2 minutes sont suffisantes pour augmenter votre longévité

Vous ne disposez pas du temps nécessaire pour faire des exercices physiques au cours de la semaine ? Ou bien, vous ne parvenez pas à trouver la motivation pour le faire ? Une nouvelle étude montre que 15 minutes d’exercice vigoureux par semaine ou seulement deux minutes d’exercice vigoureux par jour suffisent. Voilà une bonne nouvelle pour ceux qui n’ont pas de temps libre pour faire des activités physiques.

Réduction du risque de décès prématuré.

La présente étude est parue dans la revue European Heart Journal. Elle montre que quinze minutes par semaine ou deux minutes d’exercice intensif par jour réduisent le risque de décès prématuré de 18 %.

La nouvelle étude vient étayer l’impact de l’activité physique sur notre espérance de vie.

Pour l’étude, les chercheurs ont attaché des moniteurs d’activité aux poignets de 71 893 adultes âgés en moyenne de 62,5 ans pendant près de sept ans. Cinq ans plus tard, les chercheurs ont recensé les personnes décédées entre-temps. Les personnes qui n’ont pas pratiqué d’activité physique présentaient un risque de décès de 4 % au cours de cette période. En revanche, les personnes qui pratiquaient dix minutes d’exercice par semaine voyaient ce risque réduit de moitié. Au total, il a été démontré que quinze minutes d’exercice physique intense par semaine réduisaient le risque de décès de 18 %.

Plus vous bougez, mieux c’est !

Bien sûr, plus on fait d’exercice, mieux c’est. Conformément aux recommandations de l’Organisation mondiale de la santé, une  » personne en bonne santé  » pratique 150 à 300 minutes d’exercice physique modéré en moyenne par semaine. Vous pouvez aussi opter pour 75 à 150 minutes d’exercice vigoureux par semaine. Les recherches montrent que ces directives réduisent le risque de décès prématuré de 21 %. Vous faites plus d’exercice que le nombre de minutes indiqué ci-dessus ? En l’occurrence, les bénéfices en termes de durée de vie sont encore supérieurs.

Les avantages du sport pour votre cerveau.

Plus de résilience mentale.

Lorsque l’exercice se fait à haute intensité, le corps se développe physiquement, mais aussi mentalement, car il « s’adapte » à de nouveaux défis et apprend à gérer plus de charge et de stress. Les jours d’entraînement, les performances mentales globales sont meilleures que les jours de repos. La mémoire semble s’améliorer ainsi que la coordination et la vitesse de réaction.

Meilleure humeur.

Grâce à la production et à l’échange de dopamine, d’ocytocine, de sérotonine, d’endorphines, d’adrénaline, etc. dans le cerveau et dans le corps, l’organisme est récompensé par un sentiment de bien-être pendant et après l’exercice.

Gestion du stress.

Lorsque votre cerveau libère des substances chimiques, votre corps « reçoit » des stimuli pour soulager la douleur, réduire le stress et l’inflammation, les courbatures, l’insomnie, la fatigue et l’anxiété. En outre, grâce à une meilleure résistance mentale, les sportifs peuvent mieux gérer les situations de stress. Le sport est un moyen d’évacuer le « mauvais stress » et d’équilibrer le corps pour les défis mentaux et physiques à venir.

Amélioration de la santé.

Le sport renforce les fonctions du système cardiovasculaire, des voies respiratoires et du système nerveux. Le sport est un facteur clé pour « affiner » votre métabolisme. Tout cela devrait conduire à une meilleure santé en général.

Charge énergétique.

Dans de nombreux articles médicaux et sportifs, on dit qu’un effet appelé « runner’s high » est atteint après quelques minutes de sport et qu’il est dû aux substances chimiques produites « pour gérer » l’effort. Cette « charge énergétique » comprend des substances chimiques destinées à la résistance à la charge, à l’endurance, au soulagement de la douleur, etc. Le résultat final est un sentiment de « montée en puissance » (tant que l’entraînement n’est pas poursuivi jusqu’à ce que la fatigue vous épuise). Dans de nombreux articles, il est mentionné que même 20 minutes d’activité peuvent déjà vous aider à « obtenir » une charge énergétique élevée.

Réduction de la dépression et de l’anxiété.

Connaissez-vous le principe de l’effet boule de neige ? Lorsqu’elle dévale une montagne, une boule de neige ne cesse de se développer au fur et à mesure de sa descente. Les sports ont le même effet.

 

* Presse Santé s' efforce de transmettre la connaissance santé dans un langage accessible à tous. En AUCUN CAS, les informations données ne peuvent remplacer l' avis d'un profesionel de santé. [sibwp_form id=5]