ActualitéDossierNutrition

Psychiatrie nutritionnelle: le lien évident entre nutrition et santé mentale

L’alimentation influence de nombreux aspects de la santé notamment la santé mentale. L’anxiété et la dépression sont parmi les problèmes de santé mentale les plus courants dans le monde. Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), la dépression pourrait être l’un des principaux problèmes de santé dans le monde d’ici 2030.

Psychiatrie nutritionnelle: un nouveau champ de recherche

Il n’est donc pas surprenant que les chercheurs continuent à chercher de nouvelles façons de réduire l’impact des problèmes de santé mentale. Plutôt que de se fier uniquement aux thérapies et aux médicaments actuels. La psychiatrie nutritionnelle est un domaine de recherche émergent. Elle étudie spécifiquement le rôle de la nutrition dans le développement et le traitement des problèmes de santé mentale.

Les deux principales questions qui se posent en ce qui concerne le rôle de la nutrition dans la santé mentale sont :

– Le régime alimentaire aide-t-il à prévenir les troubles de santé mentale ?
– Les interventions en matière de nutrition sont-elles utiles dans le traitement de ces troubles ?

Quand l’alimentation prévient, diminue ou favorise la dépression

Plusieurs études d’observation ont montré un lien entre la qualité globale de l’alimentation et le risque de dépression. Par exemple, un examen de 21 études menées dans 10 pays a révélé qu’un régime alimentaire sain était associé à un risque réduit de dépression. Un régime alimentaire sain comprends: des apports élevés en fruits, légumes, céréales complètes, huile d’olive, poisson, produits laitiers à faible teneur en matières grasses et antioxydants. On note aussi de faibles apports en aliments d’origine animale.

À l’inverse, un régime alimentaire de type occidental était associé à un risque de dépression significativement plus élevé. C’est à dire un régime alimentaire impliquant: une consommation élevée de viandes rouges et transformées, de céréales raffinées, de sucreries, de produits laitiers à haute teneur en matières grasses, de beurre et de pommes de terre, ainsi qu’une faible consommation de fruits et légumes.

Une étude plus ancienne a abouti à des résultats similaires. Une grande conformité au régime méditerranéen étant associée à une réduction de 32 % du risque de dépression.
Plus récemment, une étude portant sur des adultes de plus de 50 ans a établi un lien entre des niveaux d’anxiété plus élevés et des régimes alimentaires riches en graisses saturées et en sucres ajoutés.

Chez les enfants et adolescents aussi

Les chercheurs ont constaté des résultats similaires chez les enfants et les adolescents. Par exemple, un examen de 56 études réalisé en 2019 a révélé un lien entre une consommation élevée d’aliments sains, tels que l’huile d’olive, le poisson, les noix, les légumineuses, les produits laitiers, les fruits et les légumes, et un risque réduit de dépression pendant l’adolescence.

Traiter les problèmes de santé mentale par l’alimentation

La recherche visant à déterminer si les interventions alimentaires peuvent aider à traiter les problèmes de santé mentale est relativement nouvelle et encore assez limitée. L’essai SMILES a été l’un des premiers essais contrôlés randomisés à examiner le rôle du régime alimentaire dans le traitement de la dépression.

Pendant 12 semaines, 67 personnes souffrant de dépression modérée ou sévère ont reçu soit des conseils diététiques. L’intervention diététique était similaire à un régime méditerranéen. Elle mettait l’accent sur les légumes, les fruits, les céréales complètes, les poissons gras, l’huile d’olive extra vierge, les légumineuses et les noix crues. Elle permettait également de consommer des quantités modérées de viande rouge et de produits laitiers.

À la fin de l’étude, les personnes ayant suivi ce régime alimentaire ont vu leurs symptômes de dépression s’améliorer de manière significative. Ces améliorations sont restées significatives même lorsque les scientifiques ont pris en compte des variables confusionnelles. Notamment l’indice de masse corporelle (IMC), l’activité physique et le tabagisme. En outre, seuls 8 % des individus du groupe de contrôle ont obtenu une rémission, contre 32 % des individus du groupe de régime.
Bien que ces résultats semblent prometteurs, l’étude SMILES était une petite étude à court terme. Par conséquent, des études plus importantes et à plus long terme sont nécessaires pour appliquer ses résultats à une population plus large.

Il est donc difficile de tirer des conclusions solides du corpus de recherche existant. D’autant plus que le type d’intervention alimentaire étudié a varié considérablement d’une étude à l’autre. Dans l’ensemble, il est nécessaire d’approfondir la recherche sur les habitudes alimentaires spécifiques et le traitement des troubles mentaux. En particulier, il est nécessaire d’établir une définition plus standardisée d’un régime alimentaire sain. Ainsi que des études plus vastes et à long terme.

Le rôle des compléments alimentaires ?

Outre les habitudes alimentaires, les scientifiques s’intéressent aux effets potentiels que les nutriments individuels sous forme de compléments alimentaires pourraient avoir sur la santé mentale.

Les scientifiques ont découvert des liens entre de faibles niveaux de certains nutriments tels que : le folate, le magnésium, le fer, le zinc et les vitamines B6, B12 et D et une détérioration de l’humeur, des sentiments d’anxiété et un risque de dépression.

Les acides gras oméga-3 sont des graisses essentielles qui jouent un rôle clé dans le développement du cerveau et la signalisation cellulaire. Un article paru dans Frontiers in Physiology explique comment ils réduisent les niveaux d’inflammation. En raison de leurs effets anti-inflammatoires et de leur importance pour la santé du cerveau, les scientifiques ont étudié les effets potentiels des oméga-3 sur la santé mentale.

En 2018 et 2019, des examens d’essais contrôlés randomisés ont montré que les suppléments d’oméga-3 étaient efficaces dans le traitement de l’anxiété et de la dépression chez les adultes. Les experts recommandent d’acquérir la majorité de ces nutriments par le biais d’une alimentation saine et variée. Toute personne qui craint de ne pas pouvoir satisfaire ses besoins en nutriments par le seul biais de l’alimentation doit consulter un médecin pour savoir si des compléments peuvent lui être utiles.

Les 3 hypothèses principales du lien entre alimentation et santé mentale

Les études d’observation suggèrent, dans l’ensemble, qu’il existe un lien entre ce que les gens mangent et leur santé mentale. Mais on ne sait toujours pas pourquoi l’alimentation peut avoir cet effet. Il existe plusieurs théories sur la façon dont l’alimentation peut influencer l’humeur ou le risque d’affections telles que la dépression et l’anxiété.

1. Certains scientifiques pensent que les effets inflammatoires de certains régimes alimentaires pourraient contribuer à expliquer la relation entre l’alimentation et la santé mentale. Plusieurs problèmes de santé mentale semblent avoir un lien avec l’augmentation des niveaux d’inflammation. Les auteurs d’articles publiés dans les revues Frontiers in Immunology et Current Neuropharmacology discutent de cette relation. Par exemple, les régimes alimentaires associés à des bienfaits pour la santé mentale ont tendance à être riches en fruits, légumes, céréales complètes et graisses saines. Ce sont tous des aliments riches en composés anti-inflammatoires. Les régimes alimentaires riches en antioxydants et en aliments anti-inflammatoires sont associés à un risque réduit de dépression.

2. Une autre explication possible est que le régime alimentaire peut affecter les bactéries dans l’intestin, que l’on appelle le microbiome de l’intestin. Les recherches en cours ont permis de découvrir un lien étroit entre la santé intestinale et les fonctions cérébrales. Par exemple, les bactéries saines de l’intestin produisent environ 90 % du neurotransmetteur sérotonine, qui affecte l’humeur. En outre, les premières recherches montrent un lien potentiel entre un microbiome intestinal sain et des taux de dépression plus faibles.

Comme l’alimentation joue un rôle majeur dans la santé et la diversité du microbiome intestinal, cette théorie est une explication prometteuse de la manière dont ce que nous mangeons peut affecter notre bien-être mental.

3. Enfin, il est possible que l’alimentation joue un rôle plus indirect dans la santé mentale. Il se peut que les personnes ayant une alimentation saine soient plus susceptibles d’adopter des comportements qui sont également liés à un risque réduit de troubles de santé mentale. On pense à la pratique régulière d’une activité physique, de bonnes habitudes de sommeil et l’abstention de fumer.

La complexité de la santé mentale

Il est important de garder à l’esprit que de nombreux facteurs peuvent influencer à la fois les habitudes alimentaires et la santé mentale.

Les facteurs qui peuvent contribuer aux problèmes de santé mentale comprennent des facteurs biologiques, tels que la génétique, les expériences de vie et les antécédents familiaux. Le statut socio-économique peut également influer sur la santé mentale, tout comme l’accès à la nourriture et la qualité générale du régime alimentaire.

La santé mentale peut, à son tour, influer sur les habitudes alimentaires. Par exemple, il n’est pas rare de se tourner vers des aliments moins sains, tels que les sucreries ou les snacks hautement transformés, lorsqu’on se sent en colère ou bouleversé. De même, de nombreux antidépresseurs et médicaments contre l’anxiété peuvent augmenter l’appétit et les envies de fumer. Dans ces deux situations, la lutte contre la santé mentale peut rendre plus difficile l’adhésion à un régime alimentaire sain.

Dans l’ensemble, si le régime alimentaire peut être un facteur important pour la santé mentale, il est important de se rappeler que de nombreux autres aspects de la vie peuvent également contribuer à l’humeur.

Bien que des recherches supplémentaires soient nécessaires, les études actuelles suggèrent que nous pouvons avoir une influence sur notre santé mentale par nos choix alimentaires.

 

Sources

https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/28431261/

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC6627391/

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC6484557/

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC5282719/

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC6455094/

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC2738337/

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC6087749/

Articles similaires