La majorlaine : quels sont ses bienfaits pour la santé ?

la majorlaine

De son nom scientifique Origanum Majorana, la majorlaine (aussi connue sous le nom d’origan des jardins, grand origan,…) est une plante qui appartient à la famille des lamiacées. Elle est aromatique, vivace et ligneuse d’environ 60 cm de hauteur. Elle est munie de feuilles ovales vert grisâtre d’environ 2 cm de hauteur. On peut identifier l’origan des jardins grâce à ses petites fleurs blanches ou rosées qui possèdent deux bractées se trouvant dans l’aisselle de ses feuilles supérieures. Très prisée en art culinaire grâce à ses propriétés aromatiques, l’origan des jardins intervient également dans la médecine traditionnelle pour soigner divers maux. En ce qui concerne ses principes actifs, cette plante contient de l’huile essentielle à 3%. Mais aussi, des flavonoïdes, des acides triterpéniques, dont l’acide oléanolique et l’acide ursolique, ainsi que des acides phénols.

Dans quel cas faut-il l’utiliser ?

  • Par voie orale, l’Origanum Majorana peut calmer les douleurs articulaires et musculaires, ainsi que les règles douloureuses. C’est également un tranquillisant du système nerveux, très recommandé pour les personnes anxieuses, dépressives, nerveuses, ou sujettes aux migraines fréquentes. Par ailleurs, cette plante médicinale est aussi en mesure de soulager ceux qui souffrent de spasmes intestinaux et de troubles digestifs. Elle permet de stimuler l’appétit et de réguler la tension artérielle. En inhalation, l’origan des jardins nettoie aussi les voies respiratoires.
  • En usage externe, cette plante est un antiseptique efficace contre la gingivite, les aphtes, ainsi que les autres affections pouvant toucher la bouche. Son huile essentielle s’utilise en application locale ou en massage afin d’apaiser les douleurs articulaires, les foulures, mais aussi pour soigner les plaies superficielles.
  • Autres indications : Des études ont montré que cette plante médicinale aurait une action favorable dans le traitement de la maladie d’Alzheimer. Et ce, grâce à sa composition en acide ursolique. Il s’agit d’un inhibiteur de l’acétylcholinestérase. C’est également un tonicardiaque léger et un antiarythmique.

Sous quelle forme peut-on utiliser la majorlaine ?

En phytothérapie, ce sont les feuilles fraîches ou séchées et réduites en poudre de la majorlaine qui sont utilisées en décoction. En ce qui concerne son huile essentielle, elle est extraite de ses sommités fleuries grâce à la distillation. On peut l’utiliser sous forme de :

  • Infusion calmante et somnifère : 5 à 8g par litre d’eau bouillante ;
  • Infusion stimulante : 20 à 50 g par litre d’eau bouillante (2 tasses/j avant ou après les repas) ;
  • Vin : laisser macérer 50g de grand origan dans un litre de vin, ensuite passer et sucrer le 11ème jour. Enfin, boire 1 verre à madère après les repas ;
  • Alcoolature : 5 à 10 gouttes/j.

Précautions et contre-indications

Chez certaines personnes, la plante peut entraîner, à forte dose, une anémie hémolytique ou des hématuries. À haute dose, son essence est également toxique et stupéfiante. Ainsi, le respect des doses indiquées est très important afin d’éviter les risques d’intoxication. Enfin, l’origan des jardins n’est pas recommandé chez les femmes enceintes ou allaitantes, chez les enfants, ainsi que les personnes allergiques à l’un de ses composants.