Maladie

Lire des livres retarde la survenue de la maladie d’Alzheimer de 5 ans

Un mode de vie cognitivement actif, comme lire des livres, à un âge avancé peut retarder de 5 ans l'apparition de la maladie d'Alzheimer.

La maladie d’Alzheimer (MA) est un trouble neurologique. Les premiers symptômes comprennent des problèmes de mémoire et de la confusion, tandis que les symptômes plus graves comprennent une incapacité à communiquer et des crises. Des études antérieures ont montré que les activités stimulantes sur le plan cognitif, comme la lecture, sont liées à un risque moindre de déclin cognitif. Certains affirment que ces activités retardent l’apparition des symptômes cognitifs liés à la MA en renforçant la réserve cognitive une réserve de capacités de réflexion, différente selon les individus, qui se développe tout au long de la vie.

Les scientifiques ont noté depuis un certain temps cette association entre des niveaux élevés d’activité cognitive et un risque moindre de maladie d’Alzheimer. Toutefois, l’intensité de ce lien et les raisons qui le sous-tendent sont restées floues.Récemment, des scientifiques du centre médical de l’université Rush à Chicago ont mené une étude sur la relation entre les niveaux d’activité cognitive et l’âge d’apparition de la maladie d’Alzheimer, parallèlement à une série d’autres facteurs.

L’étude suggère qu’un mode de vie cognitivement actif peut retarder de plusieurs années l’apparition des symptômes cognitifs de la maladie d’Alzheimer et des troubles apparentés et ainsi réduire considérablement la durée de vie d’une personne dans un état de handicap cognitif. Les chercheurs ont posé des questions sur les activités quotidiennes stimulantes sur le plan cognitif, comme la lecture d’un journal ou d’un livre ou la visite d’une bibliothèque. L’étude a montré que c’est l’activité cognitive dans la vieillesse qui a été la plus protectrice.

Les scientifiques ont publié leur étude dans la revue Neurology.

L’activité cognitive pendant la vieillesse protège le cerveau plus longtemps de la maladie d’Alzheimer

Les chercheurs ont examiné les données de 1 903 personnes âgées en moyenne de 79,7 ans, inscrites au Rush Memory and Aging Project, une étude longitudinale sur le vieillissement et la démence.
Aucun des participants n’avait reçu un diagnostic de démence au début de l’étude. Après leur inscription, les participants ont répondu à sept questions visant à évaluer leur niveau d’activité cognitive. Ces questions portaient notamment sur le temps qu’ils passaient à lire chaque jour, la fréquence à laquelle ils écrivaient des lettres et la fréquence à laquelle ils jouaient à des jeux tels que les cartes, les dames et les puzzles.

L’équipe a également recueilli des informations sur l’activité cognitive au début de la vie, la solitude et la participation à des activités sociales, notamment les visites à des amis ou à des parents. Chaque participant a en outre accepté de se soumettre à des évaluations cliniques annuelles, notamment une évaluation des antécédents médicaux, un examen neurologique et une série de 19 tests cognitifs, ainsi qu’à une autopsie du cerveau après le décès.

L’équipe les a suivis pendant près de 7 ans en moyenne. Au total, les chercheurs ont autopsié le cerveau de 695 participants après leur décès. À la fin de l’étude, 457 participants ont développé la MA. Ils avaient tendance à être plus âgés au début de l’étude et à avoir un peu moins d’années d’études que les autres participants.

Ceux qui avaient les niveaux les plus élevés d’activité cognitive dans la vieillesse ont développé la maladie d’Alzheimer à un âge moyen de 93,6 ans. En revanche, les personnes ayant les niveaux d’activité cognitive les plus faibles dans la vieillesse ont développé la maladie à 88,6 ans. Les chercheurs ont effectué d’autres analyses et ont constaté que le niveau d’éducation, le sexe, l’activité cognitive au début de la vie, la prédisposition génétique à la maladie d’Alzheimer, l’activité sociale et la solitude avaient peu ou pas d’influence sur l’incidence de la maladie d’Alzheimer. Cela suggère que l’activité cognitive pendant la vieillesse est le facteur le plus important dans le développement de la maladie.

Rendre le cerveau plus résilient

Les chercheurs affirment que les mécanismes à l’origine du lien entre l’activité cognitive et la maladie d’Alzheimer restent incertains. Avant de terminer leur étude, ils soupçonnaient qu’un faible niveau d’activité cognitive pouvait être un signe précoce de la MA. Ainsi, plutôt qu’une baisse de l’activité cognitive augmentant le risque de démence, comme l’expliquent les auteurs, il est possible qu’un faible niveau d’activité cognitive soit un signe précoce de la maladie sous-jacente plutôt qu’un véritable facteur de risque.

Cependant, en analysant les autopsies cérébrales, ils ont constaté que l’activité cognitive n’était pas liée aux marqueurs post-mortem de la MA. Selon les chercheurs, il est plus probable que les activités de stimulation cognitive entraînent des changements dans la structure et la fonction du cerveau qui renforcent la réserve cognitive. L’engagement répété dans ces activités peut améliorer certains systèmes neuronaux de sorte qu’il faut relativement plus de dommages avant qu’ils ne cessent de fonctionner.

L’activité cognitive tout au long de la vie retarde les symptômes mais n’arrête pas la maladie sous-jacente. En d’autres termes, l’activité vous donne une « réserve » qui vous rend « résilient » à la présence de la pathologie d’Alzheimer dans le cerveau, ce qui vous permet de mieux fonctionner plus longtemps.

Les scientifiques concluent qu’un mode de vie cognitivement actif à un âge avancé peut retarder de 5 ans l’apparition de la maladie d’Alzheimer.

 

Articles similaires