Article SponsoriséBien être

Ostéopathie : le guide complet

Fondée en 1874, l’ostéopathie a fait ses preuves dans le soulagement de plusieurs maux tels que les migraines, les douleurs articulaires ou le mal de dos. Pourtant, pour certaines personnes, plusieurs questions restent toujours en suspens en ce qui concerne les bienfaits et la légitimité de cette pratique.

Quels sont les bienfaits de l’ostéopathie ?

L’ostéopathie est une pratique paramédicale strictement manuelle. Son essence repose sur l’entretien ou la restauration de la mobilité naturelle des différentes structures de l’organisme les unes par rapport aux autres. Elle est régie par 3 principes fondamentaux que sont la globalité, la structure et l’homéostasie. En effet, selon les ostéopathes, l’organisme est une unité fonctionnelle composée de nombreuses pièces. De plus, il existe une relation structure-fonction au niveau de chacune des pièces constituant l’organisme. Enfin, ce dernier est capable de s’autonormaliser et de recouvrer son équilibre.

L’action de l’ostéopathie est donc centrée sur l’équilibre entre les systèmes sympathiques et parasympathiques. C’est ce qui lui permet notamment de traiter efficacement les douleurs musculosquelettiques. Mais la compétence d’un ostéopathe ne se limite pas seulement aux douleurs. Il peut également intervenir pour guérir certains troubles liés aux systèmes digestif, neurologique, cardiovasculaire, digestif, génito-urinaire, oto-rhino laryngologique et pulmonaire. Ce champ d’action relativement large fait de l’ostéopathie une pratique de plus en plus sollicitée.

Dernièrement, les entreprises s’appuient sur son 3e principe, celui de la prévention, pour maintenir un état de santé optimal de leurs salariés. En pratique, un ostéopathe est sollicité pour accompagner individuellement ou collectivement une équipe. Les séances visent non seulement à prévenir les troubles dont souffrent les collaborateurs, mais aussi à améliorer le rendement de l’entreprise.

On peut regrouper les domaines d’indication de l’ostéopathie en 3 catégories :

  • les troubles viscéraux (il s’agit des maux des appareils digestifs, circulatoires et pulmonaires),
  • les troubles pariétaux (ce sont les malaises douloureux, les entorses, la sciatique, les tendinites),
  • les troubles crâniens (l’otite, les vertiges, le stress).

Ainsi, l’ostéopathie permet de soulager, voire de supprimer les douleurs, mais elle apporte également une certaine souplesse à l’organisme dans ses mouvements. Les témoignages de patients traités font état de confort absolu et de bien-être.

Comment trouver un bon ostéopathe à proximité ?

Lorsque vous souffrez d’un mal qui requiert l’intervention d’un ostéopathe, plusieurs options s’offrent à vous pour trouver un praticien. Premièrement, le bouche-à-oreille consiste à se renseigner chez un patient satisfait. Vous pouvez également prendre le même renseignement chez un médecin ou un pharmacien qui pourra éventuellement vous orienter vers un ostéopathe. Ces professionnels de santé connaissent généralement les cabinets d’ostéopathie de leur région. Vous pouvez aussi consulter le Registre des Ostéopathes de France (ROF) qui regroupe la majorité des professionnels.

Si vous voulez localiser facilement les praticiens de votre région, la meilleure option pour obtenir le numéro d’un ostéopathe proche de chez vous reste de consulter un site internet qui les regroupe par département. En effet, avec le développement d’internet, de nombreuses plateformes en ligne vous mettent désormais facilement en contact avec un ostéopathe. Généralement, les regroupements se font par région. Ainsi, vous pouvez prendre rendez-vous directement avec le praticien que vous avez sélectionné.

La plupart de ces sites internet sont crédibles et vous proposent des professionnels diplômés et certifiés. Cependant, en cas de doute, assurez-vous que celui-ci ait effectivement reçu une formation complète dans une école d’ostéopathie. Pour aller encore plus loin, vous pouvez vérifier s’il détient un numéro ADELI délivré par l’Agence Régionale de Santé (ARS). Les plus crédibles disposent également du certificat du Label EUR OST DO adopté par plus d’une quinzaine de pays européens.

L’ostéopathie est-elle reconnue ?

Au départ, l’ostéopathie avait tendance à être confondue avec les usages traditionnels des guérisseurs et de certains charlatans. Mais sa notoriété s’est peu à peu construite grâce aux résultats qu’elle a produits et aux témoignages des patients. En 2002, le ministère de la Santé lui a accordé une place officielle. Cette reconnaissance a fait suite à de nombreuses études commanditées par différents organismes et qui ont abouti à des conclusions satisfaisantes. À partir de ce moment, l’ostéopathie a gagné la bataille de la légitimité. Il ne restait désormais que celle de la légalisation.

Pour cela, il a fallu attendre 2007, lorsque les décrets liés à l’encadrement de cette branche de la médecine non conventionnelle furent promulgués. Les dispositions légales qui s’y retrouvent sont relatives aussi bien aux pratiques et aux limites des ostéopathes qu’aux exigences liées à leur formation. Dès lors, les ostéopathes ont gagné en notoriété et en légitimité. Pourtant, sur le plan scientifique, l’ostéopathie ne repose pas réellement sur des bases solides. La communauté scientifique est très divisée en ce qui concerne les principes de base de cette discipline. Elle est donc considérée comme non-scientifique pour l’instant.

Les études qui s’effectuent continuellement dans le domaine pourront peut-être la légitimer plus tard sur le plan scientifique. Mais en attendant, elle bénéficie uniquement d’une légitimité administrative. Par ailleurs, 48 % des Français ont déjà consulté un ostéopathe. De plus, certains spécialistes de la santé recommandent au moins une consultation, voire 2 par an pour se maintenir en bonne santé.

Qui peut consulter un ostéopathe ?

Cette question vise essentiellement à déterminer si les femmes enceintes et les enfants peuvent consulter un ostéopathe. Et la réponse est affirmative. Les séances d’ostéopathie peuvent être particulièrement bénéfiques en cas de grossesse. Elles visent en effet à préparer le corps de la future maman à l’accouchement. Pour les nourrissons, on peut y recourir en cas de reflux gastriques ou de ballonnements, de plagiocéphalie, de torticolis ou de pied-bot. L’ostéopathie s’adresse donc à tous les âges et à tous les états. Les cas où elle est contre-indiquée sont les suivants :

  • accident grave ou intervention chirurgicale,
  • troubles infectieux et fièvre,
  • tumeurs et cancers,
  • maladies neurologiques graves.

La liste n’est pas exhaustive. N’hésitez pas à demander l’avis de votre médecin ou de votre pharmacien pour vous assurer que vos troubles peuvent effectivement être traités par l’ostéopathie. Quoi qu’il en soit, l’ostéopathe lui-même vous orientera vers un spécialiste si son diagnostic le lui impose.

Combien coûte une consultation chez un ostéopathe ?

Le coût de la consultation chez un spécialiste de cette médecine non conventionnelle n’est pas fixe. Il est influencé par certains facteurs qui peuvent provoquer une hausse ou une baisse. En effet, les variations sont par exemple atténuées par la présence de nombreux cabinets dans une région. Les praticiens sont alors obligés de revoir leur tarif à la baisse pour maintenir la concurrence.

De plus, une consultation à domicile sera plus coûteuse que si le patient est reçu au cabinet. Il faut prendre en compte dans ce cas les indemnités de déplacement. Il en est de même pour les consultations en soirée ou durant les jours non ouvrés.

Quoi qu’il en soit, les tarifs moyens appliqués sont compris entre 40 et 100 euros. À ce tarif moyen, il faut ajouter les frais supplémentaires qui dépendent du cabinet que vous sollicitez et des exigences du praticien. Notons par ailleurs que les consultations sont moins coûteuses pour les enfants que pour les adultes.

Les frais de consultation chez un ostéopathe sont-ils remboursés ?

A priori, les frais engagés chez un ostéopathe ne sont pas remboursés par la Sécurité sociale. En effet, les cabinets d’ostéopathie n’ont pas encore la possibilité d’être affiliés à l’Assurance maladie.

Toutefois, une partie peut être remboursée par certaines mutuelles. Ce remboursement peut parfois atteindre l’ordre de 40 %, en fonction de vos souscriptions. Mais il n’est payable que sur présentation d’une facture obtenue de votre ostéopathe. Cette dernière doit comporter expressément les références du praticien (ADELI et SIRET), son adresse et vos propres coordonnées. Vous pouvez vous renseigner auprès de votre organisme d’affiliation afin de déterminer la démarche à effectuer.

Quelles sont les étapes d’une consultation d’ostéopathie ?

La consultation d’un ostéopathe doit être préparée en amont par le patient. Au cours de cette phase de préparation, celui-ci s’assure d’avoir une tenue confortable et ample et d’avoir emporté tous les justificatifs de son état de santé. Il s’agit entre autres des examens médicaux présents et passés qui peuvent faciliter le diagnostic du mal.

Lorsque vous arrivez au cabinet, des assistants vous installent et vous aident à constituer votre dossier. Ensuite, vous êtes présenté au praticien pour la consultation proprement dite. Ce dernier écoute votre récit puis vous pose différentes questions relatives à vos pratiques quotidiennes et à votre passé clinique. Il visualise également vos résultats d’examen et vos radiographies si vous en avez effectué.

Après cette étape, il vous fait allonger sur la table de consultation et pratique ses examens visuels et manuels (palpations) afin de poser un diagnostic. S’il s’avère que suite à cela, il se rend compte que le mal nécessite une intervention médicale, il vous oriente vers votre médecin. En revanche, s’il s’agit bien d’un mal qui relève de ses compétences, il engage un traitement ostéopathique. Dans ce cas, il vous explique l’origine de vos maux et le traitement qu’il préconise. Avec votre accord, les soins peuvent être administrés immédiatement ou programmés à une date ultérieure.

En quoi l’ostéopathie est-elle différente de la kinésithérapie ?

Même si leurs pratiques et leurs champs d’action se ressemblent, l’ostéopathie et la kinésithérapie sont bel et bien différentes l’une de l’autre. En effet, l’ostéopathie est une pratique exclusivement manuelle alors que la kiné emploie aussi bien les mains du praticien que des appareils.

De plus, les ostéopathes considèrent le corps humain dans sa globalité, tandis que les kinés ne se concentrent que sur les zones douloureuses. Ainsi, le premier peut agir sur la tête pour résoudre un problème au ventre, alors que le second agira directement sur le ventre.

Les séances de kinésithérapie peuvent être prescrites par un médecin, alors que c’est le contraire pour les séances d’ostéopathie. Par ailleurs, l’ostéopathie ne nécessite pas forcément plusieurs séances, contrairement à la kinésithérapie. Enfin, comme on le sait déjà, les frais en ostéopathie ne sont pas remboursés par la Sécurité sociale. C’est le contraire pour les frais de kiné.

Articles similaires