Avez-vous besoin de contacter la rédaction ? Envoyez vos e-mails à [email protected] ou sur notre formulaire.
Médecine douceGuide des plantes médicinales

Tout savoir sur les indications thérapeutiques de la benoîte

Aline Legrand

Le Geum urbanum ou benoîte est une plante herbacée rustique très répandue en France. Appelée herbe de Saint Benoît, elle appartient à la famille des Rosacées. Au 12 ème siècle, on la nommait aussi Bénédicta ou bénite. Ses fleurs sont en grappes plutôt jaune pâle, ses feuilles dentées et lobées et ses fruits velus et crochus s’accrochent aux vêtements ou aux poils des animaux. Mais c’est sa racine qui a fait son succès médicinal.  Pourquoi ces bienfaits en phytothérapie ?

Quelle est la composition de la benoîte ?

Parmi ses composants majeurs se trouvent :
  • des tannins : notamment une part importante de tannins galliques et ellagiques (antibactériens, antiseptiques, astringents, anti-inflammatoires, vasoconstricteurs…), des oligomères proanthocyanidoliques (antioxydants, angioprotecteurs, anti-inflammatoires, antiviraux),
  • des hétérosides : génine, eugénol (anti-convulsion, antalgique),
  • ses sucres : saccharose, fructose, glucose, vicianose,
  • de l‘huile essentielle : riche en eugénol et en monoterpènes (expectorants),
  • des flavonoïdes : aux nombreuses propriétés (antioxydantes, anti-inflammatoires, anti-ulcéreuses, etc.),
  • des triterpènes : potentialités hormonales et immumodulantes,
  • des polyphénols : composés phénoliques divers (aux possibles actions de protection cardiovasculaire, anti-inflammatoires, anticholestérol).

Pour quelles raisons l’utiliser ?

  • diarrhée : chronique, dysenterie,
  • stimulation digestive : maux d’estomac, aérophagie, atonie des voies digestives,
  • inflammation de la bouche : parodontie, gingivite, aphte, douleur dentaire (effet comparable au clou de girofle),
  • insuffisance veineuse : hémorroïdes, jambes lourdes,
  • fièvre légère : agit comme un succédané de quinquina,
  • engelures.

Comment l’utiliser ?

  • tisane : infuser 1 cuillère à café de plantes dans 150 ml d’eau 10 minutes, 3 tasses par jour.
  • décoction : faire bouillir 30 g  de rhizomes dans un litre d’eau puis infuser pour bains de bouche et gargarisme et sur une compresse pour application cutanée.
  • cataplasme : feuilles fraîches écrasées en application cutanée.
  • poudre ou gélule : 1 à 4 g jour selon prescription.
  • teinture-mère : 30 à 50 gouttes par jour.

Quelles sont les précautions d’utilisation ?

Cette plante ne présente pas de risques d’utilisation et est globalement bien tolérée.
A forte dose, peut créer des troubles digestifs (vomissements).

Toujours prendre l’avis d’un professionnel de santé car l’automédication peut entraîner des risques.

Avez-vous trouvé cet article utile?
À lire aussi