Avez-vous besoin de contacter la rédaction ? Envoyez vos e-mails à [email protected] ou sur notre formulaire.
Actualité

Activité physique régulière à 50 ans: une meilleure santé à 70 ans

Une étude montre qu'adopter une pratique régulière d'activité physique dès la cinquantaine, aide à préserver une bonne qualité de vie physique dans les années à venir.

À l’approche de la cinquantaine, de nombreuses femmes commencent à s’interroger sur leur avenir en termes de santé et de bien-être. Que peut-on faire pour rester en forme et active pendant les années à venir ? Une nouvelle étude australienne apporte des réponses encourageantes : il n’est jamais trop tard pour adopter un mode de vie plus sain et actif, avec des bénéfices durables sur la qualité de vie physique et mentale.

L’importance de l’activité physique régulière

Les recommandations actuelles en matière d’activité physique sont de 150 à 300 minutes par semaine d’exercice d’intensité modérée, ou 75 à 150 minutes par semaine d’exercice d’intensité soutenue, ou une combinaison des deux. Ces chiffres ne sont pas tirés au hasard, mais s’appuient sur de nombreuses études démontrant les avantages de cette pratique régulière pour réduire les risques de maladies cardiovasculaires, de diabète de type 2, de certains cancers et même de maladies infectieuses comme la grippe. Malheureusement, trop peu de personnes suivent ces recommandations avec même une tendance à la baisse à mesure que l’âge avance.

Une étude sur l’activité physique et la qualité de vie

C’est dans ce contexte qu’une nouvelle étude australienne, publiée en mai 2024 dans la revue PLoS Medicine, s’est penchée sur les liens entre l’activité physique à l’âge mûr et la qualité de vie à un âge plus avancé.
Méthodologie de l’étude
Les chercheurs ont analysé les données recueillies tous les trois ans à partir de 1996 auprès de plus de 11 000 femmes participant à l’Étude longitudinale australienne sur la santé des femmes. Ces femmes étaient âgées de 47 à 52 ans au début de l’étude.

Elles ont été réparties en trois groupes :

  • Celles qui ont respecté de manière constante les recommandations de l’OMS en matière d’activité physique (150 minutes par semaine) pendant les 15 années de suivi.
  • Celles qui ne les respectaient pas au début, mais qui ont commencé à les respecter à l’âge de 55, 60 ou 65 ans.
  • Celles qui n’ont jamais respecté ces recommandations.

La qualité de vie liée à la santé a été évaluée à l’aide d’un score composite de santé physique et d’un score composite de santé mentale, basés sur un questionnaire de 36 questions sur le fonctionnement et le bien-être.

Résultats de l’étude

En moyenne, les femmes qui ont respecté de manière constante les recommandations en matière d’activité physique, ainsi que celles qui ont commencé à les respecter à 55 ans, ont obtenu un score de santé physique supérieur de 3 points par rapport aux autres.

Cet effet positif de l’activité physique sur la qualité de vie physique s’est maintenu même après prise en compte de facteurs socio-économiques et de diagnostics de santé préexistants. Cependant, aucune association significative n’a été observée entre l’activité physique et la santé mentale et émotionnelle.

Encourager l’activité physique à la cinquantaine

Ces résultats soulignent l’importance de maintenir ou d’adopter une pratique régulière d’activité physique dès la cinquantaine, afin de préserver une bonne qualité de vie physique dans les années à venir.

Pas trop tard pour commencer

Si une personne n’est pas physiquement active et ne respecte pas les recommandations de 150 minutes par semaine, le message devrait être : il n’est pas trop tard pour commencer. Même si les données de cette étude reposent sur des auto-évaluations subjectives, ces résultats sont encourageants et confirment les bienfaits démontrés dans d’autres travaux sur l’activité physique et la qualité de vie.

Des bénéfices pour les hommes aussi

Bien qu’il existe des différences entre les hommes et les femmes, les deux sexes bénéficient de manière similaire des effets positifs d’une activité physique régulière au fur et à mesure de l’avancée en âge.

L’impact sur la santé mentale

Fait intéressant, l’étude n’a pas montré d’amélioration aussi marquée de la santé mentale et émotionnelle grâce à l’activité physique régulière, contrairement à la santé physique. Il y a plusieurs hypothèses pour expliquer ce résultat : Peut-être que la période d’étude n’était pas assez longue pour observer pleinement les effets, ou alors l’activité physique pourrait affecter différemment les composantes physique et mentale de la qualité de vie. Pourtant, de nombreuses autres études ont démontré les bienfaits de l’activité physique sur la santé mentale, en réduisant l’anxiété, en améliorant le sommeil et en aidant à mieux gérer le stress.

Toute activité compte

Bonne nouvelle : vous n’avez pas besoin de passer des heures à la salle de gym pour atteindre les objectifs hebdomadaires d’activité physique. Toute forme de mouvement compte, même de courtes séances comme monter les escaliers ou faire du vélo autour du quartier.

Les dernières recommandations indiquent qu’une séance d’exercice n’a plus besoin de durer au moins 10 minutes pour être prise en compte. Chaque geste compte pour atteindre vos objectifs quotidiens d’activité.

Investir dans sa santé à 50 ans

En somme, cette étude australienne apporte un message de santé publique important : il n’est jamais trop tard pour adopter un mode de vie plus actif et en récolter les bénéfices sur le long terme. Si une personne fait l’effort de changer un comportement, elle sera récompensée par de meilleurs résultats en matière de santé physique dans les années à venir. Pour les femmes de la cinquantaine, rester active ou le devenir pourrait être pour la qualité de vie ce que l’épargne retraite est pour la préparation financière : un investissement qui portera ses fruits sur le long terme. Alors n’hésitez plus, mettez-vous en mouvement dès aujourd’hui !

 

 

5/5 - (5 votes) Avez-vous trouvé cet article utile?
À lire aussi