Avez-vous besoin de contacter la rédaction ? Envoyez vos e-mails à [email protected] ou sur notre formulaire.
Le saviez vous ?

9 signes surprenants qui peuvent annoncer des pertes de mémoire plus tard dans la vie

Voici neuf signes surprenants qui peuvent annoncer des pertes de mémoire plus tard dans la vie. Comprendre ces signes précoces peut vous aider à prendre des mesures pour protéger votre santé cognitive.

La perte de mémoire est une préoccupation majeure pour de nombreuses personnes, en particulier à mesure qu’elles vieillissent. Bien que la génétique et le vieillissement soient des facteurs de risque majeurs de perte de mémoire et de démence, il existe également d’autres facteurs surprenants qui peuvent affecter votre risque de développer ces problèmes cognitifs plus tard dans la vie.

voici neuf signes surprenants qui peuvent annoncer des pertes de mémoire plus tard dans la vie. Comprendre ces signes précoces peut vous aider à prendre des mesures pour protéger votre santé cognitive.

1. Mauvais sommeil

Le sommeil joue un rôle crucial dans le fonctionnement du cerveau. Des problèmes de sommeil tels que l’insomnie, l’apnée du sommeil et une mauvaise qualité de sommeil peuvent augmenter le risque de démence, selon une étude publiée dans la revue « Sleep Medicine Reviews ». De plus, la maladie d’Alzheimer elle-même peut entraîner des problèmes de sommeil, ce qui peut aggraver les symptômes de la maladie.
Pour améliorer la qualité de votre sommeil, il est recommandé de créer une routine de sommeil régulière, de créer un environnement propice au sommeil et de favoriser des habitudes de vie saines, telles que l’exercice régulier et l’évitement de la caféine et de l’alcool avant le coucher.

2. Isolement social

L’isolement social peut contribuer au déclin de certaines fonctions cognitives, y compris la mémoire. Des études ont montré que le fait de s’engager dans des activités sociales et de maintenir des réseaux sociaux plus importants plus tard dans la vie est associé à de meilleures fonctions cognitives. En revanche, l’isolement social peut être un signe précoce de démence. Les personnes qui souffrent de pertes de mémoire peuvent ne plus être en mesure de participer à leurs activités préférées ou de suivre l’actualité de leur équipe de sport préférée, ce qui peut entraîner un retrait des interactions sociales. Pour protéger votre santé cognitive, il est important de maintenir des liens sociaux forts et de vous engager dans des activités avec d’autres personnes. Cela peut inclure des activités telles que des clubs sociaux, des groupes de loisirs, des bénévolats ou tout simplement passer du temps avec des amis et des proches.

3. Traumatismes crâniens

Les traumatismes crâniens, également appelés lésions cérébrales traumatiques, peuvent augmenter le risque de démence, selon une étude de 2021. Même une commotion cérébrale légère, communément appelée « commotion », peut avoir des effets à long terme sur la santé cognitive. Les personnes qui ont subi plusieurs traumatismes crâniens ou un traumatisme crânien grave ont un risque plus élevé de développer une démence.
Il est essentiel de prendre des mesures pour prévenir les traumatismes crâniens, notamment en portant des équipements de protection adéquats lors de la participation à des activités à risque élevé, telles que les sports de contact. En cas de blessure à la tête, il est important de consulter un professionnel de la santé pour un diagnostic et un traitement appropriés.

4. Pollution de l’air

L’exposition à la pollution de l’air a été liée à un risque accru de démence, selon une étude de 2019. Les niveaux élevés de particules fines (PM2,5) et de dioxyde d’azote (NO2/NOx) dans l’air peuvent entraîner une inflammation du cerveau. Les particules fines (PM2,5) proviennent de sources telles que les centrales électriques, les chantiers de construction et les incendies, tandis que le NO2/NOx est émis par la combustion de carburant dans les voitures et les centrales électriques. L’inhalation d’air contenant une quantité élevée de NO2 peut entraîner des problèmes respiratoires tels que l’asthme. De plus, la pollution de l’air par les particules fines a été liée à divers problèmes de santé, tels que les maladies cardiaques, les maladies rénales, l’hypertension artérielle et le diabète de type 2.

5. Consommation excessive d’alcool et tabagisme

La consommation excessive d’alcool peut entraîner des changements dans les structures cérébrales, ce qui peut entraîner des problèmes cognitifs. Boire plus de 21 unités d’alcool par semaine peut augmenter le risque de démence, selon un rapport de 2020. Cependant, il n’y a aucune preuve que la consommation légère ou modérée d’alcool puisse nuire au fonctionnement cognitif plus tard dans la vie. Une étude de 2019 a suggéré que réduire la consommation d’alcool pourrait être une stratégie de prévention de la démence, mais des recherches supplémentaires sont nécessaires. Il est recommandé de limiter sa consommation d’alcool à environ 14 unités par semaine, réparties sur plusieurs jours.
Le tabagisme est également associé à la démence. Cependant, arrêter de fumer peut réduire ce risque, selon une étude de 2018. Il est donc important de prendre des mesures pour réduire ou arrêter la consommation d’alcool et de tabac afin de protéger votre santé cognitive.

6. Perte d’audition

La perte d’audition est associée à un risque accru de maladie d’Alzheimer, selon une étude de 2019. L’utilisation d’appareils auditifs peut aider à prévenir ce risque, selon le rapport de 2020.
La raison exacte de cette connexion est inconnue, mais il existe plusieurs théories. L’une d’entre elles est que la perte d’audition peut entraîner un isolement social accru, ce qui est un autre facteur de risque de démence. L’autre hypothèse est que la perte d’audition oblige le cerveau à travailler plus dur pour compenser le handicap, ce qui réduit les ressources disponibles pour d’autres fonctions cognitives. Enfin, il est possible que la perte d’audition et la démence se développent par le biais de mécanismes cérébraux similaires.

7. Maladies cardiaques

La santé du cerveau et du cœur sont étroitement liées. Le cerveau utilise 20% de l’oxygène et de l’énergie du corps, selon un rapport de 2021. Les maladies cardiaques et leurs facteurs de risque, tels que le tabagisme et le diabète, sont également associés à la démence.
L’activité physique et une alimentation saine pour le cœur, comprenant des fruits, des légumes, des céréales complètes, du poisson, des noix et des légumineuses, peuvent protéger contre les maladies cardiaques, ce qui peut, à son tour, réduire le risque de déclin cognitif, selon le rapport de 2021. Cependant, il n’existe pas de régime particulier qui puisse directement réduire votre risque de démence, selon une étude de 2019.

8. Hypertension artérielle

Les lectures de tension artérielle sont fournies par deux nombres : la tension artérielle systolique et la tension artérielle diastolique. Une tension artérielle systolique saine est inférieure à 120 mmHg. Votre risque de démence augmente lorsque ce nombre est de 130 mmHg ou plus à l’âge de 50 ans, selon une étude de 2018.
Obtenir un traitement pour l’hypertension artérielle et la maintenir sous contrôle à l’âge mûr peut aider, selon le rapport de 2020. De plus, l’hypertension artérielle qui se développe plus tard dans la vie peut en fait avoir un effet protecteur, selon une revue de 2017.

9. Inactivité physique

Être physiquement actif peut réduire votre risque de démence, selon une revue de 2017. Cependant, les chercheurs ne savent pas combien ou quel type d’exercice est le meilleur. L’exercice aérobique, également appelé cardio, a eu un effet bénéfique dans certaines études, selon le rapport de 2020.
Étant donné que les chercheurs ne comprennent pas pleinement ce qui cause la démence, il n’existe aucun moyen garanti de prévenir la maladie. Cependant, il est important de comprendre les facteurs de risque potentiellement associés à la démence à mesure que vous vieillissez, car beaucoup d’entre eux affectent également le bien-être général.

La perte de mémoire et la démence peuvent être des problèmes préoccupants à mesure que nous vieillissons. Bien que la génétique et le vieillissement soient des facteurs de risque majeurs, il existe également d’autres facteurs surprenants qui peuvent affecter notre risque de développer ces problèmes cognitifs. En comprenant et en prenant des mesures pour prévenir ces signes précoces, nous pouvons protéger notre santé cognitive et améliorer notre qualité de vie à long terme.

N’oubliez pas que cet article est fourni à titre informatif uniquement et ne remplace pas les conseils médicaux professionnels. Si vous avez des préoccupations concernant votre santé cognitive, consultez un professionnel de la santé qualifié.

5/5 - (7 votes) Avez-vous trouvé cet article utile?
À lire aussi