La mauve, un concentré de douceur en phytothérapie

Les soins à base de plantes médicinales sont de plus en plus populaires, les découvertes et connaissances vulgarisées en permanence. Parfois totalement inédites mais pas toujours. C’est le cas de la mauve employée depuis le Moyen-Âge et même dès l’antiquité. Charlemagne l’imposa pour ses douces vertus thérapeutiques. Que sait-on aujourd’hui des propriétés de la mauve et pourquoi l’utiliser en phytothérapie ?

Que contient la mauve ?

Cette plante appartient à la famille des Malvacées. Ses meilleurs actifs en phytothérapie sont

  • des mucilages : aux propriétés émollientes, adoucissantes et anti-inflammatoires,
  • des flavonoïdes : aux effets antioxydants, anti-inflammatoires,
  • des vitamines A et C : bénéfiques au système immunitaire,
  • des tannins : aux actions antioxydantes, anti-inflammatoires et astringentes.

Dans quelles situations l’utiliser ?

Le point fort de la mauve est sa douceur pour les sphères digestive, ORL ou cutanées.
Elle peut apaiser :
  • les troubles gastro-intestinaux : douleurs abdominales, constipation, gastro-entérite, troubles digestifs
  • la toux sèche et la gorge irritée : laryngite, enrouement, trachéite, extinction de voix,
  • les lésions de la bouche : aphtes, gingivites, problème ou poussée dentaire,
  • adoucir les inflammations cutanées : peau sensible, crevasses, gerçures, piqûres d’insectes, brûlures,
  • apaiser l’inconfort des muqueuses associé aux infections urinaires (sans traiter la cause),
  • modérer la fatigue oculaire.
L’usage de la mauve a été substituable par celui des racines de guimauve (rien à voir avec la confiserie) pour une utilisation similaire.

Comment s’en servir en phytothérapie ?

  • En tisane : faire infuser 2 ou 3 cuillères à soupe de fleurs pour un effet laxatif ou de fleurs et de feuilles séchées pour les affections ORL ou digestives dans un litre d’eau chaude, à boire dans la journée en plusieurs fois.
  • En gélule : dans un verre d’eau, respectez le dosage prescrit.
  • En bain de bouche, gargarisme, en compresse : faire une décoction de 30 à 50 g de feuilles et de fleurs bouillies dans un litre d’eau et appliquez plusieurs fois par jour sur la zone concernée.

Y a-t-il des précautions à prendre ?

La mauve est une plante sans caractère nocif à dose raisonnable, même pour les femmes enceintes, allaitantes et les bébés. Mais ses propriétés laxatives peuvent entraîner des diarrhées en cas de surdosage.
Espacer la prise de mauve de celle de médicaments en raison de la présence des mucilages qui pourraient modifier les molécules.

Toujours prendre l’avis d’un professionnel de santé car l’automédication peut entraîner des risques.

Avez-vous trouvé cet article utile?
À lire aussi
Aline Legrand