Les vertus thérapeutiques de la consoude

vertus thérapeutiques de la consoude

La consoude est une plante herbacée se développant principalement en lieux humides. Elle est originaire de l’Europe, mais de nos jours, on peut la retrouver en Asie de l’Ouest. Elle appartient à la famille des Boraginaceae. Son nom scientifique est Symphytum officinale. Cette plante renferme de nombreuses propriétés médicinales et depuis l’Antiquité, elle est à l’origine de la guérison de plusieurs maladies. Elle renferme également plusieurs composants actifs. On distingue notamment des tanins, des mucilages, de l’allantoïne, des alcaloïdes pyrrolizidiniques et des saponosides.

Indications thérapeutiques usuelles

La consoude favorise la régénération des tissus et des cellules. De ce fait, elle s’avère efficace lors des traitements des lésions affectant la peau, les muscles et les os. En cas de brûlures ou de plaies non-saignantes, par exemple, elle accélère le processus de cicatrisation. Elle permet aussi de traiter diverses affections cutanées. On peut citer les gerçures des seins, l’acné, les écorchures, les escarres et les piqûres d’insectes. Au niveau de la masse osseuse, elle favorise la consolidation des os en cas de fractures. Elle est également utile en cas de foulures, d’entorse et des gonflements d’articulations.

En outre, grâce à ses propriétés antiphlogistiques et analgésiques, elle participe à l’atténuation des douleurs articulaires et musculaires. Elle apaise les douleurs rhumatismales et dorsales, les crises arthritiques, les crises de goutte et l’arthrose. Elle aide également à soulager les courbatures et les spasmes musculaires.

La consoude agit également sur les organes vitaux du corps. Elle stimule les fonctions motrices du système digestif et permet de traiter les diarrhées et les ulcères d’estomac. Au niveau de la sphère ORL, elle assainit la flore buccale en soignant les aphtes et diverses inflammations. Elle aide également à soigner les toux sèches ou encore les bronchites.

Formes galéniques commercialisées

En phytothérapie, les parties les plus employées sont les racines et les parties aériennes. Les formes pharmaceutiques disponibles sont :

  • Tisane ou décoction
  • Extraits secs
  • Baume
  • Gel
  • Huile végétale
  • Macérât huileux
  • Teinture mère

Modes d’emploi

Tisane ou décoction :

Laisser infuser pendant 10 minutes 100 g de racines séchées dans 1 litre d’eau bouillante. Boire une tasse après les repas en cas de troubles digestifs. Pour la préparation d’une décoction, porter à ébullition pendant 20 minutes 200 g de racines séchées et 1 litre d’eau. Appliquer sur la peau en compresse pour hydrater la peau.

Plante fraîche :

Écraser quelques feuilles fraîches et l’appliquer en cataplasme sur la peau pour faire disparaître les ecchymoses et traiter les problèmes de peau.

Baume ou gel :

À appliquer directement sur la peau jusqu’à 4 fois par jour.

Huile végétale :

Réservée à l’usage externe uniquement, l’huile végétale de consoude s’utilise sous sa forme pure ou mélangée à quelques gouttes d’huile essentielle. Masser ensuite les parties à traiter avec la préparation obtenue.

Mises en garde

L’usage de la consoude est à proscrire chez les femmes enceintes et allaitantes ainsi que chez les personnes souffrant de troubles hépatiques. En outre, son utilisation en interne doit se faire uniquement sous une prescription médicale.