Violette odorante : propriétés, conseils d’utilisation et posologie

violette odorante

La violette odorante est une plante ornementale de la famille des Violaceae. Facilement reconnaissable grâce à ses fleurs violet foncé et son odeur suave, on la retrouve en majorité dans les haies et les bois. Elle est très répandue en Europe et en Asie. Son nom scientifique est Viola odorata et on l’appelle communément jacée de printemps ou fleurs de mars. Cette plante possède également des propriétés médicinales. Elle contient des mucilages, des alcaloïdes, de la myrosine, de la violine, de la vitamine A et C ainsi que de l’huile essentielle.

Indications en phytothérapie

La violette odorante est l’un des ingrédients principaux à l’origine de la fabrication de plusieurs parfums. Autrefois, on lui reconnaissait un effet aphrodisiaque et anti-gueule de bois. En phytothérapie, elle est plutôt appréciée pour sa propriété expectorante. Elle est principalement recommandée pour soigner les affections des bronches et des voies respiratoires (toux, rhume ou grippe). Par ailleurs, grâce à son effet antipyrétique, elle est également efficace en cas de fièvre.

La jacée de printemps est également indiquée en cas de rhumatismes. Grâce à ses capacités antiphlogistique et émolliente, elle atténue considérablement les élancements des articulations et les crampes musculaires. Elle est également idéale pour combattre les insomnies et les agitations nerveuses.

En outre, cette plante s’avère utile pour les traitements des troubles digestifs mineurs. Ses propriétés laxatives légères et vomitives lui permettent de traiter les cas de constipations passagères et de digestions difficiles.

Enfin, elle aide à soigner les problèmes de peau.

Formes et préparations

En phytothérapie, la violette odorante est utilisée sous forme d’huile essentielle, de tisane, de sirop, de teinture mère et de pastilles.

Modes d’utilisation et posologie

La violette odorante s’utilise à la fois en interne et en externe. Le dosage varie en fonction de la forme utilisée ainsi que du résultat recherché.

Tisane :

Pour une tasse, infuser une pincée de fleurs dans de l’eau bouillante. Boire 3 à 4 tasses par jour pour apaiser les symptômes grippaux. En gargarisme, cette préparation soulage les irritations de la gorge en cas d’angine.

Teinture mère :

15 gouttes à diluer dans un peu d’eau, à prendre avant le repas le matin et le soir. La teinture mère favorise le transit et prévient les risques d’indigestion et de constipation.

Huile essentielle :

Principalement utilisée en usage externe, l’huile essentielle de violette odorante peut être associée à de l’huile végétale ou des produits cosmétiques. Il suffit, ensuite, de masser délicatement les zones à traiter avec le mélange obtenu.

En inhalation ou en diffusion atmosphérique, cette huile essentielle permet de réduire le stress et facilite le sommeil.

Précautions d’emploi, effets secondaires et contre-indications

Consommée à forte dose, la violette odorante peut entraîner de la diarrhée et des vomissements.

Par ailleurs, son usage est contre-indiqué chez les femmes enceintes et allaitantes. Cette restriction est également valable pour les enfants de moins de 6 ans.

Dans tous les cas, il est recommandé de solliciter l’avis d’un médecin avant de l’utiliser dans un cadre thérapeutique.