9 affections digestives courantes, de haut en bas

Voici un aperçu de neuf des maladies digestives les plus courantes, de leurs symptômes et des traitements les plus efficaces disponibles

De nombreuses maladies digestives présentent des symptômes similaires. Voici comment les reconnaître et quand consulter votre médecin.

La plupart des gens n’aiment pas en parler, mais les problèmes digestifs sont plus fréquents que vous ne le pensez.

Voici un aperçu de neuf des maladies digestives les plus courantes, de leurs symptômes et des traitements les plus efficaces disponibles. Si vous pensez avoir l’un de ces problèmes, n’attendez pas pour en parler à votre médecin.

1. Reflux gastro-œsophagien (RGO)

Lorsque l’acide gastrique remonte dans l’œsophage, une condition appelée reflux acide, vous pouvez ressentir une douleur brûlante au milieu de votre poitrine. Cela se produit souvent après les repas ou la nuit. S’il est courant de souffrir de reflux acides et de brûlures d’estomac de temps en temps, des symptômes qui affectent votre vie quotidienne ou qui se produisent au moins deux fois par semaine peuvent être le signe d’un RGO, une affection digestive chronique qui touche 20 % des personnes. Si vous souffrez de brûlures d’estomac persistantes, de mauvaise haleine, d’érosion dentaire inexpliquée, de nausées, de douleurs dans la poitrine ou dans la partie supérieure de l’abdomen, ou si vous avez des difficultés à avaler ou à respirer, consultez votre médecin.

La plupart des gens trouvent un soulagement en évitant certains aliments et boissons qui déclenchent leurs symptômes, ou en prenant des antiacides en vente libre ou d’autres médicaments qui réduisent la production d’acide gastrique et l’inflammation de l’œsophage. Des changements dans le mode de vie, comme surélever la tête du lit, ne pas s’allonger après un repas et arrêter de fumer, peuvent également aider. Cependant, certains cas de RGO nécessitent un traitement plus fort, comme des médicaments bloquant l’acide ou même une intervention chirurgicale.

2. Les calculs biliaires

Les calculs biliaires sont des dépôts durs qui se forment dans la vésicule biliaire, un petit sac en forme de poire qui stocke et sécrète la bile nécessaire à la digestion. Les calculs biliaires peuvent se produire lorsque les substances qui composent la bile (généralement le cholestérol ou un déchet appelé bilirubine) deviennent trop concentrées et forment un calcul dur. Lorsque les calculs biliaires bloquent les conduits menant de la vésicule biliaire aux intestins, ils peuvent provoquer une douleur aiguë dans la partie supérieure droite de l’abdomen. L’étape suivante est généralement une intervention chirurgicale visant à retirer la vésicule biliaire.

3. La maladie cœliaque et l’intolérance au gluten

La maladie cœliaque est une réaction immunitaire au gluten, une protéine présente dans le blé, le seigle et l’orge. Si vous mangez du gluten, votre système immunitaire passe à l’attaque : Il endommage les villosités, ces excroissances en forme de doigts qui se trouvent dans l’intestin grêle et qui vous aident à absorber les nutriments des aliments que vous mangez. Chez les enfants, les symptômes peuvent inclure des douleurs abdominales et des ballonnements, de la diarrhée, de la constipation, des vomissements et une perte de poids. Chez les adultes, les symptômes peuvent également inclure l’anémie, la fatigue, la perte osseuse, la dépression et les crises. Le seul traitement de la maladie cœliaque consiste à éviter complètement de manger du gluten. Les substituts courants du gluten sont le riz brun, le quinoa, les lentilles, la farine de soja, la farine de maïs et l’amarante.

Certaines personnes peuvent avoir un résultat négatif au test de dépistage de la maladie cœliaque mais présenter une intolérance ou une sensibilité au gluten. Certains des symptômes de la maladie cœliaque peuvent se manifester, mais l’intolérance au gluten est un trouble digestif, et non un trouble immunitaire, de sorte qu’elle n’endommage pas l’intestin et ne provoque pas de problèmes comme l’anémie ou la perte osseuse. De plus, les personnes souffrant d’une intolérance au gluten peuvent manger du gluten, si elles sont prêtes à faire face aux symptômes digestifs.

4. La maladie de Crohn

La maladie de Crohn fait partie d’un groupe d’affections digestives appelées maladies inflammatoires de l’intestin (MII). La maladie de Crohn peut toucher n’importe quelle partie du tube digestif, mais elle affecte le plus souvent l’iléon terminal et le gros intestin, qui relie l’extrémité de l’intestin grêle au début du gros intestin, ou côlon.

Les médecins ne sont pas certains des causes de la maladie, mais on pense que la génétique et les antécédents familiaux peuvent jouer un rôle. Les symptômes les plus courants de la maladie de Crohn sont les douleurs abdominales, la diarrhée, les saignements rectaux, la perte de poids et la fièvre. Le traitement dépend des symptômes et peut inclure des analgésiques topiques, des immunosuppresseurs et la chirurgie.

5. La colite ulcéreuse

Les symptômes de la colite ulcéreuse sont similaires à ceux de la maladie de Crohn, mais la partie du tube digestif touchée est uniquement le côlon. Si votre système immunitaire confond la muqueuse du côlon ou d’autres matériaux avec des envahisseurs, des plaies ou des ulcères se développent dans la muqueuse du côlon. Si vous avez des selles fréquentes et urgentes, des douleurs lors de la diarrhée, du sang dans les selles ou des crampes abdominales, consultez votre médecin. Les médicaments peuvent supprimer l’inflammation, et l’élimination des aliments qui provoquent une gêne peut également aider. Dans les cas graves, le traitement de la colite ulcéreuse peut impliquer une intervention chirurgicale pour enlever le côlon.

6. Le syndrome du côlon irritable

Votre tube digestif est-il irritable ? Avez-vous des douleurs ou des malaises à l’estomac au moins trois fois par mois pendant plusieurs mois ? Il pourrait s’agir du syndrome du côlon irritable (SCI).

Les causes du SCI ne sont pas connues, mais le traitement des symptômes repose en grande partie sur le régime alimentaire, qui consiste à manger des repas pauvres en graisses et riches en fibres et à éviter les aliments déclencheurs courants (produits laitiers, alcool, caféine, édulcorants artificiels et aliments qui produisent des gaz). On a constaté que le fait de suivre le régime pauvre en FODMAP, qui consiste à éliminer les aliments riches en certains glucides (oligosaccharides, disaccharides, monosaccharides et polyols fermentescibles), réduit les symptômes du SII. Dans une revue publiée en 2021 dans l’European Journal of Nutrition, des chercheurs ont analysé 12 articles et ont constaté que le régime pauvre en FODMAP réduisait les symptômes et améliorait la qualité de vie des personnes atteintes du SCI par rapport aux régimes de contrôle. Mais gardez à l’esprit qu’un régime pauvre en FODMAP ne signifie pas nécessairement pauvre en fibres.

Certaines recherches suggèrent que les probiotiques, ou les bactéries amies présentes dans certains aliments comme le yaourt et vendues sous forme de suppléments, peuvent aider à lutter contre le SII. Dans une revue publiée en 2019 dans la revue Nutrients, sept des 11 études incluses ont rapporté que les suppléments de probiotiques amélioraient significativement les symptômes du SII par rapport au placebo. Cependant, l’American Gastroenterological Association ne fait aucune recommandation sur l’utilisation de probiotiques pour le SII, indiquant que davantage de preuves scientifiques sont nécessaires.

7. Hémorroïdes

S’il y a du sang rouge vif dans la cuvette des toilettes lorsque vous allez à la selle, cela peut être un signe d’hémorroïdes. Les hémorroïdes sont des veines gonflées situées dans l’anus ou le bas du rectum qui peuvent être douloureuses et provoquer des démangeaisons. Elles peuvent être causées par la constipation chronique, la diarrhée, les efforts pour aller à la selle et un manque de fibres dans votre alimentation.

Pour traiter les hémorroïdes, il faut manger plus de fibres, boire plus d’eau et faire de l’exercice. Les traitements à domicile, comme les crèmes et les suppositoires en vente libre, soulagent généralement les symptômes des hémorroïdes. Mais si les symptômes persistent, des médicaments sur ordonnance peuvent être utilisés ou une procédure médicale comme l’hémorroïdectomie peut être nécessaire pour retirer les hémorroïdes de manière chirurgicale.

8. Diverticulite

De petites poches appelées diverticules peuvent se former partout où il y a des points faibles dans la paroi de votre tube digestif, mais on les trouve le plus souvent dans le côlon. Si vous avez des diverticules mais aucun symptôme, il s’agit d’une diverticulose, assez fréquente chez les personnes âgées et qui cause rarement des problèmes. A l’âge de 50 ans, environ la moitié des personnes sont atteintes de diverticulose. Mais chez environ 5 % des personnes, les poches deviennent enflammées ou infectées, une affection appelée diverticulite. Les symptômes comprennent la fièvre, les frissons, les nausées et les douleurs abdominales. L’obésité est un facteur de risque majeur de diverticulite.

Les diverticulites légères sont traitées par un régime liquide clair pour que le côlon puisse guérir. Par le passé, la première ligne de traitement de la diverticulite non compliquée était une série d’antibiotiques, mais maintenant, il est estimé que la plupart des cas peuvent être traités sans ce médicament. Un régime pauvre en fibres peut être à l’origine de la diverticulite. Votre médecin peut donc vous recommander un régime riche en fibres (céréales complètes, légumineuses, légumes) dans le cadre de votre plan de traitement. Les cas de diverticulite compliquée sont généralement traités par antibiotiques intraveineux et peuvent nécessiter une intervention chirurgicale. Si vous avez des crises sévères qui se reproduisent fréquemment, vous pouvez avoir besoin d’une intervention chirurgicale pour retirer la partie malade de votre côlon.

9. Fissure anale

Les fissures anales sont de minuscules déchirures de forme ovale situées dans la paroi de l’anus. Les symptômes sont similaires à ceux des hémorroïdes, tels que des saignements et des douleurs après l’évacuation des selles. Les efforts et les selles dures peuvent provoquer des fissures, mais aussi les selles molles et la diarrhée. Un régime riche en fibres qui rend les selles bien formées et volumineuses est souvent le meilleur traitement. Des médicaments pour détendre les muscles du sphincter anal, ainsi que des anesthésiques topiques et des bains de siège, peuvent soulager la douleur. Cependant, les fissures chroniques peuvent nécessiter une intervention chirurgicale du muscle sphincter anal.

* Presse Santé s' efforce de transmettre la connaissance santé dans un langage accessible à tous. En AUCUN CAS, les informations données ne peuvent remplacer l' avis d'un profesionel de santé.