Science

Une étude démontre la communication à distance « d’esprit à esprit »

Dans une étude qui établit pour la première fois la faisabilité d’une communication directe de cerveau à cerveau, un groupe international de chercheurs a démontré avec succès qu’il est possible de transmettre de manière non invasive une pensée d’une personne à une autre située à 8000 km de distance. Sans qu’aucune des deux n’ait à parler ou à écrire.
En effet, dans un article sur ces travaux publié dans PLOS ONE, les auteurs affirment que ce que l’étude montre devrait probablement être appelé transmission « d’esprit à esprit » par opposition à « de cerveau à cerveau ». Car « l’origine et la destination de la communication impliquaient toutes deux l’activité consciente des sujets ».

L’étude montre comment une équipe internationale de neuroscientifiques et d’ingénieurs en robotique a utilisé diverses « neurotechnologies » pour envoyer des messages via l’internet entre les cuirs chevelus intacts de deux sujets humains distants de plus de 8000 km, l’un en Inde et l’autre en France. L’équipe était composée de membres du Beth Israel Deaconess Medical Center (BIDMC), un établissement d’enseignement affilié à la Harvard Medical School (HMC) à Boston, MA, de Starlab Barcelona en Espagne et d’Axilum Robotics à Strasbourg, France.

Cerveau à cerveau sur l’internet sans parler ni taper sur le clavier

Le coauteur de l’étude, Alvaro Pascual-Leone, directeur du Berenson-Allen Center for Noninvasive Brain Stimulation au BIDMC et professeur de neurologie à l’HMC, explique comment ils ont voulu découvrir s’il était possible d’envoyer des messages entre deux personnes en lisant l’activité cérébrale de l’une dans l’autre, et ce sur une grande distance, en utilisant les voies de communication existantes :

« Notre question était donc de savoir si nous pouvions mettre au point une expérience qui contournerait la partie « parler » ou « taper » d’Internet et établirait une communication directe de cerveau à cerveau entre des sujets très éloignés les uns des autres, en Inde et en France ». Et ils ont prouvé que la réponse à leur question était « Oui ».

L’équipe a choisi de transmettre des pensées de l’Inde à la France en utilisant deux technologies cérébrales reliées par une interface ordinateur-cerveau via Internet : l’électroencéphalogramme (EEG) et la stimulation magnétique transcrânienne (SMT) assistée par robot et guidée par l’image.

L’équipe estime que ces résultats constituent un pas important vers l’exploration de la possibilité de communiquer d’esprit à esprit sans utiliser le langage ou les gestes.
Des études antérieures ont déjà montré qu’une personne peut avoir une pensée consciente concernant le déplacement d’un bras ou d’une jambe, et que cette pensée peut être transmise par une interaction cerveau-ordinateur basée sur l’EEG à un ordinateur qui la transmet à un robot qui déplace un membre ou contrôle un fauteuil roulant.

Information transmise de cerveau à cerveau

Mais cette nouvelle étude va plus loin en ajoutant un deuxième cerveau humain à l’autre extrémité du système de communication. Les chercheurs ont recruté quatre volontaires en bonne santé, âgés de 28 à 50 ans, pour participer à un certain nombre d’expériences. L’un d’eux, basé en Inde, était l’expéditeur, tandis que les trois autres, basés en France, étaient les récepteurs des messages et devaient les comprendre.

L’EEG a capté les « pensées » de l’expéditeur, le salut « hola » (qui signifie « bonjour » en catalan ou en espagnol) ou « ciao » (« bonjour » ou « au revoir »). (« bonjour » ou « au revoir » en italien) qui ont ensuite été attribuées à l’interface cerveau-ordinateur pour être envoyées sous forme de code binaire par courrier électronique de l’Inde vers la France. En France, une interface cerveau-ordinateur a traduit les pensées en signaux qui ont traversé le cuir chevelu des récepteurs sous forme de stimulations cérébrales non invasives à l’aide d’une SMT robotisée. Les récepteurs ont ressenti les stimulations cérébrales comme des « phosphènes », des éclairs de lumière à la périphérie de leur vision. Ces flashs apparaissaient dans des séquences numériques que les récepteurs pouvaient ensuite décoder en messages.

Vers une communication d’esprit à esprit sans utiliser le langage ou les gestes ?

L’équipe a mené des expériences similaires en Espagne et en France. Les résultats finaux ont montré un taux d’erreur de seulement 15 %, avec 5 % d’erreurs du côté de l’émetteur et 11 % du côté du récepteur. Selon le professeur Pascual-Leone, grâce aux neurotechnologies de précision avancées, à savoir l’EEG sans fil à l’émission et la TMS robotisée à la réception, les chercheurs ont pu transmettre directement et de manière non invasive les pensées d’une personne à une autre, sans qu’elle ait à parler ou à écrire :

« Il s’agit en soi d’une étape remarquable dans la communication humaine, mais le fait de pouvoir le faire sur une distance de plusieurs milliers de kilomètres constitue une preuve de principe d’une importance capitale pour le développement des communications entre cerveaux. » L’équipe estime que ces résultats constituent un pas important vers l’exploration de la possibilité de communiquer d’esprit à esprit sans utiliser le langage ou les gestes.

La stimulation magnétique transcrânienne (TMS) est une méthode relativement nouvelle de stimulation indolore des cellules du cerveau. En 2011 déjà , des chercheurs ont décrit dans deux études comment ils ont découvert que l’activité de types de cellules cérébrales distincts changeait avec différents schémas de TMS.

Source

Carles Grau, Romuald Ginhoux, Alejandro Riera,https: Conscious Brain-to-Brain Communication in Humans Using Non-Invasive Technologies. Plos One.
Carles Grau, Romuald Ginhoux, Alejandro Riera

Articles similaires