Votre voiture pourra-t-elle toujours circuler dans ces villes en 2024 ?

Les zones à faibles émissions (ZFE) : Les amendes arrivent en 2024

Les Zones à Faibles Émissions (ZFE) se développent de plus en plus dans les grandes villes françaises. Ces zones sont mises en place dans le but d’améliorer la qualité de l’air, un enjeu majeur de santé publique. En effet, la pollution de l’air est responsable de près de 100 000 décès prématurés chaque année en France. Dans certaines régions, comme l’Auvergne-Rhône-Alpes, ce sont même plus de 4 300 décès qui sont attribuables aux particules fines.

Pourquoi des ZFE ?

Les ZFE sont mises en place afin de réduire la pollution de l’air et d’améliorer la qualité de vie des citoyens. En France, la première Zone à Faibles Émissions a été instaurée à Paris en 2015 pour les poids lourds, bus et autocars immatriculés depuis le 1er octobre 2001. Depuis, de nombreuses villes françaises ont suivi l’exemple de Paris et ont mis en place leur propre ZFE.

L’objectif principal des ZFE est de restreindre la circulation des véhicules les plus polluants dans les zones urbaines. Ces véhicules sont souvent ceux correspondant aux classes Crit’Air 4 et 5, qui sont les plus anciens et les plus polluants. En réduisant la circulation de ces véhicules, les ZFE contribuent à améliorer la qualité de l’air et à réduire les émissions de polluants atmosphériques.

Le calendrier des interdictions de circulation

Le calendrier des interdictions de circulation dans les ZFE varie d’une ville à l’autre. À Paris, par exemple, les véhicules en classe Crit’Air 4 et 5, qu’il s’agisse de poids lourds ou de voitures particulières, sont déjà concernés par les restrictions de circulation à Paris intra-muros et dans toute l’agglomération du Grand Paris. À partir du 1er juillet 2022, ce seront les véhicules en classe Crit’Air 3, c’est-à-dire les diesel d’avant 2011 et les essence d’avant 2006, qui seront interdits de circuler. En 2024, ce sera au tour des véhicules en classe Crit’Air 2, les diesel, d’être interdits de circulation dans la ZFE de la métropole du Grand Paris. Enfin, en 2030, ce seront les voitures essence qui seront également interdites de circuler dans la métropole. Seuls les véhicules 100% électriques ou les véhicules hybrides rechargeables pourront circuler dans la ZFE de la métropole du Grand Paris à partir de cette date.

Le calendrier des interdictions de circulation varie également dans d’autres villes françaises. À Lyon, par exemple, les véhicules en classe Crit’Air sont interdits de circuler dans une zone à l’intérieur du boulevard Bonnevay, qui comprend les communes de Caluire, Villeurbanne, Bron et Vénissieux. À Rouen, ce sont les véhicules en classe Crit’Air 4 et 5 qui sont concernés par les restrictions de circulation. À Toulouse, seuls les utilitaires et poids lourds en classe Crit’Air 4 et 5 sont concernés dans la zone à l’intérieur de la rocade. Ces exemples montrent que les ZFE et les restrictions de circulation concernent de nombreuses villes françaises et que le calendrier des interdictions de circulation peut varier d’une ville à l’autre.

Les amendes dans les ZFE dès 2024

Jusqu’à présent, les contrevenants au volant de véhicules jugés polluants dans les ZFE ne risquaient pas grand-chose, voire rien du tout. Cependant, à partir de 2024, des amendes seront infligées aux contrevenants. Réuni pour la première fois le mardi 25 octobre, le comité ministériel de suivi des zones à faible émission a acté la mise en place d’amendes dès 2024. Au deuxième semestre 2024, les contrevenants s’exposeront à une amende théoriquement de classe 3, soit un maximum de 68 euros.

Les contrôles automatisés seront mis en place pour détecter les véhicules non conformes dans les ZFE. Des portiques à l’entrée des zones et des caméras seront utilisés pour effectuer ces contrôles. Les caractéristiques techniques des projets retenus seront annoncées ultérieurement, mais il est prévu que les contrôles se fassent par le biais de radars qui scanneront les plaques d’immatriculation des véhicules et les relieront aux données des cartes grises pour vérifier la conformité des véhicules.

Les dérogations dans les ZFE

Certaines dérogations sont prévues dans les ZFE pour permettre aux véhicules concernés de circuler malgré les restrictions. Par exemple, les véhicules des associations de bienfaisance, ceux portant la mention FG TD sur le certificat d’immatriculation, les véhicules de plus de 30 ans utilisés dans le cadre d’une activité commerciale à caractère touristique, ainsi que les véhicules dont le certificat d’immatriculation porte la mention « collection » ont une dérogation pour circuler dans les ZFE.

Avez-vous trouvé cet article utile?
À lire aussi
Solange Leroy