Verrue plantaire : Tout ce que vous devez savoir !

Les verrues plantaires sont causées par un virus et peuvent être incroyablement douloureuses. Bien que ces excroissances désagréables puissent mettre un certain temps à disparaître, il existe des mesures préventives que vous pouvez prendre pour réduire vos chances de les développer, ainsi que des traitements pour vous en débarrasser une fois qu’elles sont apparues. Cet article abordera les causes et les symptômes des verrues plantaires, les options de traitement disponibles et les conseils de prévention que chacun devrait suivre !

Verrue plantaire : Quésaco ?

Une verrue plantaire est un type de verrue qui se développe sur la plante ou sur la pointe du pied. Elle se présente généralement sous la forme de petites bosses surélevées qui sont souvent douloureuses lorsqu’on y applique une pression, par exemple en marchant ou en se tenant debout. Certaines personnes peuvent également ressentir des démangeaisons, des brûlures et/ou une sensibilité autour de la verrue.

Les bosses peuvent comporter des points noirs, qui sont en fait de minuscules vaisseaux sanguins. Les verrues plantaires peuvent être solitaires ou regroupées en grappes et peuvent apparaître n’importe où sur le pied, mais on les trouve le plus souvent sur les zones de port de poids comme le talon et la plante du pied.

D’où proviennent-elles ?

Les verrues plantaires sont causées par le papillomavirus humain (HPV). Le HPV est un groupe de plus de 150 virus apparentés. Certains types de HPV provoquent des verrues sur différentes parties du corps, notamment les mains, les pieds et les organes génitaux. D’autres types sont associés aux cancers du col de l’utérus, de la vulve, du vagin, du pénis et de l’anus.

Le virus HPV se transmet par contact direct avec une personne ou un objet infecté. Pour de nombreuses personnes, le contact avec des surfaces publiques comme les piscines, les vestiaires et les douches peut être un moyen facile de contracter le HPV et de développer une verrue plantaire. D’autres facteurs peuvent augmenter le risque de développer une verrue plantaire, comme le fait d’avoir des blessures mineures à la peau ou aux ongles, par exemple en marchant pieds nus dans des lieux publics humides, une immunité affaiblie par des problèmes de santé tels que le diabète, et le fait d’avoir déjà eu un autre type de verrue.

Comment les reconnaître ?

Pour vous aider à reconnaître si vous avez une verrue plantaire, cherchez des zones de peau dure sur vos pieds, qui donnent l’impression d’être bosselées ou spongieuses lorsque vous appuyez dessus. En regardant de plus près, ces lésions peuvent présenter de petits points noirs à leur surface, causés par des vaisseaux sanguins coagulés. Vous pouvez également ressentir une certaine douleur lorsque vous vous tenez debout ou lorsque vous marchez, en raison de l’inflammation qui entoure la présence de la verrue.

Dans certains cas, il peut aussi y avoir une rougeur ou une décoloration autour de la zone. Il est important de noter que d’autres types de lésions du pied, comme les durillons ou les cors, peuvent ressembler aux verrues plantaires. Il est donc important de les faire examiner par un professionnel de la santé avant d’essayer des remèdes maison ou des méthodes d’auto-traitement.

Comment les prévenir ?

Les verrues plantaires peuvent être évitées en prenant des précautions spécifiques lorsque l’on marche pieds nus. Dans la mesure du possible :

  • Évitez de vous promener pieds nus dans les lieux publics tels que les piscines, les vestiaires et les saunas.
  • Portez toujours une paire de chaussures de douche ou de sandales dans ces endroits pour protéger vos pieds de toute source potentielle d’infection.
  • Veillez à garder vos pieds propres et secs en permanence.
  • Lavez-les quotidiennement à l’eau et au savon et assurez-vous qu’ils sont complètement secs avant de mettre des chaussettes ou des chaussures.

Il est important d’inspecter régulièrement vos pieds pour détecter tout signe de verrues plantaires ou d’autres problèmes de pieds afin de pouvoir les traiter rapidement si nécessaire.

Outre le respect de bonnes pratiques d’hygiène, les vaccinations peuvent également contribuer à prévenir les verrues plantaires.

Il a été démontré que les vaccins contre le VPH (virus du papillome humain) réduisent le risque de développer certains types de verrues, dont les verrues plantaires. Par conséquent, les personnes devraient discuter avec leur prestataire de soins de santé de la possibilité de recevoir le vaccin contre le VPH si celui-ci leur est recommandé.

Et si vous en avez, limitez la propagation.

Enfin, une autre façon de prévenir les verrues plantaires est de ne pas gratter celles qui existent déjà sur les pieds ou les mains, car cela peut propager le virus d’une zone du corps à l’autre et augmenter le risque de développer plus de verrues qu’auparavant. Il est aussi important de porter des gants lorsqu’on entre en contact avec la verrue d’une autre personne, afin de ne pas transmettre le virus par contact direct avec la peau d’une personne infectée.

Dans l’ensemble, adopter de bonnes habitudes d’hygiène, éviter les lieux publics sans porter de chaussures de protection et se faire vacciner si possible sont des mesures essentielles pour se protéger contre les verrues plantaires.

Quelles sont les options de traitement ?

Médicaments topiques :

Les médicaments topiques contiennent souvent de l’acide salicylique ou d’autres agents qui aident à ramollir la verrue afin qu’elle puisse être grattée par votre médecin. L’acide salicylique est disponible en vente libre ; cependant, si vous traitez une grande surface avec plusieurs verrues, vous devrez peut-être demander à votre médecin de vous prescrire un médicament plus puissant.

Congélation :

Les traitements de congélation à l’azote liquide (cryothérapie) peuvent également être utilisés pour détruire les verrues et sont généralement effectués dans le cabinet d’un médecin toutes les quelques semaines jusqu’à ce que la verrue ait disparu.

Laser :

Les lasers peuvent aussi être utilisés pour traiter les verrues plantaires et cette procédure est souvent effectuée par un dermatologue spécialisé dans la thérapie au laser. Les traitements au laser permettent de cibler plus précisément des zones spécifiques tout en causant un minimum de dommages aux tissus cutanés environnants.

Chirurgie :

La chirurgie est une autre option, mais elle ne doit généralement être envisagée que lorsque les autres méthodes ont échoué ou lorsque plusieurs verrues larges et profondes sont présentes et ne peuvent être traitées par d’autres types de traitements. L’objectif principal de toute intervention chirurgicale est d’enlever toutes les parties visibles de la verrue et d’empêcher sa réapparition.

Thérapie combinée :

Enfin, une approche combinée peut impliquer l’utilisation conjointe de deux ou plusieurs méthodes de traitement différentes, comme la congélation suivie de l’application d’un médicament topique ou vice versa. Ces thérapies combinées peuvent offrir de meilleurs résultats que les approches individuelles en raison de l’efficacité accrue et de la durée de la suppression des récidives potentielles associées à chaque option thérapeutique individuelle.

5/5 - (1 vote) Avez-vous trouvé cet article utile?
À lire aussi
Margot Fontenive