Comment se protéger du papillomavirus à haut risque

Il existe de nombreux types de papillomavirus dont certains types présentent un risque élevé de maladies graves..

Il existe de nombreux types de papillomavirus. La plupart se résorbent d’eux-mêmes et sont peu susceptibles de causer des problèmes de santé. Cependant, certains types présentent un risque élevé si l’infection reste dans l’organisme.

Le papillomavirus humain (HPV) est le virus sexuellement transmissible le plus courant. Le virus peut être transmis par des rapports sexuels vaginaux, anaux ou oraux de peau à peau. Une personne peut ne pas se rendre compte qu’elle a l’infection car elle ne provoque parfois aucun symptôme. Lisez ce qui suit pour connaître les types de HPV, ainsi que les tests, les traitements et les méthodes de prévention.

Qu’est-ce qu’un HPV à haut risque ?

Certains types de VPH peuvent provoquer un cancer. Cela signifie qu’ils sont « à haut risque ». Lorsqu’un type de HPV à haut risque infecte les cellules, il modifie la façon dont elles communiquent entre elles. Il provoque également la multiplication des cellules. Habituellement, le système immunitaire prend conscience de ces cellules et les régule.
Cependant, si ces cellules anormales demeurent, elles peuvent continuer à se modifier et devenir précancéreuses. Le VPH infecte les cellules squameuses fines et plates qui tapissent la surface interne de certains organes. C’est pourquoi la plupart des cancers liés au VPH sont appelés carcinomes spinocellulaires. Le virus peut également provoquer un cancer dans les cellules glandulaires du col de l’utérus, et ce cancer est appelé adénocarcinome.

Les différents types d’HPV

Il existe plus de 200 types de HPV. Les médecins les classent en deux catégories : oncogènes et non oncogènes. Au moins 14 types de HPV sont oncogènes, ce qui signifie qu’ils peuvent provoquer un cancer. Les types non oncogènes ne causent généralement pas de problèmes de santé graves. Un médecin peut désigner les types de VPH non oncogènes par l’expression « VPH causant des verrues ».

Les types de virus à faible risque, ou non oncogènes, provoquent rarement des lésions précancéreuses, mais ils peuvent néanmoins entraîner des modifications cellulaires. Si certains types de VPH à faible risque restent dans l’organisme, ils peuvent provoquer des verrues génitales. Il s’agit d’excroissances bénignes qui peuvent se développer autour des organes génitaux, de l’aine et de l’anus.
Environ 40 types de HPV à faible risque peuvent infecter la zone génitale. Les types 6 et 11 du HPV sont les causes les plus courantes des verrues génitales, causant ensemble environ 90 % des cas. Certains types à faible risque peuvent également provoquer l’apparition de verrues dans la bouche et la gorge. Cette affection est appelée papillomatose respiratoire récurrente, et elle est plus fréquente chez les enfants que chez les adultes. Ces excroissances sont souvent bénignes, mais elles peuvent entraîner une obstruction grave des voies respiratoires et des complications. Dans des cas extrêmement rares, ces verrues deviennent cancéreuses.

Risque élevé

Le HPV peut provoquer plusieurs types de cancer si le système immunitaire ne parvient pas à éliminer l’infection. La recherche suggère que les types 16 et 18 du HPV causent 70 % des cas de cancer du col de l’utérus et des lésions précancéreuses du col. Une petite étude menée en 2021 a démontré qu’un peu moins de la moitié des participants porteurs du HPV avaient le type 16. Les estimations suggèrent que le VPH à haut risque cause 3 % des cas de cancer du col de l’utérus et de tous les cas de cancer chez les femmes et 2 % de tous les cas de cancer chez les hommes.

Aux premiers stades, le cancer du col de l’utérus peut ne pas provoquer de symptômes. Si des symptômes apparaissent, ils comprennent généralement:

– des saignements vaginaux anormaux
– pertes vaginales anormales, à forte odeur ou contenant du sang
– des douleurs pendant les rapports sexuels
– douleurs pelviennes

Le HPV à haut risque peut également affecter les cellules dans d’autres zones, ce qui peut aussi se transformer en cancer. Les autres cancers liés au HPV comprennent :

– oropharyngé
– anal
– pénien
– vaginal
– vulvaire

Test de dépistage du HPV

Le principal objectif du dépistage du col de l’utérus est d’identifier les lésions précancéreuses causées par le HPV. Les médecins peuvent enlever les lésions pour empêcher le développement de cancers invasifs. Comme le HPV peut se développer sans causer de symptômes, des dépistages réguliers sont un moyen important de détecter tout changement précoce. Toute personne dont le système immunitaire est affaibli ou qui a des antécédents médicaux de lésions cervicales peut avoir besoin d’un dépistage plus fréquent.

Des tests fiables de détection du HPV existent. Il serait idéal que toute femme âgée de 21 à 29 ans subisse un dépistage du cancer du col de l’utérus tous les 3 ans. Pour toute femme âgée de 30 à 65 ans, il faudrait réaliser un test HPV et un frottis tous les 5 ans ou un frottis seul tous les 3 ans.

Dépistages

Le frottis était autrefois le seul type de dépistage du cancer du col de l’utérus. Il consiste à prélever des cellules du col de l’utérus. Cela ne prend que quelques minutes et c’est un test ambulatoire. Le médecin envoie l’échantillon à un laboratoire, qui vérifie la présence d’anomalies dans les cellules cervicales.

Le dépistage du cancer du col de l’utérus comprend désormais également le test HPV. Dans certains cas, le médecin peut recommander de faire un frottis et un test HPV en même temps.
Un frottis consiste à vérifier que les cellules ne présentent pas de changements précancéreux. Le test HPV recherche l’ADN du virus. Un médecin ne peut prescrire ce test que si une personne présente probablement une infection à haut risque. Les résultats du frottis et du test HPV permettent au médecin de se faire une idée plus précise du risque de cancer du col de l’utérus d’une personne. Des résultats négatifs aux deux tests indiquent un très faible risque de développer des lésions précancéreuses du col de l’utérus au cours des prochaines années.

Traitements

Il n’existe actuellement aucun traitement pour l’infection. Mais les traitements peuvent s’attaquer aux problèmes de santé causés par le VPH.
Bien que 20 à 30 % des personnes infectées par le HPV ont des verrues qui disparaissent d’elles-mêmes avec le temps, un traitement peut aider à gérer les épidémies et à réduire la gêne occasionnée. Le traitement peut impliquer l’application d’une crème ou d’un gel sur ordonnance sur la zone concernée ou l’ablation des verrues.

Une intervention chirurgicale est nécessaire pour enlever les cellules précancéreuses causées par le HPV à haut risque. Cela permet d’éviter que ces cellules ne deviennent cancéreuses. Un médecin peut retirer ces cellules du col de l’utérus par une procédure appelée excision électrochirurgicale en boucle ou par cryothérapie cervicale. Le traitement du cancer lié au HPV est généralement le même que celui des autres cancers de la région. La meilleure approche peut dépendre de la localisation, du type et du stade du cancer.

Voici quelques exemples de ces traitements
– la chimiothérapie
– la radiothérapie
– la chirurgie
– immunothérapie
– thérapie ciblée

Prévention de la contamination du HPV

On peut réduire son risque de contracter le VPH en

– en se faisant vacciner contre le HPV
– en utilisant systématiquement des méthodes de barrière, comme les préservatifs ou les digues dentaires, pendant les rapports sexuels
– en limitant le nombre de partenaires sexuels

Le vaccin protège les personnes contre plusieurs types de VPH à haut risque, notamment les types 16 et 18, ainsi que les types à faible risque associés aux verrues. Dans l’idéal, tout le monde devrait recevoir le vaccin contre le VPH à l’âge de 11-12 ans afin de réduire le risque de cancer lié au VPH. Ce vaccin est administré en deux doses, à 6-12 mois d’intervalle. Les personnes âgées de 15 à 26 ans le reçoivent en trois doses. Après avoir reçu les doses de vaccin requises, 98 % des personnes âgées de 15 à 26 ans des personnes développent les anticorps nécessaires pour les protéger des souches à haut risque, ce qui indique que le vaccin est très efficace. Pour les personnes âgées de plus de 27 ans et présentant un risque de nouvelle infection par le VPH, un médecin peut discuter des avantages de recevoir le vaccin, bien qu’il puisse être moins efficace.

Sources

Cervical cancer. (2022).


Leslie, S. W., et al. (2021). Genital warts.

Zykova, T. A., et al. (2021). Prevalence and variety of HPV types in dependence on gender and age.


Human papillomavirus (HPV). (2019).


* Presse Santé s' efforce de transmettre la connaissance santé dans un langage accessible à tous. En AUCUN CAS, les informations données ne peuvent remplacer l' avis d'un proffesionel de santé.

Vous aimez nos contenus ?

Recevez chaque jour nos dernières publications gratuitement et directement dans votre boite mail

RECEVOIR LA NEWSLETTER
- Presse Santé -