Une de ces 8 habitudes pourrait impacter la santé de votre cerveau. Faites attention !

Savez-vous que les choix que nous faisons dans notre vie quotidienne peuvent avoir une incidence sur la rapidité ou la gravité du vieillissement de notre cerveau ? En soi, la consommation de certaines boissons a plusieurs effets négatifs sur la santé de notre cerveau et notre clarté mentale. De la modification des niveaux de neurotransmetteurs dans notre corps aux dommages causés par les toxines et la déshydratation, il existe de nombreuses façons dont ces boissons accélèrent le vieillissement du cerveau. Découvrez les 8 habitudes les plus dangereuses qui provoquent un vieillissement précoce afin de pouvoir protéger votre bien le plus précieux : votre santé mentale.

  1. Boire des quantités excessives de sodas.

Les sodas contiennent des niveaux élevés de sucre et d’édulcorants artificiels qui ont été liés au déclin cognitif, comme un risque plus élevé de développer une démence et la maladie d’Alzheimer. Une étude de 2014 a révélé que la consommation de soda, même diététique, était associée à un risque plus élevé d’accident vasculaire cérébral et de démence au fil du temps. De sorte que la réduction de cette habitude est essentielle pour préserver la santé du cerveau.

  1. Consommer régulièrement des boissons sucrées.

Les boissons sucrées telles que les jus de fruits, les boissons énergisantes et les thés en bouteille sont chargées de sucres ajoutés qui contribuent à l’inflammation dans le corps et peuvent être dommageables pour le cerveau au fil du temps. Une étude de 2017 a montré que la consommation de plus d’une portion de boissons sucrées par jour était associée à des performances plus faibles lors de tests cognitifs par rapport aux personnes qui consommaient moins de boissons sucrées.

  1. Boire des quantités excessives d’alcool.

Des études ont montré un lien direct entre une consommation excessive d’alcool et des altérations des capacités de fonctionnement exécutif telles que la mémoire et la vitesse de traitement chez les adultes de plus de 50 ans. La consommation excessive d’alcool a également été associée à un risque plus élevé de développer une démence au fil du temps. Il est donc essentiel de réduire la quantité d’alcool consommée pour conserver un cerveau sain jusqu’à un âge avancé.

  1. Ne pas s’hydrater suffisamment chaque jour.

Une hydratation adéquate est essentielle au bon fonctionnement du cerveau, puisque le cerveau humain est composé de 70 % d’eau en poids ! Une bonne hydratation contribue à la clarté mentale et à la vigilance, ainsi qu’à l’amélioration de la cognition générale en aidant les voies neuronales à communiquer efficacement entre elles dans tout le corps.

  1. Consommer des boissons énergisantes trop fréquemment ou trop tard le soir avant de se coucher.

Lorsqu’elles sont associées à la caféine, les boissons énergisantes créent un état d’esprit anxieux qui peut entraîner des difficultés à dormir la nuit – un élément clé pour permettre à votre esprit de se reposer des activités quotidiennes. En outre, la consommation excessive de boissons énergisantes rend difficile de rester alerte pendant la journée en raison de la privation de sommeil induite par une consommation trop proche de l’heure du coucher. Ce qui conduit finalement à un ralentissement des fonctions de traitement cognitif au fil du temps si cela est répété jusqu’à un âge avancé (personnes âgées).

  1. Boire du café après 14 heures ou trop près de l’heure du coucher.

La caféine consommée tard dans la nuit peut perturber les hormones responsables de la régulation des cycles du sommeil, comme le cortisol et la mélatonine. Ce qui rend difficile de s’endormir ou de rester endormi toute la nuit et entraîne une fatigue pendant les heures d’éveil – ce qui a été associé à une altération des performances cognitives, en particulier chez les personnes âgées. Il est donc important de savoir non seulement quand ne pas consommer de café, mais aussi quelle quantité : deux tasses par jour étant identifiées comme la consommation optimale selon certaines études. Sinon, vous risquez de voir vos fonctions cognitives diminuer en raison des effets générés par les états de manque de caféine si vous dépassez votre limite de consommation !

  1. Boire trop souvent des boissons énergétiques et sportives sans refaire le plein d’électrolytes par la suite.

Il est facile de vouloir un regain d’énergie après une séance d’entraînement intense ou une longue journée, et beaucoup de gens se tournent vers les boissons énergétiques et sportives pour tenir le coup. Malheureusement, si ces boissons sont consommées trop souvent sans remplacer les électrolytes épuisés, elles peuvent taxer les ressources de votre corps nécessaires à une capacité cognitive optimale, telles que le sodium, le chlorure, le magnésium, le calcium, etc. Tous ces minéraux font partie intégrante du fonctionnement normal de l’organisme et contribuent à vous garder alertes, concentrés et en pleine énergie.

Les recherches suggèrent que ce type de boissons peut donc avoir l’effet inverse en accélérant le processus de vieillissement du cerveau. Ces dommages liés au vieillissement peuvent entraîner des facteurs tels que la perte de mémoire, le ralentissement des fonctions mentales et des sautes d’humeur. La modération dans la consommation de boissons à forte teneur en sucre est souvent la clé du maintien de la santé physique et mentale, en veillant à ce que les électrolytes soient reconstitués et à ce que la soif soit étanchée.

  1. Ne pas boire suffisamment de thé par jour.

L’idée que ne pas boire de thé puisse faire vieillir le cerveau peut sembler difficile à croire, mais des recherches récentes suggèrent qu’il pourrait y avoir un lien entre la consommation de thé et la santé cognitive. Des études ont montré que les personnes qui boivent régulièrement du thé ont de meilleurs résultats aux tests cognitifs que celles qui n’en boivent pas. Ce qui prouve que plus les gens se privent de thé, plus cela affecte les performances de leur cerveau.

En effet, ce constat est particulièrement important pour les personnes exposées à des maladies dégénératives telles que la démence ou la maladie d’Alzheimer, car le maintien d’un mode de vie actif et d’une alimentation saine – y compris la consommation de thé – a été associé à une diminution des risques de développer ces maladies. Même si le fait de ne pas boire de thé ne provoque pas directement de déclin cognitif, il devrait néanmoins faire partie intégrante de la routine quotidienne de chacun afin de préserver la santé globale du cerveau et d’éviter des maladies susceptibles de changer la vie.

* Presse Santé s' efforce de transmettre la connaissance santé dans un langage accessible à tous. En AUCUN CAS, les informations données ne peuvent remplacer l' avis d'un profesionel de santé.