Avez-vous besoin de contacter la rédaction ? Envoyez vos e-mails à [email protected] ou sur notre formulaire.
Actualité

Baies, pommes et thé vert : des aliments clés pour prévenir le diabète de type 2

Une nouvelle étude révèle que l'adoption d'une alimentation riche en flavonoïdes, notamment à travers la consommation régulière de baies, de pommes et de thé vert, pourrait s'avérer être une solution prometteuse.

Le diabète de type 2 est un problème de santé publique majeur à l’échelle mondiale. Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), cette forme de diabète touche plus de 400 millions de personnes dans le monde et est à l’origine d’un million de décès chaque année. Face à cette situation préoccupante, les chercheurs se penchent sur les moyens de prévenir efficacement cette maladie. Une nouvelle étude révèle que l’adoption d’une alimentation riche en flavonoïdes, notamment à travers la consommation régulière de baies, de pommes et de thé vert, pourrait s’avérer être une solution prometteuse.

Qu’est-ce que les flavonoïdes ?

Les flavonoïdes sont une catégorie de composés polyphénoliques présents naturellement dans de nombreux aliments d’origine végétale. Ils se divisent en six sous-classes principales : les flavanones, les flavones, les flavan-3-ols, les flavonols, les anthocyanes et les isoflavones. Ces molécules possèdent des propriétés antioxydantes et anti-inflammatoires qui leur confèrent de nombreux bénéfices pour la santé.

L’étude sur les flavonoïdes et le risque de diabète

Une étude menée auprès de 113 097 participants de la UK Biobank a permis d’explorer en détail le lien entre la consommation de flavonoïdes et le développement du diabète de type 2. Les chercheurs ont évalué l’apport en flavonoïdes des participants à travers des enquêtes alimentaires de 24 heures, en s’appuyant sur les données de la base de données du Département de l’Agriculture des États-Unis.

Dix aliments riches en flavonoïdes

Dix aliments particulièrement riches en flavonoïdes ont été identifiés dans le cadre de cette étude : les baies, les pommes, le thé noir et vert, les agrumes, les poivrons, les oignons, le chocolat noir, les raisins, les pamplemousses et les oranges. Un « score de régime riche en flavonoïdes » (Flavodiet Score ou FDS) a été calculé en additionnant les portions quotidiennes de ces dix aliments.

Résultats de l’étude

Les analyses statistiques ont révélé que les participants ayant un FDS élevé, équivalent à la consommation de six portions d’aliments riches en flavonoïdes par jour, présentaient un risque de développer un diabète de type 2 28% inférieur à ceux ayant un FDS faible, soit une portion par jour. Chaque portion supplémentaire d’aliments riches en flavonoïdes réduisait le risque de diabète de 6%.

Impact des différents sous-types de flavonoïdes

Parmi les sous-types de flavonoïdes, les polymères (dont les proanthocyanidines) et les flavan-3-ols se sont révélés être les plus importants, représentant respectivement 67% et 22% de l’apport total en flavonoïdes. Le thé était la principale source de ces sous-types. Les flavones, principalement présentes dans les poivrons, ont quant à elles contribué le moins à l’apport total en flavonoïdes.

Mécanismes d’action des flavonoïdes

Les flavonoïdes, en particulier les anthocyanes, les flavan-3-ols et les flavonols, améliorent la sécrétion et la signalisation de l’insuline, ainsi que le transport et le métabolisme du glucose. Ils agissent également sur d’autres paramètres clés, tels que la gestion du poids, les fonctions inflammatoires, rénales et hépatiques, contribuant ainsi à réduire le risque de diabète de type 2.

Impacts spécifiques de certains aliments riches en flavonoïdes

L’étude a mis en évidence les bénéfices de la consommation de certains aliments riches en flavonoïdes. Ainsi, la consommation de 4 tasses de thé noir ou vert par jour était associée à une réduction de 21% du risque de diabète, tandis qu’une portion de baies et une portion de pommes par jour étaient liées à des réductions respectives de 15% et 12% du risque.

Limites de l’étude

Il est important de noter que les résultats de cette étude peuvent ne pas être généralisables à d’autres populations que les adultes d’âge moyen du Royaume-Uni, qui constituaient l’échantillon de l’étude. Des recherches supplémentaires sont nécessaires pour confirmer ces observations dans d’autres contextes géographiques et culturels.

Recommandations pour les patients

Les experts s’accordent pour recommander aux patients d’augmenter leur consommation d’aliments riches en flavonoïdes, tels que les baies, les pommes, le thé vert et noir, les agrumes, les poivrons et le chocolat noir. L’objectif serait d’atteindre une consommation quotidienne d’environ six portions de ces aliments, ce qui pourrait permettre de réduire significativement le risque de développer un diabète de type 2.

Importance de l’approche globale

Bien que cette étude mette en évidence les bénéfices spécifiques des flavonoïdes, il est important de souligner que l’adoption d’une alimentation équilibrée et riche en végétaux est déjà connue pour diminuer le risque de diabète de type 2. Les flavonoïdes s’inscrivent donc dans une approche globale visant à promouvoir un mode de vie sain et à prévenir efficacement cette maladie.

Perspectives futures

Bien que des études complémentaires soient nécessaires pour identifier les aliments les plus bénéfiques et les quantités optimales à consommer, les résultats actuels offrent des pistes concrètes pour améliorer la santé des patients. En intégrant régulièrement des baies, des pommes et du thé vert dans leur alimentation, les individus peuvent d’ores et déjà prendre des mesures proactives pour réduire leur risque de diabète de type 2.

Les flavonoïdes, en particulier ceux présents dans les baies, les pommes et le thé vert, semblent jouer un rôle clé dans la prévention du diabète de type 2. Cette étude souligne l’importance d’adopter une alimentation riche en ces nutriments bénéfiques pour la santé. En suivant ces recommandations, les patients peuvent améliorer leur bien-être global et réduire significativement leur risque de développer cette maladie chronique.

 

 

5/5 - (10 votes) Avez-vous trouvé cet article utile?
À lire aussi