6 cas incroyables et vrais d’auto-chirurgie. Vous pourriez vous opérer vous-mêmes?

Dans ce dossier, nous aborderons six exemples d’auto-chirurgie. Les histoires qui suivent sont horribles et inhabituelles. Bien qu’elles ne soient pas pour les timorés, elles sont fascinantes.

Recevez gratuitement chaque jour et en avant première notre actualité santé 

Adresse e-mail non valide

La chirurgie est normalement une procédure habile et délicate qui implique un chirurgien et un patient. Cependant, dans ces histoires, pour de nombreuses raisons, l’un des acteurs de ce duo classique a été absent. Dans certains cas, le dévouement d’un chirurgien à la compréhension du corps humain va bien au-delà des murs de la bibliothèque, l’incitant à s’ouvrir. Dans d’autres cas, des situations extrêmes ont fait des actions extrêmes la seule option viable.

L’auto-chirurgie, ou autochirurgie, n’est certainement pas une pratique fréquente. Surtout à l’époque moderne. Cependant, elle se produit et voici six exemples extrêmes.

1. Cathétérisme cardiaque

Werner Theodor Otto Forssmann étudiait la médecine en Allemagne dans les années 1920 lorsqu’un de ses professeurs lui a posé une question. Cette question était : Est-il possible d’atteindre le cœur par les veines ou les artères sans devoir recourir à une chirurgie traumatique ? À l’époque, la seule façon d’accéder au cœur était de procéder à une intervention chirurgicale assez risquée.

Une opération sur un cheval avait fonctionné

Forssmann est tombé sur un article décrivant comment un vétérinaire avait atteint le cœur d’un cheval avec un cathéter via la veine jugulaire interne. Celle-ci transporte le sang du cerveau, de la face et du cou vers le cœur. Il est arrivé à la conclusion que chez l’homme, il pouvait utiliser un cathéter urétérique pour atteindre le cœur via la veine cubitale, qui se trouve près de la surface du bras et se dirige vers le cœur. Excité, Forssmann a déclaré au chef du service de chirurgie qu’il avait l’intention de tenter l’opération sur un patient.

Le chef s’est inquiété à juste titre de la sécurité du patient et a bloqué ses plans. Forssmann lui a donc demandé s’il pouvait pratiquer l’opération lui-même. Une fois de plus, le chef a répondu par la négative.

Il attache l’infirmière pour pourvoir pratiquer son auto-chirurgie

Sans se décourager, le jeune chirurgien s’est entretenu avec l’infirmière du bloc opératoire. En tant que détenteur de l’équipement, il devait avoir son autorisation.
Elle a été impressionnée par l’idée et s’est proposée comme sujet de test. Malgré son courage, Forssmann était toujours déterminé à effectuer l’intervention sur lui-même.
Il attache l’infirmière et fait semblant de faire une incision sur elle, mais il anesthésie sa propre veine cubitale. Il a réussi à faire avancer le cathéter de 30 centimètres dans son bras avant que l’infirmière ne réalise qu’elle avait été trompée.
Forssmann lui a demandé de faire appel à une infirmière spécialisée en radiologie afin qu’il puisse suivre le trajet interne du cathéter de son bras jusqu’à son cœur. Pendant qu’ils prenaient des photos du cathéter, un collègue a vu ce que Forssmann avait fait et a tenté de retirer le cathéter de son bras. Cependant, Forssmann a gagné la bataille qui a suivi et a continué la procédure.

Les premières images de la radiographie ont montré que le cathéter avait atteint le niveau de son épaule. Il a donc continué à le faire passer. Finalement, il a atteint son objectif : il pouvait voir l’extrémité de la cavité du ventricule droit.

Renvoyé de l’internat pour auto-chirurgie, il obtient plus tard le Prix Nobel

L’intervention a été un succès, mais Forssmann a été renvoyé de son internat. Incapable de trouver une position chirurgicale, il s’est tourné vers l’urologie. Puis, 17 ans plus tard, avec deux autres, il a remporté le prix Nobel de physiologie ou de médecine pour son rôle dans l’invention du cathétérisme cardiaque. L’auto-chirurgie de Forssmann était entièrement au nom du progrès médical.

2. S’enlever soi-même l’appendice par auto-chirurgie

En 1960, Leonid Rogozov a fait partie de la 6e expédition soviétique en Antarctique. Il était le seul professionnel médical de l’équipe. Plusieurs semaines après le début de l’expédition, le chirurgien de 27 ans a remarqué certains des signes révélateurs de l’appendicite : fièvre, faiblesse, nausées et douleurs importantes dans le bas-ventre droit. Les médicaments n’amélioraient pas sa situation. Une intervention chirurgicale était nécessaire. Dans son journal, il a écrit: « Je n’ai pas du tout dormi la nuit dernière. Ça fait un mal de chien ! Une tempête de neige a fouetté mon âme, en gémissant comme cent chacals. »

Faire un appendicectomie sur soi-même

Alors que l’hiver s’intensifiait et que la mer gelait, Rogozov n’avait aucun espoir de retourner à la civilisation pour se faire soigner. Sa seule option était d’effectuer une appendicectomie sur lui-même. Il s’agissait d’une opération qu’il avait pratiquée à de nombreuses reprises, mais certainement pas dans ces circonstances.
« Il n’y a toujours pas de symptômes évidents de perforation imminente », écrit-il, « mais un sentiment oppressant de pressentiment me pèse… C’est ça… Je dois réfléchir à la seule issue possible : m’opérer moi-même… C’est presque impossible… mais je ne peux pas simplement croiser les bras et abandonner. »

3 personnes pour l’opération

Il a recruté trois de ses collègues pour l’assister : l’un d’eux tenait le miroir et ajustait la lampe, l’autre lui tendait les instruments chirurgicaux qu’il demandait. Le troisième faisait office de réserve au cas où l’un des autres s’évanouirait ou aurait des nausées.
Rogozov lui a également expliqué comment le réanimer avec de l’épinéphrine au cas où il perdrait connaissance.

Le 1er mai 1961, à 2 heures du matin, après s’être administré un anesthésique local, il a pratiqué la première incision de 10 à 12 centimètres de long dans son abdomen. Après environ 30 minutes, Rogozov s’est affaibli et a dû faire des pauses régulières, mais il a persévéré. Son auto-opération a été un succès, et au bout de deux semaines, il était de nouveau en pleine santé.

3. Autocésarienne par auto-chirurgie

La plupart de ces exemples concernent des hommes ayant une formation médicale, mais celui-ci va à l’encontre de cette tendance. La femme en question n’avait pas de formation médicale. Cet exemple d’auto-chirurgie a eu lieu en mars 2000 dans un village mexicain isolé. Où l’accès aux soins de santé est pratiquement inexistant. Une femme de 40 ans, mère de huit enfants, portait son neuvième enfant. Environ deux ans avant ce cas d’auto-chirurgie, la femme avait perdu un enfant pendant le travail en raison d’une obstruction.
Après des heures de travail improductif, elle craignait de perdre à nouveau le bébé. C’est pourquoi, dans une tentative désespérée d’empêcher que cela ne se reproduise, elle a décidé de se faire faire une césarienne.

Alcool fort et couteau de cuisine pour

Elle a d’abord bu trois boissons alcoolisées fortes. Puis, à l’aide d’un couteau de cuisine, elle a ouvert son abdomen en trois coups. Selon un article qui décrit la procédure, « elle a utilisé ses compétences pour abattre des animaux ». En tout, la procédure a duré une heure. Une fois libre, le nouveau-né a immédiatement respiré. La femme a alors demandé à l’un de ses enfants d’aller chercher une infirmière locale pour la soigner. L’infirmière a repositionné les intestins de la femme et a recousu la plaie à l’aide d’une aiguille à coudre standard et de coton.
Enfin, elle est arrivée à l’hôpital le plus proche, à environ 8 heures de route. Elle a eu besoin de soins intensifs, mais elle s’est suffisamment rétablie pour être libérée au bout de dix jours.

4. Un autre appendice gênant

Le Dr Evan O’Neill Kane était le propriétaire de l’hôpital Kane Summit en Pennsylvanie. En attendant l’ablation de son propre appendice, il a décidé de le faire lui-même. Bien que le personnel médical n’ait pas été très à l’aise avec sa décision, il était leur patron, et ils l’ont autorisé à contrecoeur à se livrer à l’autochirurgie.

Une inflammation de l’appendice peut être incroyablement douloureuse. En 30 minutes, le Dr Kane a injecté de l’adrénaline et de la cocaïne dans sa paroi abdominale, s’est ouvert, a trouvé son appendice et l’a enlevé. En fait, il a affirmé qu’il aurait pu terminer l’opération plus rapidement si son personnel n’avait pas été aussi nerveux.
Pendant l’opération, le Dr Kane s’est penché un peu trop en avant et ses intestins ont glissé à travers la blessure de son abdomen. Bien que ses collègues aient été choqués, il est resté calme et les a simplement repoussés à leur place.

Rétablit en deux semaines après son auto-chirurgie

À peine deux semaines plus tard, le Dr Kane s’était complètement remis et opérait à nouveau. Lorsque quelqu’un lui a demandé pourquoi il avait décidé de s’auto-opérer, il lui a répondu qu’il voulait savoir ce qu’il ressentait.
De plus, et peut-être plus important encore, il voulait démontrer qu’il était possible de subir des interventions mineures sans avoir recours à des anesthésiques généraux relativement dangereux.

A 70 ans, il s’auto-opère d’une hernie

Ce n’était pas la seule incursion du Dr Kane dans l’auto-chirurgie. A 70 ans, il a décidé de réparer sa hernie inguinale sous anesthésie locale, et cette fois, il a invité les membres de la presse à y assister. L’opération a été un succès, mais le Dr Kane n’a jamais retrouvé toutes ses forces. Il est mort d’une pneumonie en l’espace de trois mois seulement.

5. La sixième pierre qu’il s’enlève lui-même

M. Maldigny, chirurgien militaire, était atteint de calculs rénaux. À 27 ans, il avait subi pas moins de cinq opérations pour les enlever. Certaines de ces opérations avaient entraîné des complications de longue durée. Aussi, en 1824, Maldigny décida-t-il d’enlever lui-même le sixième calcul. À l’aide d’un miroir et guidé par les cicatrices des procédures précédentes, il s’est ouvert. Il a localisé le col de la vessie et a trouvé l’article incriminé logé parmi les cicatrices formées par les opérations précédentes. L’auto-opération a réussi et, selon Maldigny, 3 semaines plus tard, « il était tranquille et joyeux comme s’il n’avait jamais été malade ». Lorsqu’un septième calcul rénal est apparu quelques années plus tard, il a opté pour une nouvelle chirurgie peu invasive, dans laquelle un chirurgien écrase le calcul par un petit trou.
Il n’a pas pratiqué l’intervention lui-même.

6. Une hernie de la taille d’un œuf

Notre dernier exemple d’auto-chirurgie nous vient du chirurgien roumain M. Alexandre Fzaicou. Il avait développé une hernie inguinale, dans laquelle une partie du contenu de la cavité abdominale pousse à travers un point faible de la paroi de l’abdomen et forme un gonflement douloureux dans la région de l’aine. Selon Fzaicou, sa hernie avait la taille d’un œuf de poule.

Après de nombreuses tentatives d’anesthésie de la région avec de la strychnine-stovaine, il a finalement trouvé le bon point d’injection dans l’aine et s’est mis au travail. L’opération a duré environ une heure et a été un succès. Après l’intervention, Fzaicou a fait état de maux de tête, d’insomnie et de douleurs dans le haut de l’abdomen, qui ont duré une semaine. Il avait repris le travail en 12 jours seulement.

Ces histoires nous rappellent au moins les choses étonnantes dont les humains sont capables.

 

 

Recevez gratuitement chaque jour et en avant première notre actualité santé 

Adresse e-mail non valide

Recevez gratuitement chaque jour et en avant première notre actualité santé 

Adresse e-mail non valide