Les propriétés de l’aspérule odorante en phytothérapie

L’aspérule odorante, une plante vivace aux pétales unis souvent blancs, pousse principalement au frais des sous-bois européens. On la surnomme pour cette raison faux muguet. En séchant, elle dégage une odeur caractéristique, semblable au foin coupé. Elle appartient à la famille botanique des Rubiacées et son nom scientifique est Galium odoratum ou Asperula odorata.

Les moines de l’abbaye de Prüm en Allemagne, qui connaissaient les vertus médicinales de cette fleur, en fabriquaient une liqueur, le Maitrank ou boisson de mai. Dès le retour du printemps, ils la buvaient à petites doses pour évacuer les toxines accumulées durant l’hiver. Des émules les ont imités et la liqueur Maitrank fait toujours la fierté du côté du Luxembourg. Les moines étaient-ils de bon conseil pour la phytothérapie d’aujourd’hui ?

Que contient l’aspérule odorante ?

Les 3 principaux composants de cette plante sont :
  • la coumarine, son principal actif aux propriétés anticoagulantes, hypnotiques et sédatives,
  • des iridoïdes, l’aspéruloside, un composé bioactif aux effets anti-inflammatoires, antioxydants, antibactériens,
  • des flavonoïdes, antioxydants.

Pourquoi l’utiliser en phytothérapie ?

  • fluidifier la circulation du sang, prévenir les caillots sanguins,
  • apaiser des troubles nerveux mineurs : insomnies, agitations, palpitations, anxiété,
  • soulager des problèmes digestifs : ballonnements, gastrites, colites, spasmes gastro-intestinaux, ouvrir l’appétit,
  • évacuer les toxines et les calculs rénaux, action diurétique.

Comment en faire usage ?

  • en tisane : infuser 1 cuillère à soupe de plantes coupées et séchées dans une tasse d’eau bouillante durant 10 minutes. Boire 2 à 3 tasses par jour.
  • en poudre : 1 cuillère à café rase par jour.
  • en gélule : 3 à 5 gélules dosées à 210 mg par jour à avaler avec un grand verre d’eau.
  • en teinture-mère : diluer 15 à 20 gouttes de teinture à prendre 2 à 3 fois par jour.

Quelles sont les précautions d’usage ?

L’aspérule odorante est déconseillée aux femmes enceintes et allaitantes et aux personnes suivant un traitement à base d’anticoagulants. Utiliser à faible dose en raison des risques hémorragiques potentiels liés aux effets de la coumarine.
Un surdosage peut entraîner des maux de tête, des vertiges, des nausées.
Toujours prendre l’avis d’un professionnel de santé car l’automédication peut entraîner des risques. 

 

 

Avez-vous trouvé cet article utile?
À lire aussi
Aline Legrand