Les vertus et dangers de l’armoise commune

L’armoise commune est une plante herbacée aux feuillage vert foncé et fleurs jaunâtres. Elle appartient à la famille des Asteraceae et son nom scientifique est Artemisia vulgaris. Les premières utilisations médicinales de cette plante ont commencé dès l’antiquité. La déesse Artémis, associée à la fertilité, l’accouchement et aux jeunes enfants lui a donné son nom. Elle est traditionnellement considérée comme la plante de la Femme mais ses bienfaits sont-ils plus étendus ?

Quels sont ses principaux composés ?

L’armoise contient :
  • des terpènes : l’artéminisine pourrait agir contre paludisme selon une chercheuse chinoise honorée d’un prix Nobel de médecine (l’OMS ne le valide pas),
  • des flavonoïdes : antioxydants, incluant des substances aux propriétés œstrogéniques,
  • des tannins : antioxydants, anti-inflammatoires,
  • des composés coumariniques : aux propriétés anticoagulantes et antibactériennes,
  • de l’huile essentielle, potentiellement toxique en raison de sa teneur en thuyone pouvant conduire à des convulsions et des hallucinations,
  • des micronutriments et des vitamines A, B et C.

Pour quelles raisons utiliser l’armoise ?

  • soulager les troubles féminins : réguler le cycle menstruel (aménorrhées et dysménorrhées), atténuer les crampes et les douleurs.
  • apaiser les troubles digestifs : mal de ventre, ballonnements, diarrhées, flatulences, élimination des vers intestinaux,
  • calmer les troubles nerveux : en courte cure contre le stress, l’inquiétude, la nervosité,
  • traiter les problèmes de circulation sanguine et lymphatique : varices, jambes lourdes, œdèmes.

Comment l’utiliser ?

Il convient de noter que l’agence nationale de sécurité des médicaments et des produits de santé met en garde contre l’achat de plantes sur internet comme l’armoise commune. Le recours à cette plante en automédication peut présenter un danger pour la santé. Tout traitement à base d’armoise commune doit se faire sous la surveillance d’un médecin et d’un phytothérapeute compétent.
  • tisane : faire infuser 2 cuillères à soupe de plantes séchées 2 minutes, 2 à 3 tasses par jour.
  • décoction : faire bouillir 20 g de plante pendant 15 minutes dans 1 litre d’eau. Prendre 2 ou 3 tasses de la solution obtenue.
  • teinture-mère : 15 gouttes matin et soir, directement sous la langue ou diluées dans un peu d’eau, en cure de 3 semaines.
  • gélule : 3 à 6 gélules dans la journée.
  • huile essentielle : en usage externe uniquement, diluer 1 goutte dans 4 gouttes d’huile de support neutre. Masser les zones à traiter.

Quelles sont les précautions d’utilisation ?

L’armoise est déconseillée aux enfants, aux femmes enceintes et allaitantes ainsi qu’aux personnes souffrant d’affections hépatiques et rénales ou d’antécédents de cancers hormonodépendants.

La prise peut entraîner des troubles du rythme cardiaque et digestifs et des convulsions.

En surdose, cette plante met en risque d’intoxication et des réactions allergiques peuvent aussi se produire.

Toujours prendre l’avis d’un professionnel de santé car l’automédication peut entraîner des risques.

Avez-vous trouvé cet article utile?
À lire aussi
Aline Legrand