toutefois présenter des symptômes soudains et intermittents.

Si une personne souffre de PR aux genoux, elle peut présenter des symptômes tels que :

– des articulations raides et enflées, difficiles à plier et à redresser
– douleur et gonflement, qui peuvent s’aggraver après des périodes de repos
– une douleur qui augmente avec une activité physique vigoureuse
– blocage soudain pendant un mouvement
– des bruits de craquement, de cliquetis, de claquement ou de grincement
– une sensation de faiblesse ou de flambage du genou.

Les autres symptômes généralisés de la PR sont les suivants:

– la fatigue ou l’épuisement
– une faible fièvre
– yeux enflammés et secs et sécheresse de la bouche
– faible nombre de cellules sanguines
– nodules ou bosses sous la peau au-dessus des zones osseuses.

Comment la PR peut-elle affecter une personne ?

La PR peut potentiellement changer la vie d’une personne en raison de sa mobilité réduite et de sa faiblesse physique. La raideur et la douleur des genoux peuvent rendre difficile le fait de se lever du lit, de prendre un bain et de s’habiller. En outre, les activités quotidiennes régulières peuvent devenir extrêmement difficiles, à mesure que la maladie progresse et cause des dommages supplémentaires. Par conséquent, certaines personnes ont besoin de soutien dans tous les aspects de leur vie.

L’imprévisibilité des symptômes rend les activités difficiles à planifier et peut donner aux personnes atteintes de PR l’impression qu’elles ont perdu le contrôle de leur vie. C’est pourquoi de nombreuses personnes atteintes de PR se sentent déprimées et anxieuses. En outre, un certain nombre de personnes atteintes de PR éprouvent une fatigue extrême, qui les laisse se sentir excessivement fatiguées. La fatigue augmente le besoin de sommeil et rend les activités les plus simples excessivement exigeantes. La PR peut modifier les relations, car les personnes ne peuvent plus participer à leurs anciens passe-temps et intérêts. Comme les personnes perdent leur mobilité et se sentent de plus en plus fatiguées, elles peuvent éviter de prendre part à des activités sociales fatigantes et de passer du temps de qualité avec les autres.

En outre, la PR peut avoir un impact sur l’emploi d’une personne, car elle n’est plus en mesure de fonctionner comme avant. Par exemple, dans une étude de 2002, les chercheurs notent qu’environ 1 personne sur 3 atteinte de PR a quitté son emploi dans les 5 ans suivant le diagnostic de PR.

Diagnostic

Les médecins utilisent une combinaison d’antécédents médicaux, d’examen physique et de tests de laboratoire pour diagnostiquer la PR des genoux :

– Antécédents médicaux : Un médecin posera des questions sur les symptômes articulaires, y compris leur date d’apparition, leur gravité et ce qui les améliore ou les aggrave, et demandera si des proches sont atteints de PR ou d’autres maladies auto-immunes.

– Examen physique : Le médecin recherchera des signes de sensibilité, de gonflement, de chaleur ou de limitation des mouvements dans les genoux et les articulations. Il vérifiera également la présence d’une fièvre légère et de bosses sous la peau.

– Tests sanguins : Ces tests permettent d’identifier les marqueurs inflammatoires, tels que la vitesse de sédimentation des érythrocytes et la protéine C-réactive. Les tests recherchent également le facteur rhumatoïde (FR), un anticorps présent chez 80 % des personnes atteintes de PR, ou le peptide citrulliné cyclique (PCC), qui est présent chez 60 à 70 % des personnes atteintes de cette maladie.

– Tests d’imagerie : Comme la PR peut endommager les articulations, les médecins peuvent utiliser des radiographies, des échographies ou des IRM pour identifier l’érosion des os et des articulations. Toutefois, les images peuvent ne pas aider les médecins à diagnostiquer la PR aux premiers stades, lorsque les lésions osseuses sont minimes.

Options de traitement

Selon la gravité de la PR dans les articulations du genou, une personne peut n’avoir besoin que de médicaments anti-inflammatoires non stéroïdiens en vente libre pour soulager la douleur et l’inflammation. Un médecin peut également prescrire des corticostéroïdes.

Les antirhumatismaux modificateurs de la maladie sont une classe de médicaments qui réduisent l’inflammation et la gravité des symptômes et ralentissent la progression de la PR. Les autres options comprennent l’hydroxychloroquine (Plaquenil) et la sulfasalazine (Azulfidine).

Pour les personnes présentant des lésions importantes du genou, un médecin peut recommander une chirurgie de remplacement du genou afin de leur permettre de reprendre leurs activités quotidiennes habituelles.

Quand contacter un médecin

Une personne doit consulter un médecin si elle ressent une douleur, une raideur ou un gonflement au niveau des genoux ou d’autres articulations. De même, les personnes doivent demander conseil si elles présentent d’autres symptômes de la PR. Un médecin peut établir un diagnostic précis, exclure tout autre problème et recommander un traitement adapté.

En général, les personnes reçoivent un diagnostic dans les 6 mois suivant l’apparition de leurs symptômes. Cela leur permet de commencer un régime de traitement qui minimise la destruction osseuse et l’impact de la PR sur leur vie. Si une personne ressent une douleur et un gonflement de l’articulation du genou, ainsi que de la fièvre, des tremblements et des frissons, elle doit consulter immédiatement un médecin. Ces symptômes pourraient indiquer une infection grave, qui nécessite un traitement d’urgence.

Soutien aux personnes atteintes de PR

Recevoir un diagnostic de PR peut provoquer un sentiment d’accablement et de solitude. Si possible, elles doivent trouver un soutien émotionnel et physique auprès de leur famille et de leurs amis pour apprendre à vivre avec une maladie chronique. Les personnes concernées peuvent également trouver utile d’entrer en contact avec d’autres personnes vivant avec la PR et d’apprendre de leurs expériences.

A retenir

La PR est une maladie auto-immune qui affecte les articulations, notamment les genoux. Elle provoque des douleurs, des raideurs et des gonflements qui peuvent perturber la vie d’une personne, en rendant difficile la marche ou la station debout. Les personnes doivent consulter un médecin si elles remarquent des signes de PR ou présentent des symptômes au niveau du genou. Les personnes doivent commencer le traitement le plus tôt possible afin de prévenir les dommages aux genoux et aux articulations qui peuvent être invalidants.

Vous aimez nos contenus ?

Recevez chaque jour nos dernières publications gratuitement et directement dans votre boite mail

RECEVOIR LA NEWSLETTER
- Presse Santé -