Allemagne : bientôt une taxe sur le sucre et les produits alimentaires sucrés

Une récente étude publiée dans le journal PLoS Medicine suggère que l'Allemagne pourrait également bénéficier d'une telle taxe, à la fois sur le plan économique et sanitaire.

L’Allemagne, comme de nombreux autres pays à travers le monde, est confrontée à une augmentation des maladies liées à la consommation excessive de sucre. Pour lutter contre ce problème de santé publique, certains pays ont mis en place des taxes sur les boissons sucrées, dans l’espoir de réduire leur consommation. Une récente étude publiée dans le journal PLoS Medicine suggère que l’Allemagne pourrait également bénéficier d’une telle taxe, à la fois sur le plan économique et sanitaire.

L’étude et ses résultats

Dans cette étude, les chercheurs ont utilisé des données épidémiologiques et des modèles économiques pour estimer les impacts potentiels d’une taxe sur les boissons sucrées en Allemagne. Ils ont développé un modèle de microsimulation de la santé de la population pour prédire les conséquences économiques et sanitaires de différentes scénarios de taxation.

Trois scénarios ont été évalués dans l’étude :

  • Une taxe de 20% sur les boissons sucrées, conforme aux recommandations scientifiques internationales.
  • Une taxe de 20% sur les boissons sucrées et les jus de fruits.
  • Une réduction de 30% de la teneur en sucre des boissons sucrées par le biais de la reformulation.

Les résultats de l’étude ont montré que l’application d’une taxe sur les boissons sucrées en Allemagne pourrait réduire la consommation de sucre chez les adultes allemands. Une taxe de 20% sur les boissons sucrées pourrait réduire la consommation de sucre de 1,0 gramme par jour, alors qu’une extension de la taxe aux jus de fruits pourrait réduire la consommation de sucre de 5,9 grammes par jour. Le scénario de taxe progressive montrerait les effets les plus profonds, avec une réduction de la consommation de sucre de 2,3 grammes par jour.

En plus de réduire la consommation de sucre, l’étude a également montré que la taxation des boissons sucrées pourrait permettre d’éviter ou de retarder entre 132 100 et 244 100 cas de diabète de type 2 en Allemagne. Cela se traduirait par un gain de 106 000 à 192 300 années de vie ajustées en fonction de la qualité (QALY) et une économie de 10 à 16 milliards d’euros sur la période de 20 ans étudiée.

Les avantages économiques d’une taxe sur le sucre

L’une des principales conclusions de l’étude est que l’application d’une taxe sur les boissons sucrées en Allemagne pourrait entraîner d’importants avantages économiques. Selon les chercheurs, une telle taxe permettrait d’économiser entre 10 et 16 milliards d’euros sur une période de 20 ans. Cette économie s’explique principalement par la réduction des coûts liés aux maladies liées à la consommation excessive de sucre, telles que le diabète de type 2, les maladies cardiovasculaires et les accidents vasculaires cérébraux.

En outre, la taxe sur le sucre pourrait également générer des revenus importants pour le gouvernement allemand. Selon les estimations des chercheurs, une taxe de 20% sur les boissons sucrées pourrait rapporter environ 3 milliards d’euros par an. Ces revenus pourraient être utilisés pour financer des programmes de santé publique visant à promouvoir une alimentation saine et à prévenir les maladies liées à la consommation excessive de sucre.

Les avantages pour la santé publique

Outre les avantages économiques, une taxe sur le sucre en Allemagne aurait également des avantages significatifs pour la santé publique. En réduisant la consommation de sucre, cette taxe pourrait contribuer à prévenir ou à retarder le développement de maladies chroniques telles que le diabète de type 2, les maladies cardiovasculaires et les accidents vasculaires cérébraux.

Ces maladies sont responsables d’un fardeau considérable pour le système de santé allemand, tant en termes de coûts que de qualité de vie. En réduisant la prévalence de ces maladies, une taxe sur le sucre pourrait améliorer la santé de la population allemande et réduire les dépenses de santé à long terme.

Les défis et les perspectives futures

Bien que les résultats de cette étude suggèrent que l’application d’une taxe sur les boissons sucrées en Allemagne pourrait être bénéfique à la fois sur le plan économique et sanitaire, il reste encore des défis à relever.

Tout d’abord, il est nécessaire de mettre en place une législation appropriée pour mettre en œuvre une telle taxe. Cela nécessiterait la collaboration des gouvernements, de l’industrie alimentaire et des consommateurs.

Deuxièmement, il est important de sensibiliser davantage le public aux dangers de la consommation excessive de sucre et aux avantages d’une alimentation saine. Une taxe sur le sucre pourrait être un outil efficace pour encourager les individus à faire des choix alimentaires plus sains, mais il est également important de fournir des informations et des ressources pour les aider à prendre des décisions éclairées.

Enfin, il est nécessaire de poursuivre la recherche dans ce domaine pour mieux comprendre les effets à long terme d’une taxe sur le sucre en Allemagne. Il serait intéressant d’étudier l’impact de cette taxe sur d’autres groupes de population, tels que les enfants et les adolescents, ainsi que d’évaluer ses effets sur d’autres maladies liées à la consommation excessive de sucre.

L’application d’une taxe sur les boissons sucrées en Allemagne pourrait avoir des avantages significatifs sur le plan économique et sanitaire. Cette taxe pourrait réduire la consommation de sucre, prévenir le développement de maladies chroniques et économiser des milliards d’euros. Cependant, il reste encore des défis à relever pour mettre en œuvre une telle taxe de manière efficace et durable. Avec une collaboration entre les différents acteurs et une sensibilisation accrue du public, une taxe sur le sucre pourrait contribuer à améliorer la santé de la population allemande et à réduire les dépenses de santé à long terme.

 

 

5/5 - (1 vote) Avez-vous trouvé cet article utile?
À lire aussi
Francois Lehn