Déremboursement de l’homéopathie : Macron signe l’arrêt de mort de l’homéo

Il n’a pas fallu attendre longtemps après que la HAS (Haute Autorité de Santé) se soit prononcée pour un déremboursement total de l’homéopathie. La ministre de la Santé, Agnès Buzin, avait pourtant annoncé qu’elle allait prendre le temps avant de rendre son avis définitif. 10 jours ont finalement suffit à trancher le sort de ces médicaments utilisés par près d’un Français sur deux.

Une demande de moratoire et de débat public pas entendu

Lors d’une conférence de presse organisée par tous les acteurs de l’homéopathie : les laboratoires (Boiron, Weleda, Lehning), les associations de patients utilisateurs d’homéopathie et un syndicat de médecins homéopathes qui s’est tenue fin de semaine dernière à Paris, Mme Valérie Lorentz Poinsot, représentant les laboratoires avait fait une demande officielle de moratoire avant toute décision.

Tous les acteurs de l’homéopathie lançaient notamment un appel au Président et au gouvernement de :

– ne pas suivre les recommandations de l’HAS

–  maintenir le remboursement

– organiser un moratoire pour utiliser les données nationales de santé pour évaluer plus précisément les bénéfices de l’homéopathie sur la santé publique

– organiser un débat parlementaire et un débat public sur le sujet

Les médecins homéopathes maintenant des « charlatans »

Il semble que cet appel n’ait pas eu l’effet attendu. Aucune des demandes de cette liste n’a été retenue. Les utilisateurs de l’homéopathie n’ont plus qu’à mettre la main à la poche s’ils veulent user de leur liberté dans le choix de leur médicament, les laboratoires à se serrer la ceinture car leur chiffre d’affaire risque de s’écrouler et aux médecins homéopathes à afficher sur leur plaque, en plus de leur titre de médecin, celui de « charlatan ». Car selon le code de la santé est « charlatan » tout médecin qui utilise des produits qui n’apportent pas la preuve de leur bénéfice en santé. L’homéopathie fait désormais partie de cette catégorie et les médecins homéopathes à celle de « charlatan ».

Pour finir, il y a tout à parier que l’homéopathie ne sera plus enseignée dans les facultés de médecine, ce qui devrait finir d’achever cette pourtant superbe médecine bicentenaire. Un assassinat en règle !

À ne pas rater !
Abonnez-vous à la newsletter Presse santé

Recevez chaque semaine et en avant première notre actualité santé : actualités médicales, conseils santé, innovations scientifiques, dossiers complets directement dans votre boite mail !

Adresse e-mail non valide
Essayez c est gratuit. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment.