L’orgasme: que dit la science du 7 ème ciel?

Cet article explique ce qu'est un orgasme chez les deux sexes. Ainsi que les raisons pour lesquelles les orgasmes se produisent ou non,

De nombreuses personnes considèrent l’orgasme comme le sommet de l’excitation sexuelle. Il s’agit d’un puissant sentiment de plaisir physique et de sensation. Les chercheurs ont encore beaucoup à apprendre sur l’orgasme et, au cours du siècle dernier, les théories sur l’orgasme et sa nature ont évolué.
Cet article explique ce qu’est un orgasme chez les deux sexes. Ainsi que les raisons pour lesquelles les orgasmes se produisent ou non, ainsi que certaines idées fausses courantes.

L’orgasme en bref

– L’orgasme libère des endorphines, connues sous le nom d’hormones du bien-être, qui peuvent provoquer une sensation de sommeil, de détente ou de joie.
– Les orgasmes ne surviennent pas uniquement lors d’une stimulation sexuelle.
– Les personnes des deux sexes peuvent souffrir de troubles de l’orgasme.
– On estime qu’un homme sur trois a connu une éjaculation précoce.

Qu’est-ce qu’un orgasme ?

L’orgasme est le moment où une personne atteint un pic de plaisir. Le corps relâche les tensions, et les muscles du périnée, le sphincter anal et les organes reproducteurs se contractent de manière rythmique. Les hommes éjaculent généralement lorsqu’ils atteignent l’orgasme et les femmes ressentent des contractions de la paroi vaginale. Les femmes peuvent également éjaculer pendant l’activité sexuelle ou lors d’un orgasme.

Modèles d’orgasme

Les spécialistes de la sexualité ont défini l’orgasme dans le cadre de modèles de réponse sexuelle par étapes. Bien que le processus de l’orgasme puisse varier considérablement d’un individu à l’autre, plusieurs changements physiologiques de base tendent à se produire dans la plupart des cas. Les modèles suivants sont des schémas qui se produisent dans toutes les formes de réponse sexuelle et ne concernent pas uniquement les rapports péniens-vaginaux.

Le modèle en 4 phases de Master et Johnson

En 1966, les chercheurs Américains William Masters et Virginia Johnson ont proposé un modèle en quatre phases :

1 excitation
2 plateau
3 orgasme
4 résolution

Le modèle en 3 phases de Kaplan

Le modèle de Kaplan diffère de la plupart des autres modèles de réponse sexuelle en incluant le désir, la plupart des modèles ont tendance à éviter d’inclure les changements non génitaux. Il est également important de noter que le désir ne précède pas toute activité sexuelle. Les trois étapes de ce modèle sont :

1 le désir
2 l’excitation
3 l’orgasme

Que se passe-t-il pendant l’orgasme ?

Pendant l’orgasme, les gens peuvent ressentir une sensation intense de plaisir dans les organes génitaux et dans tout le corps. Les orgasmes peuvent être ressentis différemment selon les individus. Après un orgasme, le visage, le cou ou la poitrine peuvent rougir. Les personnes peuvent également se sentir endormies, détendues ou heureuses après l’orgasme en raison de la libération d’endorphines.

Pour les femmes

Chez les femmes, les muscles du vagin et de l’anus peuvent se contracter environ une fois par seconde, pendant environ cinq à huit fois. Les rythmes cardiaque et respiratoire peuvent s’accélérer. Avant et pendant l’orgasme, le vagin peut devenir humide, et il peut même éjaculer ce liquide. Selon les recherches, le pourcentage de femmes qui éjaculent peut varier de 10 à 70 %. Directement après un orgasme, le clitoris peut être plus sensible ou inconfortable au toucher.

Chez l’homme

Chez l’homme, les muscles du pénis et de l’anus peuvent se contracter environ une fois par seconde, entre cinq et huit fois. Les rythmes cardiaque et respiratoire peuvent s’accélérer.
Le pénis peut libérer environ 1 à 2 cuillères à soupe de sperme. Il est possible de ne pas éjaculer pendant un orgasme, mais les deux se produisent généralement simultanément.
Juste après un orgasme, la tête du pénis peut être plus sensible ou inconfortable au toucher.

Quelle est la durée de l’orgasme ?

D’après un article de 2016, la recherche suggère que l’orgasme féminin peut durer environ 20 à 35 secondes. Pour les hommes, bien que la durée de l’orgasme varie d’un individu à l’autre, les orgasmes ont tendance à durer entre 10 et 60 secondes.

 

Avantages potentiels de l’orgasme pour la santé

Les orgasmes peuvent aider les gens à mieux dormir. Une étude de 2019 constate que les orgasmes obtenus avec un partenaire ont entraîné de bons résultats en matière de sommeil. Les orgasmes obtenus par masturbation ont entraîné une meilleure qualité de sommeil et réduit le temps nécessaire pour s’endormir.

Le corps libère une hormone appelée ocytocine pendant l’orgasme. L’ocytocine peut avoir de nombreux effets bénéfiques sur la santé, par exemple:

– réguler l’anxiété
– réduire le risque de maladie cardiaque
– réduire le risque de cancer, comme le cancer de l’ovaire.

En outre, certaines données indiquent que l’éjaculation fréquente chez l’homme pourrait réduire le risque de cancer de la prostate. En effet, il y aurait moins fréquemment le cancer de la prostate chez ceux qui avaient un taux d’éjaculation élevé.

Types d’orgasme

Il existe de nombreux types d’orgasmes différents, dont certains sont détaillés ci-dessous :

– L’orgasme clitoridien : C’est lorsqu’un orgasme se produit en raison de la stimulation du clitoris. Un article de 2019 note que 60% des orgasmes féminins se produisent en raison de la stimulation du clitoris.

– L’orgasme vaginal : C’est lorsqu’un orgasme se produit par stimulation vaginale. Les orgasmes vaginaux sont liés à la stimulation indirecte du clitoris pendant les rapports sexuels.

– L’orgasme mixte : Il se produit lorsque les orgasmes clitoridien et vaginal surviennent ensemble.

– Orgasme du point G : La stimulation du point G peut provoquer un orgasme.

– Orgasme multiple : Une personne peut connaître une série d’orgasmes sur une courte période. Masters et Johnson notent que les femmes ont une période réfractaire (de récupération) plus courte, ce qui leur permet de connaître des orgasmes multiples en un temps plus court.

– Induit par l’imagerie : Les orgasmes peuvent survenir en réponse à l’imagerie sans stimulation physique. Une recherche de 1992 indique que les orgasmes peuvent survenir à la suite d’une imagerie auto-induite. Une recherche plus récente de 2016 note que l’imagerie mentale active les régions du cerveau liées à l’orgasme, à la récompense et à la stimulation corporelle.

– L’orgasme du mamelon : Une femme peut atteindre un orgasme grâce à la seule stimulation des mamelons. La stimulation des mamelons peut activer la partie du cerveau qui s’active également avec la stimulation génitale.
La liste ci-dessus n’est pas exhaustive et les recherches se poursuivent sur les types d’orgasmes que les gens peuvent connaître.

Les hommes peuvent-ils connaître des orgasmes multiples ?

Selon une étude de 2016 les hommes peuvent connaître des orgasmes multiples. Cependant, cela n’est pas courant. Moins de 10 % des personnes âgées de 20 ans et moins de 7 % des personnes âgées de 30 ans ou plus peuvent en connaître.

L’orgasme féminin

La description suivante du processus physiologique de l’orgasme féminin dans les organes génitaux utilisera le modèle en quatre phases de Masters et Johnson.

Excitation

Lors d’une stimulation féminine, qu’elle soit physique ou psychologique, les vaisseaux sanguins des organes génitaux se dilatent. L’augmentation de l’apport sanguin fait passer du liquide à travers les parois vaginales, rendant la vulve gonflée et humide. À l’intérieur, la partie supérieure du vagin se dilate. Pendant cette phase, le rythme cardiaque et la respiration s’accélèrent, et la pression artérielle augmente. La dilatation des vaisseaux sanguins peut donner l’impression que la personne rougit, notamment au niveau du cou et de la poitrine.

Plateau

Lorsque le flux sanguin vers l’ouverture vaginale atteint sa limite, il devient ferme. Les seins peuvent augmenter de volume et l’augmentation du flux sanguin vers l’aréole fait que les mamelons semblent moins érigés. Le clitoris se retire contre l’os pubien, semblant disparaître.

Orgasme

Les muscles génitaux, y compris l’utérus et l’ouverture vaginale, subissent des contractions rythmiques espacées d’environ 0,8 seconde. L’orgasme féminin dure généralement plus longtemps que l’orgasme masculin, soit en moyenne 20 à 35 secondes. Contrairement aux hommes, la plupart des femmes n’ont pas de période de récupération et peuvent donc avoir d’autres orgasmes avec des stimulations répétées.

Résolution

Le corps revient progressivement à son état antérieur. Le gonflement diminue tandis que le pouls et la respiration ralentissent.

L’orgasme masculin

La description suivante du processus corporel de l’orgasme masculin dans les organes génitaux utilise le modèle en quatre phases de Masters et Johnson.

Excitation

La stimulation masculine, qu’elle soit physique ou psychologique, peut conduire à une érection. Le sang afflue dans les corps caverneux (tissu spongieux qui s’étend sur toute la longueur du pénis), ce qui fait grossir le pénis et le rend rigide. Les testicules se rapprochent du corps et le scrotum se resserre.

Plateau

À mesure que les vaisseaux sanguins à l’intérieur et autour du pénis se remplissent de sang, le gland et les testicules augmentent de taille. En outre, les muscles des cuisses et des fesses se tendent, la pression artérielle augmente, le pouls s’accélère et le rythme respiratoire s’accélère.

Orgasme

Le sperme pénètre dans l’urètre par une série de contractions des muscles du plancher pelvien, de la prostate, des vésicules séminales et du canal déférent. Les contractions des muscles du plancher pelvien et de la prostate font également sortir le sperme du pénis dans un processus appelé éjaculation.

Résolution

L’homme entre maintenant dans une phase de récupération temporaire. Il s’agit de la période réfractaire, dont la durée varie d’une personne à l’autre. Elle peut durer de quelques minutes à quelques jours, et cette période s’allonge généralement avec le vieillissement de l’homme. Pendant cette phase, le pénis et les testicules retrouvent leur taille initiale. La respiration peut être lourde et rapide, et le pouls est élevé.

Causes physiologiques des orgasmes

Les orgasmes surviennent généralement dans le cadre d’un cycle de réponse sexuelle. Ils surviennent souvent à la suite de la stimulation continue de zones érogènes, telles que les organes génitaux, l’anus, les mamelons et le périnée.

Les orgasmes surviennent à la suite de deux réactions de base à une stimulation continue :

– La vasocongestion : Il s’agit du processus par lequel les tissus corporels se remplissent de sang, ce qui entraîne un gonflement de leur taille.

– Myotonie : Il s’agit du processus par lequel les muscles se tendent, y compris la flexion volontaire et la contraction involontaire.
Selon un article paru en 2017, les personnes peuvent ressentir un orgasme à partir d’une stimulation autre que dans la zone génitale, comme les oreilles ou les mamelons. Même une stimulation mentale peut produire un orgasme.

Troubles de l’orgasme

Les troubles de l’orgasme peuvent entraîner une détresse, une frustration et un sentiment de honte, tant pour la personne qui éprouve les symptômes que pour son partenaire sexuel.

Les troubles de l’orgasme chez la femme

Les troubles de l’orgasme féminin sont centrés sur l’absence ou le retard significatif de l’orgasme après une stimulation suffisante. Les médecins qualifient l’absence d’orgasme d’anorgasmie. Ce terme peut désigner une personne qui n’a jamais eu d’orgasme ou lorsqu’une personne qui avait auparavant des orgasmes n’en a plus (anorgasmie secondaire). Ce trouble peut survenir de manière générale ou dans des situations spécifiques. Les troubles de l’orgasme féminin peuvent être dus à des causes physiques, comme des problèmes gynécologiques ou la prise de certains médicaments, ou à des causes psychologiques, comme l’anxiété ou la dépression.

Troubles orgasmiques masculins

Le trouble orgasmique masculin (anorgasmie masculine) se caractérise par un retard ou une absence persistante et récurrente de l’orgasme après une stimulation suffisante.
L’anorgasmie masculine peut être une affection permanente ou survenir après une période de fonctionnement sexuel régulier. Elle peut survenir de manière générale ou dans des situations spécifiques.
L’anorgasmie masculine peut survenir à la suite de conditions physiques telles qu’un faible taux de testostérone, de conditions psychologiques telles que l’anxiété ou de l’utilisation de certains médicaments tels que les antidépresseurs.

L’éjaculation précoce

Chez l’homme, l’éjaculation est étroitement associée à l’orgasme. L’éjaculation précoce, c’est-à-dire le fait qu’un homme éjacule plus tôt qu’il ne le voudrait, est une plainte sexuelle courante. L’éjaculation précoce peut être due à une combinaison de facteurs psychologiques tels que la culpabilité ou l’anxiété et de facteurs biologiques tels que les niveaux d’hormones ou les lésions nerveuses.

Idées fausses courantes sur l’orgasme

L’importance que la société accorde au sexe, combinée à notre connaissance incomplète de l’orgasme, est à l’origine de plusieurs idées fausses courantes.
La culture sexuelle a placé l’orgasme sur un piédestal, le considérant souvent comme le seul objectif des rencontres sexuelles.
Cependant, l’orgasme n’est pas aussi simple ou aussi commun que beaucoup de gens le suggèrent.

Dans une étude de 2016, 14 % des femmes de moins de 35 ans n’avaient jamais connu d’orgasme lors d’un rapport sexuel. La même étude rapporte que 9 % des femmes interrogées, quel que soit leur âge, n’avaient jamais connu d’orgasme lors d’un rapport sexuel. D’autres données de l’étude indiquent que seulement 38 % des jeunes femmes ont habituellement un orgasme pendant les rapports sexuels, tandis que 43 % d’entre elles déclarent avoir des orgasmes peu fréquents. Près d’un homme sur trois âgé de 18 à 59 ans déclare avoir eu des problèmes d’éjaculation précoce à un moment donné de sa vie.

Des recherches ont montré que l’orgasme n’est pas non plus considéré comme l’aspect le plus important d’une expérience sexuelle. Les hommes et les femmes se déclarent plus satisfaits sexuellement lorsqu’ils ont vécu les expériences suivantes:

– des baisers et des câlins fréquents
– caresses sexuelles de la part du partenaire
– un meilleur fonctionnement sexuel
– des rapports sexuels plus fréquents.

Une autre idée fausse est que la stimulation pénienne-vaginale est le principal moyen d’atteindre un orgasme. Bien que cela puisse être vrai pour de nombreuses personnes, les femmes sont beaucoup plus nombreuses à ressentir une plus grande excitation sexuelle après la stimulation du clitoris. Les orgasmes peuvent survenir de nombreuses façons. Les orgasmes ne doivent pas nécessairement impliquer les organes génitaux, ni être liés à des désirs sexuels, comme en témoignent les exemples d’orgasmes provoqués par l’exercice physique.

L’orgasme peut être différent pour chaque individu et ne se produit pas uniquement lors d’une stimulation sexuelle. Les personnes des deux sexes peuvent avoir des orgasmes. Les personnes de tout sexe peuvent également souffrir de troubles de l’orgasme, tels que l’éjaculation précoce ou l’incapacité à jouir. Les personnes qui ont des inquiétudes concernant leurs orgasmes peuvent en parler à un médecin ou à un sexologue.

Sources

Jenkins, L. C., et al. (2016). Delayed orgasm and anorgasmia.


Kontula, O., et al. (2016). Determinants of female orgasms.


Clitorally Stimulated Orgasms Are Associated With Better Control of Sexual Desire, and Not Associated With Depression or Anxiety, Compared With Vaginally Stimulated Orgasms

Whipple, B., et al. (1992). Physiological correlates of imagery-induced orgasm in women.


Wibowo, E., et al. (2016). Multiple orgasms in men — What we know so far [Abstract].


Wise, N. J., et al. (2016). Activation of sensory cortex by imagined genital stimulation: An fMRI analysis.


* Presse Santé s' efforce de transmettre la connaissance santé dans un langage accessible à tous. En AUCUN CAS, les informations données ne peuvent remplacer l' avis d'un proffesionel de santé.

Vous aimez nos contenus ?

Recevez chaque jour nos dernières publications gratuitement et directement dans votre boite mail

RECEVOIR LA NEWSLETTER
- Presse Santé -