Actualité

Les végétariens ont des biomarqueurs plus sains que les mangeurs de viande

Les végétariens ont un profil de biomarqueurs plus sain que les mangeurs de viande

Les végétariens ont un profil de biomarqueurs plus sain que les mangeurs de viande, et cela s’applique aux adultes de tout âge et de tout poids. Cette nouvelle étude portant sur plus de 166 000 adultes britanniques a été présenté cette semaine au Congrès européen sur l’obésité (ECO).

Les biomarqueurs peuvent avoir des effets bénéfiques et néfastes sur la santé, en favorisant ou en prévenant le cancer, les maladies cardiovasculaires et celles liées à l’âge, ainsi que d’autres maladies chroniques, et ont été largement utilisés pour évaluer l’effet des régimes alimentaires sur la santé. Cependant, les preuves des avantages métaboliques associés au fait d’être végétarien ne sont pas claires.

Pour comprendre si le choix du régime alimentaire peut faire une différence dans les niveaux de marqueurs de maladie dans le sang et l’urine, des chercheurs de l’Université de Glasgow ont réalisé une étude transversale en analysant les données de 177 723 participants en bonne santé (âgés de 37 à 73 ans) de l’étude UK Biobank, qui n’ont signalé aucun changement majeur dans leur régime alimentaire au cours des cinq dernières années.

Les participants ont été classés comme végétariens (ne mangeant pas de viande rouge, de volaille ou de poisson: 4 111 participants) ou comme mangeurs de viande (166 516 participants) en fonction de leur régime alimentaire déclaré. Les chercheurs ont examiné l’association avec 19 biomarqueurs sanguins et urinaires liés au diabète, aux maladies cardiovasculaires, au cancer, à la santé du foie, des os et des articulations, et à la fonction rénale.

Régime végétarien: bénéfique même avec le tabac et l’alcool

Même après avoir pris en compte des facteurs potentiellement influents tels que l’âge, le sexe, le niveau d’éducation, l’origine ethnique, l’obésité, le tabagisme et la consommation d’alcool, l’analyse a montré que, par rapport aux mangeurs de viande, les végétariens présentaient des niveaux significativement plus faibles de 13 biomarqueurs, dont les suivants:

– le cholestérol total
– le cholestérol à lipoprotéines de basse densité (LDL)
– le soi-disant « mauvais cholestérol »
– l’apolipoprotéine A (liée aux maladies cardiovasculaires), l’apolipoprotéine B (liée aux maladies cardiovasculaires)
– les gamma-glutamyl transférase (GGT) et alanine aminotransférase (AST): marqueurs de la fonction hépatique indiquant une inflammation ou des lésions cellulaires
– le facteur de croissance analogue à l’insuline (IGF-1 une hormone qui favorise la croissance et la prolifération des cellules cancéreuses)
– l’urate
– les protéines totales
– la créatinine (marqueur de la détérioration de la fonction rénale).

Cependant, les végétariens présentaient également des niveaux inférieurs de biomarqueurs bénéfiques, notamment le « bon » cholestérol à lipoprotéines de haute densité (HDL), la vitamine D et le calcium (liés à la santé des os et des articulations). En outre, ils présentaient des niveaux significativement plus élevés de graisses (triglycérides) dans le sang et de cystatine-C (suggérant un état rénal moins bon).

Le régime végétarien procure de meilleurs marqueurs de santé

Ces résultats donnent vraiment matière à réflexion, déclare le Dr Carlos Celis-Morales de l’Université de Glasgow, au Royaume-Uni, qui a dirigé la recherche. « En plus de ne pas manger de viande rouge et de viande transformée, qui ont été associées à des maladies cardiaques et à certains cancers, les personnes qui suivent un régime végétarien ont tendance à consommer davantage de légumes, de fruits et de noix, qui contiennent plus de nutriments, de fibres et d’autres composés potentiellement bénéfiques. Ces différences nutritionnelles peuvent contribuer à expliquer pourquoi les végétariens semblent avoir des niveaux plus faibles de biomarqueurs de maladies qui peuvent conduire à des dommages cellulaires et à des maladies chroniques. »

Les auteurs soulignent que, bien que leur étude soit de grande envergure, il s’agit d’une étude d’observation, de sorte qu’aucune conclusion ne peut être tirée quant aux causes et aux effets directs. Ils notent également plusieurs limites, notamment le fait qu’ils n’ont testé les échantillons de biomarqueurs qu’une seule fois pour chaque participant, et qu’il est possible que les biomarqueurs fluctuent en fonction de facteurs non liés à l’alimentation, tels que des maladies existantes et des facteurs de mode de vie non mesurés. Ils notent également qu’ils se sont appuyés sur les participants pour rapporter leur consommation alimentaire à l’aide de questionnaires de fréquence alimentaire, ce qui n’est pas toujours fiable.

Source

Poster presentation EP3-33 at the European Congress on Obesity (ECO).

Articles similaires