Les problèmes cardiaques aggravent le déclin cognitif chez les femmes dès 40 ans

Une étude récente suggère que les femmes souffrant d'affections cardiovasculaires à la quarantaine courent un risque plus élevé de déclin cognitif que les hommes

Une nouvelle étude révèle que le déclin cognitif est lié à la santé cardiaque. La santé cardiaque est d’une importance vitale pour tous, quel que soit le sexe. Si les hommes sont plus nombreux à souffrir de problèmes cardiovasculaires à la quarantaine, les femmes qui en sont atteintes semblent connaître un déclin cognitif plus important à la quarantaine.

Les femmes sont encouragées à modifier leur mode de vie pour atténuer cette association. Les problèmes cardiovasculaires sont la principale cause de décès dans le monde. Ces maladies graves sont souvent liées à d’autres problèmes de santé.

Une étude récente, publiée dans la revue médicale Neurology, suggère que les femmes souffrant d’affections cardiovasculaires à la quarantaine courent un risque plus élevé de déclin cognitif que les hommes du même âge.

Différences de santé entre les sexes

Les hommes et les femmes semblent particulièrement sujets à des affections spécifiques à différents stades de la vie. Par exemple, les hommes développent généralement des facteurs de risque tels que l’hypertension, le diabète et l’hypercholestérolémie à un âge plus précoce que les femmes. Les hommes ont également un risque plus élevé de développer une maladie coronarienne. D’autre part, les femmes âgées ont un risque plus élevé d’accident vasculaire cérébral que les hommes du même âge.

De nombreuses études font état d’associations entre les problèmes cardiovasculaires au milieu ou à la fin de la vie et le risque de démence à la fin de la vie. Certaines études font également état d’un lien entre les problèmes cardiovasculaires à la mi-vie et le déclin cognitif à la mi-vie. Cependant, très peu de recherches ont été menées pour savoir si le lien entre santé cardiaque et santé cognitive diffère selon le sexe.

Des chercheurs étudient ces liens

Des chercheurs du Minnesota, ont étudié spécifiquement l’association entre les troubles cardiovasculaires et la cognition à mi-vie et ont cherché à savoir si cette association était différente entre les hommes et les femmes. Selon l’auteur de l’étude, Michelle M. Meilke, Ph.D., professeur d’épidémiologie et de neurologie à la Mayo Clinic et membre de l’Académie américaine de neurologie, les résultats de l’étude montrent que les conditions et les facteurs de risque cardiovasculaires à mi-vie sont associés au déclin cognitif à mi-vie chez les hommes et les femmes. Toutefois, le degré d’association diffère selon le sexe.

L’association serait plus marquée chez les hommes, mais nous avons finalement constaté que, même si un pourcentage plus élevé d’hommes présentait des facteurs cardiovasculaires à la quarantaine, ces facteurs semblaient avoir un effet plus marqué sur la cognition des femmes.

Les participants comprenaient 1 857 personnes âgées de 50 à 69 ans, inscrites à l’étude de la Mayo Clinic sur le vieillissement et ne souffrant pas de démence au début de l’étude.
Les participants ont été évalués cliniquement tous les 15 mois pendant 3 ans. Cette évaluation comprenait plusieurs tests destinés à évaluer la mémoire, le langage, les fonctions exécutives et les aptitudes visuospatiales.

Résultats de l’étude

Les chercheurs ont constaté que si les hommes étaient plus nombreux que les femmes à présenter au moins un facteur de risque cardiovasculaire, les femmes qui présentaient des facteurs de risque étaient plus susceptibles de connaître un déclin cognitif. Par exemple, les femmes souffrant d’une maladie cardiaque étaient plus de deux fois plus susceptibles que les hommes de voir leurs résultats aux tests cognitifs composites décliner au cours de la période d’étude.

Les résultats indiquent également que les différents facteurs de risque cardiovasculaire affectent différemment des domaines cognitifs spécifiques selon le sexe. Le diabète, les maladies cardiaques et les taux anormalement élevés de cholestérol sanguin étaient associés à une baisse des scores de langage uniquement chez les femmes. L’insuffisance cardiaque congestive était associée à une baisse des scores linguistiques uniquement chez les hommes.

Des changements de mode vie chez les femmes et une attention à la santé cardiaque

Cette étude montre sans équivoque que les femmes en milieu de vie qui présentent des facteurs de risque d’hypertension artérielle, d’anomalies du cholestérol LDL, de diabète, de tabagisme ou d’obésité peuvent également développer un déclin cognitif en milieu de vie et à une plus grande incidence que les hommes. Cette étude souligne également l’importance des changements de mode de vie pour les femmes de 40 et 50 ans qui présentent l’un de ces facteurs de risque cardiovasculaire.

Source

Sex Differences in the Association Between Midlife Cardiovascular Conditions or Risk Factors With Midlife Cognitive Decline

 

* Presse Santé s' efforce de transmettre la connaissance santé dans un langage accessible à tous. En AUCUN CAS, les informations données ne peuvent remplacer l' avis d'un proffesionel de santé.

Vous aimez nos contenus ?

Recevez chaque jour nos dernières publications gratuitement et directement dans votre boite mail

RECEVOIR LA NEWSLETTER
- Presse Santé -