Blocage de la pensée: pourquoi il nous arrive parfois d’avoir « un blanc »

Crédit Photo :© Adobe Stock

Le blocage de la pensée se produit lorsque quelqu’un est en train de parler et s’arrête soudainement sans raison précise. Il est courant de perdre le fil de ses pensées de temps à autre et il n’y a généralement pas lieu de s’inquiéter. Cependant, il peut aussi être le symptôme d’un trouble mental tel qu’une psychose. Cette affection peut entraîner une désorganisation de la parole et de la pensée, ainsi que des hallucinations et des délires, dans certains cas.

Qu’est-ce que le blocage de la pensée ou « avoir un blanc » dans ses pensées

Le blocage de la pensée se produit lorsqu’une personne s’arrête soudainement de parler alors qu’elle est en train de le faire. Il peut également se produire lorsqu’une personne cesse de penser au milieu d’une pensée. Selon sa définition la plus large, le blocage de la pensée peut techniquement arriver à tout le monde et à tout moment.

Il n’est pas rare qu’une personne oublie temporairement ce qu’elle était sur le point de dire ou qu’elle soit distraite. Les gens peuvent également être tellement absorbés par la tentative de se rappeler un détail ou un souvenir spécifique au cours d’une histoire ou d’une réflexion qu’ils peuvent s’arrêter de parler ou déplacer leur attention.

Pour certaines personnes, le blocage de la pensée donne l’impression qu’une pensée a quitté définitivement leur cerveau. Dans ce cas, la personne peut être réellement incapable de se souvenir de ses pensées, de ses mots ou de la raison pour laquelle elle s’est arrêtée de parler.

Conditions et causes associées

Il arrive à tout le monde d’oublier ce qu’il s’apprêtait à dire ou de perdre le fil de ses pensées. Cela peut être dû, par exemple en raison de:

stress
épuisement
somnolence
manque de concentration ou de focalisation
multitâche, comme conduire, nettoyer ou jouer à des jeux tout en parlant à quelqu’un.

Cependant, le blocage de la pensée peut également être dû à des troubles de la pensée ou à une psychose.

Psychose

La psychose survient lorsqu’une personne interprète et perçoit la réalité très différemment de son entourage. Elle peut provoquer des hallucinations (voir des choses qui n’existent pas), des délires (idées irréalistes ou extrêmes) et une désorganisation de la parole et de la pensée, comme le blocage de la pensée.

En général, la psychose est considérée comme une « expérience » ou un symptôme d’un problème de santé, plutôt que comme une maladie spécifique en soi. La psychose peut varier considérablement en termes d’expériences vécues par une personne, et il n’y a pas deux personnes qui vivent la même expérience.

Schizophrénie

La schizophrénie est l’une des affections mentales les plus courantes associées à la psychose et au blocage de la pensée.
La schizophrénie est un trouble chronique du développement neurologique qui affecte la façon dont une personne se sent, pense, parle et agit. Il s’agit d’une affection assez rare, qui touche environ 0,33 % à 0,75 % des personnes dans le monde.

Autres troubles

Le trouble bipolaire peut également provoquer une psychose, bien qu’il semble perturber l’humeur plus que la pensée.
Le blocage de la pensée peut également se présenter avec d’autres conditions de santé mentale associées à des types de psychose, notamment

le délire
la démence et la maladie d’Alzheimer
la maladie de Parkinson
l’aphasie, ou perte de mémoire
la dépression grave
trouble schizo-affectif
dépression post-partum
le trouble délirant
certains troubles de la personnalité
lésions cérébrales traumatiques
tumeurs cérébrales

D’autres conditions et facteurs qui peuvent causer ou augmenter le risque de psychose ou de troubles mentaux peuvent également provoquer un blocage de la pensée.

Autres causes du blocage des pensées

Des émotions ou des événements physiques intenses peuvent également amener une personne à « bloquer » ou à éviter consciemment ou inconsciemment certains souvenirs, sentiments, pensées ou émotions.

Cela peut amener une personne à cesser soudainement de parler lorsqu’elle pense ou doit parler de quelque chose qui est lié à ces pensées, sentiments, souvenirs ou émotions traumatiques.
Les autres causes et facteurs de risque du blocage de la pensée sont les suivants:

un traumatisme, tel qu’un abus ou une perte intense
une blessure ou une maladie physique, comme une très forte fièvre, un empoisonnement, un traumatisme crânien ou un accident vasculaire cérébral (AVC)
une anxiété extrême
la consommation d’alcool
le tabagisme
la prise de drogues récréatives ou illégales, comme le cannabis, le LSD, le crack, l’héroïne ou l’ecstasy
la prise de certains médicaments prescrits, comme les antidépresseurs, les corticostéroïdes, certains médicaments pour le cœur et certains médicaments pour la maladie de Parkinson
la diminution progressive ou l’arrêt de la prise d’antipsychotiques ou de médicaments stabilisateurs de l’humeur
rarement, la prise de certains médicaments en vente libre, comme les anti-inflammatoires non stéroïdiens, les antihistaminiques ou les médicaments contre le rhume ou la grippe.

 

Quand contacter un médecin

Toute personne qui pense être victime d’un blocage de la pensée, d’autres troubles de la pensée ou d’une psychose doit en parler à un médecin dès que possible.

Le blocage de la pensée se produit lorsqu’une personne perd le fil de ses pensées sans raison apparente, ce qui peut l’amener à s’arrêter soudainement de parler.
Avoir un blanc dans le fil de ses pensées n’est généralement pas une source d’inquiétude. Il peut arriver à tout le monde, à tout moment, en raison de facteurs tels que la fatigue ou le stress.

Cependant, il peut aussi être le symptôme d’un trouble mental plus grave, comme la schizophrénie. Le traitement du blocage de la pensée se concentre sur le traitement de la cause sous-jacente. Par exemple, s’il est dû à un problème de santé mentale, le traitement peut consister à suivre une thérapie.

Si une personne craint qu’elle ou une personne de son entourage ne soit atteinte de psychose, elle doit contacter un médecin.

Sources

Psychosis. (2020).

Sass, L., et al. (2017). Thought disorder, subjectivity, and the self. 

Schizophrenia. (2018). 

Sürmeli, T. (2014). Chapter nine: Treating thought disorders. 

Tani, M., et al. (2013). Disorder of train of thought in the elderly [Abstract].
Understanding psychosis: Resources and recovery. (n.d.).